Le nez dans la poussière

A.M.T. CC 2730 – Tout droit réservé – Juliette Berthier

« Je peux pas, j’ai archives ».  Phrase souvent prononcée pour informer mes camarades de BU qu’ils ne me verront pas de la matinée. Allier les horaires d’ouvertures des archives avec ceux des cours à la fac sans oublier du temps pour bosser, c’est un véritable casse-tête. 

Les archives sont un lieu presque incontournable pour un étudiant en recherche. Il faut savoir apprivoiser cet endroit feutré, la salle de lecture, les archivistes, les quelques (rares) personnes qui viennent y passer quelques heures. C’est un monde à part entière et qui fait mon bonheur.

Ne pas oublier le réveil !

Tout droit réservé – Juliette Berthier – Pas besoin de grand chose pour travailler !

Et oui, les Archives Municipales de Toulouse ne sont ouvertes que le matin. Une panne d’oreiller et la journée de recherche est foutue ! Le trajet en bus pour atteindre le bâtiment situé rue des Archives, permet de se réveiller doucement. Sur place, le personnel d’accueil et les archivistes commencent à reconnaître les apprentis chercheurs que nous sommes. Une clé de casier, un crayon et c’est parti pour plusieurs heures de déchiffrages de vieux papiers.

Le sac doit rester dans le casier : il faut donc choisir ce qui nous accompagne en salle de lecture. Pour ma part, j’ai un ordinateur, mon téléphone pour les photos, mon éternel cahier et LE crayon estampillé « Archives Municipales, Mairie de Toulouse ». Manque de pot, je l’oublie toujours et en récupère donc un nouveau à chaque visite ! Depuis l’an dernier je dois maintenant en collectionner une vingtaine ! Je suis devenue la fournisseuse officielle de crayons pour certains étudiants.

Ça marche si on y va au pif ?

A.M.T. – Tout droit réservé – Juliette Berthier – Registre factice de Pièces à l’appui des Comptes

J’ai commencé mes premières recherches sur des factures du XVIIIème siècle, reliées en recueil factice, elles se trouvent dans le fonds Pièces à l’Appui des Comptes des Archives Municipale. Depuis, ma technique de consultation a évolué. Au départ, le simple fait d’avoir un document ancien devant moi me réjouissait. J’ai donc, pendant un temps, choisi des cotes sans grande réflexion : une cote après l’autre, dans l’ordre de rangement.

Puis sur les conseils de ma directrice de recherche, je suis passée aux années 0 : tous les 10 ans. 1700 – 1710 – 1720, etc. Cette méthode n’est pas dépourvue d’inconvénient, elle m’a fait louper des informations. Cette année je repère donc en avance les documents que je veux consulter.

Pour cela, j’ai un outil magique : les inventaires de Géraud de Lavedan ! Archiviste des archives municipales, il connait mon sujet et il connait les archives. Il sait donc à peut près où je peux trouver des sources intéressantes et me fournit l’inventaire où se trouvent listées toutes les cotes avec les informations principales. A moi d’en faire le tri. Je me concentre donc sur deux fonds principalement : les PAC (fonds CC) et les Délibérations (fonds BB). Je cherche dans mes inventaires toutes les cotes où il y a une référence à un visiteur de Toulouse et je demande les documents.

Un minimum d’organisation

Si j’ai bien géré mon temps lors de ma dernière consultation, j’ai, au moins, un document en attente. Ainsi, j’arrive et je peux directement travailler. Sinon, je fais une demande et je dois attendre le temps que les archivistes descendent dans les bas-fonds des magasins pour aller chercher la cote demandée. Une fois le document avec moi, je travaille toujours de la même manière : je vais aux folios référencés dans mes inventaires, je lis ou déchiffre suivant l’écriture et je le prend en note sur ma base de donnée. Enfin je prend une photo car on ne sait jamais, j’aurai peut-être besoin d’y rejeter un coup d’œil.

Le piège c’est de se tromper dans les cotes et de se retrouver avec un document déjà consulté. Ou encore que l’archiviste se trompe dans la cote, se retrouver face à un document du XVIème siècle et mettre bien 10 minutes, après avoir bien saigné des yeux à vouloir le déchiffrer, avant de comprendre qu’il y a vraiment une erreur !

Un rêve devenu réalité ?

Tout droit réservé – Juliette Berthier – Surprise de taille lors de la consultation d’archives !

En tant que chercheur, on nous parle souvent de nos archives « rêvées ». Cependant j’ai la chance de travailler avec un type d’archives que j’ai toujours voulu voir : des vieux livres pleins de poussières dans lequel on peut trouver aléatoirement des pages de moisissures ou des sceaux encore accrochés au papier. Sur la forme je suis donc plutôt bien servie ! Par ailleurs, je ne m’ennuie jamais, il y a toujours des choses nouvelles qui surprennent : la taille du document, parfois immense, parfois toute petite parfois « normale ». Je suis tombée une fois sur un document écrit sur du cuir, voire peut-être même du vélin ! Chaque journée aux archives apporte son lot de surprise !

Sur le fond, je suis bien moins enthousiaste !  Consulter des factures à longueur de matinées me mets moins en joie. Cependant au fur et à mesure des consultations, on peut faire des parallèles qui deviennent intéressants et qui donnent envie de continuer. C’est d’ailleurs ça le principe de la Recherche !  Mes archives rêvées dans ce cas, ce serait un lot avec toutes les informations au même endroit pour pouvoir faciliter ce travail de parallèle : chaque visiteur pourrait avoir son propre dossier plutôt que d’avoir  les informations éparpillées dans une multitude de fonds. C’est si beau de rêver…

Mais pourquoi des factures ?

Je n’aime pas les chiffres, j’ai été nulle en maths, je compte toujours sur mes doigts et pourtant. Des factures ! Si je m’inflige ceci, c’est parce que ce n’est pas forcément le montant de la facture qui m’intéresse le plus, mais ce qui a été acheté ou vendu. Lorsqu’on prépare une réception chez nous, un repas, une fête, il est souvent nécessaire d’aller faire quelques achats. Pour les Capitouls, c’est la même. Recevoir c’est préparer en amont : faire les achats de présents, louer des couleuvrines, prévoir du personnel pour la réception ainsi que les traiteurs pour les menus… Tant de choses qui ont été payés et dont une trace a été gardée. A partir de ces factures, je peux donc savoir ce qui était prévu pour qui.

Mais je ne m’appuis pas uniquement sur des factures, Dieu merci ! Avant d’acheter quoi que ce soit, il faut que le Conseil se réunisse afin de délibérer sur les modalités d’accueil et désigner un responsable pour gérer le tout. Dans les Délibérations, j’ai donc les principales décisions concernant l’arrivée : les lettres échangées, la nomination des différents capitaines pour le cortège, la décision d’illuminer les rues ou non, etc. Ce sont des textes beaucoup plus normés mais très intéressant !

En manque de sources ?

Chaque chercheur se retrouve à un moment donné, bloqué à cause d’une source manquante. Si il la trouve, c’est un grand moment de joie : il arrive enfin à mettre tous les éléments dans l’ordre et peut avancer d’un grand pas. Parfois c’est la source manquante qui permet de poser les interrogations et découvrir une nouvelle problématique. Pour ma part, je prend les sources que je trouve et je tente de palier le manque d’informations avec des lectures sur la vie des personnes que je suis. Ce manque de sources n’est donc pas aussi négatif qu’on pourrait le penser : il permet de trouver des alternatives et de se tourner vers d’autres supports !

Trouver LE truc qui débloque tout !

Crédit Image à la Une : CC – Pixabay – Monsterkoi


Juliette Berthier

Etudiante en Master 2 recherche, j’étudie les visiteurs des Capitouls à l’époque Moderne sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *