Métro, boulot, dodo ?

Si la recherche a bien un avantage, même à petite échelle, c’est de ne pas être routinière ! Néanmoins, nous avons tous un petit rituel pour travailler, des manies et des méthodes qui nous permettent d’avancer plus vite ou au contraire qui nous ralentissent. Cela met du temps avant de trouver les bonnes méthodes : celles qui nous permettront d’optimiser au maximum notre temps de travail. Les miennes, je les ai découvertes sur le tas, grâce à des expériences parfois désastreuses pour ma moyenne universitaire ! Dans ce post, j’aimerais exposer quatre points, qui je pense, résumeront au mieux ma manière de travailler.

1. Trouver son havre de paix.

Je n’ai jamais été très adepte des travaux en groupe, je préfère étudier seul, avec de la musique en fond. Étant une vraie pipelette, j’ai beaucoup de mal à tenir en place quand je suis à côté de quelqu’un, j’ai sans cesse une anecdote à lui raconter. Lorsque j’arrive enfin à me concentrer, je peux rester des heures et des heures sur mon travail. Malheureusement pour moi, cela n’arrive pas souvent ! De fait, je ne suis pas non plus une grande usagère des bibliothèques, j’aime beaucoup travailler chez moi, cela me laisse une certaine liberté.

Cette année je me suis vite rendue compte, que de ne pas séparer son lieu de travail et son lieu de vie, pouvait avoir des inconvénients. En effet, il est difficile de s’y mettre pour de bon lorsque l’on étudie chez soit. Il y a toujours mille choses plus importantes à faire que d’ouvrir ses cahiers : le ménage n’est pas fait, ou alors la vaisselle, on a soudain envie de trier son armoire ou ses papiers, etc. De plus, ne pas faire de séparation, empêche de profiter pleinement des moments de détente. Si l’on associe son lieu de vie à son lieu d’étude on a vite fait de culpabiliser lorsque l’on faite autre chose que travailler.

Prenant en compte ces inconvénients, et ma hantise de travailler à la BUC (bibliothèque universitaire centrale), j’ai essayé de trouver un juste milieu en divisant ma journée en deux. Ainsi, le matin je travaille dans une des bibliothèques toulousaines près de chez moi, il y a moins de monde et je peux aisément rentrer chez moi sans que cela soit le parcours du combattant. L’après midi, vous l’aurez compris, je reste chez moi. La première chose importante dans la recherche est de trouver un lieu où l’on se sent bien pour travailler, un havre de paix en quelque sorte (car on va y passer beaucoup de temps….)

2. L’illusion des programmes de travail !

Il arrive souvent de se sentir débordé, accablé par la charge de travail qui nous tombe dessus. A chacun sa croix vous me direz ! Mais il est vrai, que la recherche peut être très angoissante, surtout lorsque l’on ne voit pas le bout du tunnel. Chaque étudiant, a un jour opté pour les programmes de travail ou de révision. Mais cela ne fait pas de nous des as de l’organisation. Je trouve que s’imposer des choses à faire tous les jours ne marche pas vraiment, cela donne parfois même l’effet inverse… En effet, on peut vite se sentir plus bas que terre si l’on a pas su respecter son calendrier.

La capacité à travailler efficacement ne vient pas tout les jours à la même heure, telle la muse du poète, elle est capricieuse, et daigne sortir le bout de son nez à des moments parfois surprenant. Il m’est déjà arrivé de travailler le soir après manger, jusqu’à une heure tardive, non pas parce que je devais rendre mon devoir le lendemain et que j’avais tardé à m’y mettre, mais par simple plaisir, parce que j’étais lancée dans ce que je faisais, et que je ne pouvais pas m’arrêter. Vous comprendrez bien, qu’avec une telle inconstance, il m’est quasiment impossible de prévoir à l’avance. De plus, parfois on calcul mal le temps que nous prendra un travail, ce qui retarde le calendrier, et nous pousse à l’autoflagellation !

Je ne prône pas non plus l’anarchie la plus total, il serait compliqué de rendre à temps son mémoire sans un minimum d’organisation. Pour être organisée sans avoir de l’exéma à ne plus savoir quoi en faire, j’ai opté pour les « to do list » ! Se fixer des objectifs sur un laps de temps plutôt long (et parfois court ! Ah la relativité du temps….), me semble un bon compromis. Cela permet de savoir ce que l’on doit faire pour ne pas être en retard, sans culpabiliser au quotidien, et en se laissant une certaine liberté.

3. De l’importance de procrastiner !

Une fois plongé dans son sujet on a tendance à le voir partout !  On ne pense qu’à ça… on mange avec, on se douche avec (si vous saviez le nombre d’idées que j’ai eu sous la douche), on dort avec, on marche avec etc. On vit avec en somme, et cela peut parfois être très aliénant. Il est important de faire des pauses, des activités qui n’ont rien à voir avec son mémoire, il faut savoir se détendre ! Après avoir pris l’air, on voit les choses sous un autre angle, on peut même avoir un déclic, identifier un élément auquel on avait pas pensé. S’ennuyer aussi est essentiel… se perdre longuement dans ses pensées, et dans les tréfonds du internet est bien souvent bénéfique. Bien sur, il ne faut pas passer ses journées à se la couler douce, une margarita à la main. Mais lever le pied ne fait jamais de mal !

D’autant plus que le chercheur est parfois isolé, seule face à son travail. Je me sens parfois moi même seule malgré la chance d’avoir un petit ami qui fait les même études que moi et un papa à l’écoute. Face à son sujet le chercheur est seul, on a beau côtoyer des personnes qui sont dans notre promo et comprennent notre quotidien, chacun a son sujet, sa manière de l’aborder, son univers. Il est donc nécessaire de ne pas s’isoler, de sortir voir du monde et se serrer les coudes !

Suivant mes bons conseils, je prévois souvent des journées de off, au moins une fois par semaine. Ainsi, je m’interdis formellement de travailler le dimanche !

4. A chacun sa méthode.

Je ne pense pas qu’il y ait de bonnes ou de mauvaises méthodes de travail. Je pense que chacun doit trouver celle qui lui convient. D’autant plus que les sources et les manières de les traiter varient d’un sujet à l’autre. La mienne est assez simple, mais prend un temps fou. Travaillant sur la manière dont les révolutionnaires espagnols concevaient le mot révolution, j’étudie des lettres écrites par des miliciens affiliés à une mouvance révolutionnaire espagnole. Mon but est d’analyser leur manière d’écrire et le vocabulaire qu’ils utilisent.

Devant la difficulté de la tâche (puisque que j’ai plus de 200 lettres à étudier) j’ai mis en place une méthode afin de ne pas fournir des résultats erronés ou basés sur mes ressentis. Ainsi, je commence par retranscrire et traduire toutes les lettres que j’ai à ma disposition sur un document word. Ensuite j’imprime ce document pour corriger les erreurs que j’aurais pu faire en recopiant mes sources. Le but est de retrouver toutes les fautes (d’orthographe, de grammaire ou de syntaxe) faites par les auteurs. Il ne me reste plus qu’à noter les écrivains en fonction du nombre de fautes, ce qui me permettra grâce à mon tableau de données de voir le pourcentage d’alphabétisation de ces hommes. Cela est ma méthode pour l’analyse purement textuelle de mes sources.

Dans un deuxième temps, il me faut étudier le vocabulaire utilisé par ces hommes. Pour cela j’ai mis en place un tableau de données avec différentes entrées afin de voir les mots dont ils usent pour parler de leur ennemis, d’eux même ou des actions qu’ils entreprennent.

Je crois que la bonne manière d’articuler son quotidien est de trouver celui qui nous correspond le mieux, l’essentiel est de se connaître et d’être honnête envers soit même ! A chacun son rythme (chacun sa vie, chacun son chemin, passe le message à ton voisin !)

 

 

 


Lisa Albassier

Etudiante en Master 1 d’Histoire à l’université Toulouse II -Jean Jaurès, je travaille sous la direction de Mr François Godicheau dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mes recherches portent sur la révolution espagnole de 1936 et plus précisément sur la vision qu’en avaient les acteurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *