À un cheveu d’arrêter…

La recherche c’est comme une boîte de chocolats…

C’est la rentrée, et il convient déjà de faire un bilan. Un point d’étape. Regarder derrière soi pour mieux aller de l’avant. Comment suis-je arrivé jusqu’ici, et où ai-je envie d’aller ensuite ? Car il n’y a pas besoin d’être un grand philosophe pour savoir que l’on se retrouve parfois là où l’on aurait jamais imaginé être quelques mois ou années auparavent.

Il en va ainsi de mon propre parcours, remis en question presque chaque année. J’ai débuté ma Licence d’Histoire à Amiens, où je découvrais par les cours de David Bellamy le XIXe siècle, qui devait me coller à la peau par la suite. Désireux de changer de cadre et de rejoindre une université qui offre une réelle formation aux concours de l’enseignement (en particulier de l’agrégation), je déménage à Toulouse dès la Licence 2. Mais à la fin de la troisième année, tout se bouscule. Alors que tout m’envoie en master recherche sur la période contemporaine, je tergiverse, hésite à rejoindre une formation professionnelle, et m’inscrit finalement en master d’histoire antique, séduit par les talents oratoires de l’excellent Laurent Bricault. C’est une catastrophe industrielle. Attiré par l’envie de concrétiser mon engagement d’élu étudiant, je m’inscris alors en Sciences Politiques, avant de me raviser face aux chances minimes d’intégrer le master 2 que je voulais. Finalement, je décide d’entamer un master de recherche en histoire contemporaine.

Un sujet tiré par les cheveux ?

Carte postale – les allées Lafayette en 1910, Archives municipales de Toulouse

Passionné comme je le disais par le XIXe siècle depuis ma première année d’étude, je connaissais donc les bornes chronologiques de mon sujet. De plus, après les problèmes que cela avait posé en antique, je voulais être assuré de savoir où aller chercher mes sources, et pouvoir y accéder facilement. Naturellement, j’ai donc opté pour un sujet portant sur Toulouse. C’est donc avec ces deux « mots-clés » impératifs, Toulouse et le XIXe siècle, que mon aventure d’apprenti-chercheur a pu commencer. Les coiffeurs viennent d’une proposition de Sylvie Vabre, dont j’avais suivi les cours de L3 sur la consommation au XIXe siècle, dont les champs d’études correspondaient à mes souhaits.

Comme bien des activités, aller chez le coiffeur est un acte anodin, qui nous semble naturel et intemporel. Il y a pourtant là une activité unique, résistant de fait à l’industrialisation, qui n’est ni tout à fait de l’artisanat, ni vraiment du commerce. Cas particulier du tissu économique, le coiffeur occupe aussi un rôle social important, et se trouve dans l’ombre d’un pan entier de l’histoire des représentations et de la mode.

Étudier les coiffeurs, c’est donc bien d’avantage que faire de l’histoire économique ou de l’histoire sociale centrée sur les coiffeurs. C’est ce nécessaire mélange des genres et des focales qui m’a attiré vers ce sujet. Et, n’étant qu’au début de mes recherches, je ne voulais rien écarter. J’ai donc choisi un énoncé le plus simple possible : « Coiffeurs et barbiers à Toulouse au XIXe siècle ».

Hésitations, remises en question et lendemains lointains

Mon parcours chaotique qui aurait pu se stabiliser là, lancé de nouveau vers les rêves de thèse. Mais non. Aléas de la vie personnelle, inclinaison pour le journalisme sportif, le début de l’été a encore été agité en termes de choix, et si je ne regrette pas d’être en Master 2, les conséquences sont là. Toujours tiraillé entre curiosité pour la recherche et envies de choses plus concrètes, entre l’incapacité à tenir la rigueur à long terme et une certaine capacité d’investissement, il faut alors reprendre l’ouvrage.

Se remettre au travail sur un sujet qu’on a manqué de laisser de côté n’est pas chose aisée. Avec une maturation estivale tronquée, la réflexion sur les termes et les objetifs du Master 2 n’a pas été à son terme. La priorité reste le dépouillement des recensements de population, néanmoins il faudra repenser le titre de mon sujet afin de mieux définir mes axes de recherche. Pour le master 1, j’avais fais le choix de garder un titre large afin de souligner l’idée de prosopographie d’une part, et de coller d’autre part à ma conception d’une histoire totale, qui conjugue histoire sociale, histoire des techniques, histoire économique, urbaine ou encore de la mode. Autrement dit, saisir un pan entier d’histoire le plus réaliste possible à travers un objet, un groupe témoin. Cette année, je souhaiterais afiner ma recherche sur les sociabilités des coiffeurs (mariages, réseau d’apprentissage, place dans la société) et sur le genre.

Directeur de recherche tentant de lutter contre l’éparpillement

Penser à après-demain

Je sais que mon avenir professionnel passera très probablement par les concours, comme c’est généralement le cas pour de nombreux étudiants en histoire. C’est pourquoi je vais passer dès cette année le CAPES pour la première fois, ainsi qu’un concours ITRF. La thèse fait également partie de mes projets, mais sans nécessairement viser un poste d’enseignement par la suite. Contrairement aux coiffeurs, qui sont un objet nécessaire mais ne constituent pas le coeur de mon choix de sujet (ils furent une proposition de ma directrice de mémoire, quand pour ma part je mettais en avant le cadre géographique, Toulouse, et chronologique, le XIXe siècle), le sport fait réellement partie de mes passions. J’aimerais donc réaliser une thèse en histoire du sport pour ensuite, éventuellement, travailler dans ce domaine. En somme, je me laisse un maximum de pistes ouvertes, conscient que certaines pourraient se refermer sans que j’y prenne garde. Il faudra alors peut-être faire un nouveau bilan…

 

Crédits image à la Une : CC, Flickr, Bart Everson

 


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search