« Je n’ai pas besoin du féminisme », parcours d’une historienne indignée.

Une du magazine Causeur pour le mois de juin 2017 Source : https://twitter.com/causeur/media

Autrefois arboré fièrement, le terme « féministe » semble être tombé en désuétude, ou être utilisé surtout pour dévaluer un propos, une intervenante, une revendication, comme si « féministe » était devenu une insulte ou une appellation à utiliser avec des pincettes. Pourtant les valeurs promues par les féministes, l’idéal égalitaire, l’idéal démocratique, la justice sociale, sont bien reçues dans le débat public et sont même intégrées comme des piliers de notre société.

Une vision utopique du féminisme.

Adolescente, puis jeune adulte, cette détestation du féminisme était pour moi une nébuleuse, face à laquelle je n’avais aucune réponse. Ni même mes professeurs du lycée. Alors je décida par moi-même de poursuivre par le biais de mes études cet étrange notion d’antiféminisme, que beaucoup dans mon entourage ne semblait même pas considéré. Mon parcours fut et reste un parcours classique : une licence d’histoire mention géopolitique, suivi d’une année en M1 de science politique avant de revenir à mon premier amour l’Histoire en m’inscrivant en master recherche à l’UT2J. Commença alors une aventure réflexive, mais également humaine pendant toute l’année de mon M1. Au départ de ma recherche, j’étais persuadée que les acquis du féminisme précisément sont généralement célébrés, présentés comme des avancées considérables à la fois pour les femmes elles-mêmes mais également pour la société dans son ensemble. Et pourtant, actuellement on n’entend presque jamais parler des féministes, de leurs revendications actuelles, des mouvements actifs aujourd’hui, des recherches menées. Pire, le terme « féministe » prête à rire, agace, renvoie à un imaginaire extrémiste, ou alors à l’idée d’une cause vaine et qui ferait inutilement perdre du temps et de l’énergie. On découvre alors une société un peu schizophrène, une société double qui vante les mérites des féministes des générations précédentes, qui applaudit les évolutions sociales engendrées par les mouvements féministes passés, qui se présente comme une société évoluée, en d’autres termes une société qui intègre l’égalité entre femmes et hommes dans ses valeurs, mais une société qui simultanément invisibilise les féministes et leurs revendications, qui rappelle aux femmes leurs devoirs de mères, leur devoir de séductrices, qui craint une inversion des sexes, une confusion des rôles sociaux et qui implicitement empêche des évolutions plus structurelles de cette société précisément. Les normes sexuées, l’hétéro-normativité, les représentations associées à l’un ou l’autre sexe, le rappel des femmes à leur rôle de mère et d’épouse, bien qu’ayant subi des évolutions ces dernières décennies et ne se présentant pas forcément de la même manière que pour les générations précédentes, ne sont pas fondamentalement remis en cause ni interrogés dans le débat public. Toute ces choses misent bout à bout vinrent provoqué une soif de connaissance de répondre à la simple question de « Pourquoi un tel rejet du féminisme ? », question qui n’a jamais cessé de me suivre tout au long de mes recherches, passées et actuelles et certainement tout au long de ma vie professionnelle et personnelle. Professionnelle, car je souhaite intégrer les rangs des fonctionnaires du patrimoine afin de mettre en lumière les femmes artistes et les intellectuelles. Et personnelle, car mes convictions ont toujours eu une influence sur mes choix, même les plus minimes.

Une évolution timide de mon sujet de recherche.

Durant mon M1, mon principal objectif fut de recadrer à multiples reprises mon sujet  devant des pistes de recherche nombreuses et variés avant de trouver ma voie. Les luttes féministes ont certainement permis aux femmes d’améliorer leur « condition », ce sont les femmes avant tout qui ont bénéficié de ces luttes. Et pourtant, les féministes souffrent aujourd’hui d’une mauvaise presse et sont déconsidérées, du moins dans les représentations et les stéréotypes qui leur sont associés. Ce ne sont pas que les hommes, dont les privilèges sont remis en question par les féministes et dont la place plus valorisée au sein de la société n’est pas forcément présentée comme légitime, qui véhiculent une image négative des féministes. Les femmes aussi participent à cette représentation, alors même que les acquis du féminisme leur ont permis d’occuper une place plus reconnue dans la société. Les représentations que les femmes associent aux féministes sont le plus souvent négatives, ou très mitigées, et elles sont notamment le résultat d’une propagande antiféministe apparue dès la fin du XIXème siècle. L’objectif de mon M1 était de démontrer comment l’élan antiféministe a disqualifié depuis ses débuts toute revendication féministe, mais a surtout construit l’image d’une féministe à laquelle il demeure très difficile de s’identifier pour les femmes. Les représentations associées à cette dernière vont à l’encontre de la norme sexuée, les féministes ne réaliseraient pas l’ »être femme » et elles se dénatureraient au nom d’une cause. Je me suis donc donnée pour objectif lors de mon M2 d’analyser les représentations associées aux féministes et de tenter de comprendre pourquoi l’auto-définition et l’auto-affirmation féministes semblent hésitantes ou n’emportent qu’une adhésion modérée par le biais du magazine Causeur, classé très à droite sur l’échiquier politique. Ma réflexion se place du côté des femmes, qui sont les principales bénéficiaires des luttes féministes et dont le rejet de l’étiquette « féministe » me semble particulièrement intéressante à analyser et à comprendre. Cela me permet d’aborder une situation qui peut paraître paradoxale, dans la mesure où ce sont les femmes qui ont hérité des acquis des féministes, qui ont pu accéder à des cadres de vie, des cadres académiques, des cadres professionnels auxquels leurs aînées n’avaient pas forcément accès avant elles. Ma recherche permettra justement de démontrer que les injonctions de la société, que les attentes et les normes sociales empêchent les femmes de se déclarer et de se définir ouvertement comme féministes et que ce sont les acquis des féministes passées qui sont célébrés et non pas les revendications actuelles ou les évolutions qui pourraient intervenir dans l’avenir.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/12/2017

    […] y voilà. Depuis le premier billet de nos tribulations, du temps est passé. Après plusieurs semaines à rédiger différents billets […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.