Parcours d’un jour, parcours de toujours ?

LE livre qui m’a fait découvrir et apprécier l’histoire moderne! (cc: photo personnelle, tous droits réservés)

Me voici en deuxième année de master recherche, par le plus grand des hasards ? Certes non, le hasard n’existant pas, il est nécessaire de trouver une autre explication rationnelle, faire un retour sur soi permettra de combler cette lacune. Commençons par évoquer dans un premier temps comment j’en suis venu à m’intéresser à la formidable Clio.

Après l’inégalable baccalauréat, l’Histoire (avec un grand H s’il vous plaît) m’apparaissait comme une discipline à part entière, ô combien primordiale pour saisir notre monde contemporain. J’ai donc intégré l’université d’Albi, choix qui a été fait sur plusieurs attentes: d’une part la proximité géographique, un cadre agréable qu’incarnait la ville d’Albi, d’autre part, une formation suivie par des professeurs disponibles.

C’est donc un tout qui m’a décidé, la formation incarnait un moyen sûr d’acquérir des compétences, une méthode ainsi qu’un savoir. Par conséquent, j’ai effectué mes trois années consécutives à l’Institut Champollion après avoir acquis un rythme d’étudiant classique, c’est à dire, un état studieux plus ou moins actif selon les périodes. J’ai été rapidement attiré par l’histoire moderne lorsque j’ai découvert la richesse des évènements qui la composait, chose qui est survenu en première année de licence, lorsque j’ai dû me farcir les dizaines de pages de cours magistraux, jusqu’alors discriminés en vue du partiel de fin d’année…. En effet, c’est paradoxal me direz-vous, mais j’ai souvent hésité entre la période médiévale (mais il faut que je réapprenne le latin) et contemporaine (qualifiée de journalistique par certains profs, avec raison). C’est donc un événement quelque peu ”fortuit” qui m’a poussé à me plonger dans la période moderne et m’a conduit à l’apprécier. Comme quoi, la pression de l’examen à du bon !

La naissance du sujet : un choix cornélien

Vrai parcours du combattant, choisir un sujet m’a été difficile pour plusieurs raisons: en premier lieu, je n’avais pas de préférence, ni l’ambition de traiter un pan précis de l’histoire, ci ce n’est d’étudier un élément qui se rattache à l’époque moderne. Après en avoir touché un mot aux enseignants de Champollion (la fin de l’année approchant à grands pas), j’ai opté pour une étude culturelle portant sur l’Amérique Latine. Plus précisément, sur une bataille de la conquête du Mexique par Hernán Cortés, appelée la Noche Triste.

Mon ambition était d’étudier la mémoire autour de cet épisode, la manière dont il avait été intégré par les aztèques et les européens au travers de la mémoire collective, des créations artistiques ou littéraires. En un mot, je souhaitais faire une étude comparée de l’appropriation de l’Histoire par deux entités politiques et civilisationnelles antagonistes, et la manière dont elles se percevaient. O funeste erreur, que n’avais-je pas fait, la question des sources ne m’avait pas vraiment préoccupé ! Vite, ni une ni deux, voyant la difficulté que représente un sujet aussi ambitieux, je reviens à la case départ, sans sujet… Voyant la rentrée approcher, je contacte mon professeur de moderne, Mathieu Grenet, pour discuter de sujets faisables, alliant thème local et présence attestée de sources : le projet de l’ambassade ottomane voit le jour !

L’ambassade ottomane de Mehmed Efendi : M1 et M2, même combat

Quoi de mieux en effet que d’étudier l’interculturalité au travers d’un diplomate Turc à Toulouse ? Après avoir soutenu le mémoire, je peux désormais affirmer que le master 2 s’orientera sur une approche similaire mais avec un cadre spatiale beaucoup plus élargi puisqu’il s’agira d’étudier les modalités de la diplomatie et ses évolutions en faisant une monographie des villes du Languedoc dans lesquelles l’ambassadeur Mehmed Efendi est passé via le Canal du Midi.

Prendre trois villes de tailles différentes situées le long du canal sera le meilleur moyen de constater ou non l’application de la diplomatie selon des échelles restreintes et donc voir quelle part de mémoire est restée dans ces lieux. La surprise pourra être au rendez-vous, puisque il se pourrait que le passage de l’ambassade ait fortement marqué les esprits des locaux dans des bleds peu probables. Ainsi, dans les jours à venir, je vais procéder à la phase de dépouillement aux archives départementales de Montpellier et de l’Aude, ainsi que les petites archives municipales de villes comme Castelnaudary, Frontignan ou encore le Sommail.

Registre manuscrit des délibérations des conseils de ville (BB 47, Archives Municipales de Toulouse)

Et concernant le devenir professionnel me direz-vous ? Nuit et brouillard, comme l’écrivait ce bon vieux Céline. Je reste encore interrogatif quant à mon avenir, vais-je préserver encore longtemps ce fameux statut étudiant tant chérie par les générations? Cela reste à voir, néanmoins certaines hypothèses se font jour : partir en doctorat (larmes et grincements en vus !) ? en formation capes (pitié pas ça) ou en sciences-Pô (au point où l’on en est…) ? Pour le moment, je me concentre sur le moment présent, mais cette question va se faire de plus en plus importante au fil des jours et des mois à venir.

Crédit image à la Une: cc Pxhere


Tomás Guarisco

Étudiant en maîtrise de second cycle en Histoire Moderne à Toulouse II le Mirail. Ma thématique de recherche s'axe sur les représentations, l'interculturalité et les modalités d'application de la diplomatie au travers du passage de l'ambassadeur ottoman Mehemd Efendi, sous la direction de Mathieu Grenet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.