Le dédale des études…

Un vrai casse-tête ! Tous droits réservés, Anaïs Martinez

Une (quasi) toulousaine réalisant un mémoire d’histoire à Toulouse sur un sujet ayant pour cadre cette même ville, jusque-là ma situation n’est pas compliquée à comprendre. Néanmoins, une année dédiée seulement à son sujet de recherche ne peut pas se résumer à cette simple affirmation. En effet, le choix du sujet, l’élaboration d’une bibliographie, le dépouillement et le traitement des sources trouvées au sein des archives ainsi que la rédaction rythment ces longs mois de travail. Et c’est un vrai casse-tête de tout faire en seulement un an !

Avant d’aborder avec plus de détails le déroulé de mon master 1, il serait peut-être intéressant de revenir sur mon parcours d’étude qui m’a permis d’arriver où j’en suis actuellement.

Ayant réalisé un baccalauréat scientifique spécialité SVT, vous allez me dire que je suis bien éloignée de l’histoire. Et pourtant… La discipline historique me passionne tellement que j’ai longuement hésité entre faire des études en biologie ou les réaliser en histoire. Après une importante réflexion (et contre toute attente) l’histoire s’est imposée. Université Toulouse II Le Mirail me voici donc !

C’est en licence que je me suis familiarisée avec cette manière universitaire de faire de l’histoire. J’ai découvert les commentaires de textes, les manuels universitaires, les comptes rendus de lectures, la bibliographie, l’historiographie… Je me suis retrouvée dans un univers tout à fait étrange et inconnu, mais qui n’en restait pas moins très attirant. J’appréciais d’apprendre, mais ce qui me motivait le plus c’était chercher. Étant curieuse de nature, élaborer un raisonnement afin de trouver des réponses à une question posée est quelque chose que j’adore faire. Et c’est peut-être en cela que l’on peut voir l’influence de la biologie dans mon approche. Vous devez bien vous en douter, après la licence, le master recherche représentait pour moi une évidence.

Énoncer son sujet : pas si facile…

Mon cerveau n’a pas du tout fait ceci…

Comment choisir entre les quatre grandes périodes historiques ? Que sélectionner entre l’histoire politique, l’histoire culturelle, l’histoire sociale et l’histoire économique ?

Lorsque je me suis (enfin) décidée pour un sujet portant sur l’histoire culturelle durant la période contemporaine de nouvelles questions apparaissaient alors.

Histoire des intellectuels, de l’éducation, des médias, des sensibilités, des mémoires, des sciences, de la culture de masse,… que puis-je adopter parmi cette myriade de possibilités ? Choisir, tel fut mon dilemme. Je ne me suis pas levée un bon matin en me disant : « je veux faire ça ! ».

… mais moi j’ai plutôt fait cela !

Après réflexion, je me suis demandée pourquoi ne pas revenir vers ce que j’aimais encore il y a quelques années : les sciences. Je suis finalement allée voir Jacques Cantier avec la volonté de traiter d’un sujet portant sur l’histoire des sciences ou de la médecine, notamment par le biais de ceux qui produisent la connaissance. J’ai seulement rajouté – pour des questions matérielles évidentes – que le cadre spatial de mon étude soit celui de la région toulousaine. Après une longue discussion et les conseils de Caroline Barrera nous avons conjointement opté pour la thématique de l’enseignement de l’histoire. Ce n’est qu’en dernier temps que nous avons délimité les bornes chronologiques. Dans le cadre d’un master, deux possibilités s’offraient à nous : la période des réformes universitaires sous la Troisième République ou la phase de démocratisation de l’enseignement après la Seconde guerre mondiale. Par goût, j’ai sélectionné la première. Plus tard, j’ai découvert qu’il s’agissait du choix le plus avisé car pour la seconde période tous les fonds ne seraient pas ouverts. Multiplier les dérogations dans les services d’archives n’aide pas au bon déroulé d’un master au vu des délais de réponse.

Fruit d’une intense réflexion à trois, mon sujet de recherche se trouve donc être : « L’enseignement de l’histoire à la faculté des lettres de Toulouse sous la Troisième République ». Vous pourriez me dire que ce sujet a été tiré vers l’histoire de l’enseignement, mais c’est quelque chose qui me convient tout à fait ; après tout, les historiens réalisant des cours prennent également part à des réflexions scientifiques.

Dans le cadre du master 1 j’ai pu développer une bibliographie, une historiographie et un corpus de sources en lien avec mon sujet. Mais j’ai également réalisé une étude de cas portant sur la chaire d’histoire de la France méridionale (1886-1939). J’ai développé ma réflexion autour de trois aspects qui sont : les cadres institutionnels et matériels, le corps enseignant et le groupe estudiantin. J’ai pu découvrir des sujets très intéressants, notamment en ce qui concerne les étudiants.

La soutenance, objet d’angoisse et d’appréhension

Après avoir travaillé de longues journées dessus, après avoir déposé l’écrit du mémoire, la soutenance arrive à grands pas. Sa préparation pose de nombreuses questions : faut-il un diaporama ? Que dois-je mettre en avant ?

Et pourtant pour moi ce n’était pas tant ma présentation orale que les retours du jury qui m’inquiétaient. Est-ce que mes suppositions, mes hypothèses, mes conclusions sont judicieuses et bien argumentées ? Mes trois axes d’études sont-ils pertinents ?

Ainsi, mes deux directeurs m’ont fait des remarques positives sur le fond et la forme. Seul important reproche de fond qui m’a été fait est que je n’ai pas intégré au sein de mon historiographie un mouvement repris très récemment en France : les science studies ; ce qui se remarque dans mon étude de cas. C’est un point qui sera donc à développer dans le cadre du master 2.

Néanmoins, cette soutenance n’a pas eu pour conséquence un changement drastique de l’énoncé de mon sujet. Elle fut plutôt l’occasion de recevoir des conseils et des remarques de mes deux directeurs pour ma seconde année de master.

Un ciel plus dégagé pour le master 2 ?

La première année m’a permis d’acquérir des connaissances informatiques, bibliographiques, historiographiques et archivistiques très utiles, me permettant d’envisager le master 2 avec plus de sérénité.

CC, Pixabay, webandi

Néanmoins, ces acquis ne suffisent pas. Il me semble que pour mener à bien un tel travail, il faut également être méthodique et organisé. Cela passe notamment par une planification des travaux. Avec Jacques Cantier, nous avons décidé que jusqu’à fin janvier mes journées seront consacrées au dépouillement et au traitement des sources. Afin de faciliter l’écriture du mémoire pendant le reste de l’année, il faudra au préalable rédiger un plan très détaillé au cours du mois de février.

Tout cela nous fait réfléchir sur l’année qui vient et de son déroulé. Néanmoins, il ne faut pas omettre qu’il s’agit d’une période très courte. Par conséquent, il est nécessaire de réfléchir à l’après master 2. Que faire après deux années passées en master recherche ?

Mon souhait serait de tenter un doctorat. Néanmoins, j’ai conscience que c’est quelque chose de difficile à accomplir tant du point de vue matériel qu’intellectuel. C’est pourquoi, pour me rendre compte de manière plus approfondie des difficultés d’un doctorant, voire d’un jeune docteur, mais aussi pour avoir un aperçu plus réel du monde de la recherche, je participe dans le cadre de l’UE « stage de professionnalisation » au stage proposé par le laboratoire de recherches FRAMESPA. J’espère que cela m’aidera à prendre une décision définitive.

 

Crédits de l’image à la une : CC, Pixabay, 3dman_eu


Anaïs Martinez

Etudiante à l'Université Toulouse Jean Jaurès en master 2 dans le parcours Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, je suis actuellement sous la double direction de M. Jacques Cantier et de Mme Caroline Barrera. Mes recherches portent sur l'enseignement de l'histoire à la faculté des Lettres de Toulouse sous la Troisième République (1870-1940).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2017

    […] camarade travaille sur l’enseignement de l’histoire sous la IIIème république ; ne peut-on pas envisager une histoire immédiate de l’enseignement contemporain ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search