À la recherche de mon fil d’Ariane

Giphy

Si je devais décrire mon parcours universitaire, je dirais qu’il ressemblait, au commencement, à une grande autoroute bien droite sur laquelle on peut rouler à grande vitesse, la musique en fond, les cheveux au vent, le regard au loin, fixant l’objectif à atteindre.

Ce que je n’avais pas prévu, c’est le grand mur posté au milieu du chemin – il est vrai qu’il m’était difficile de prévoir cet obstacle, ce genre de situation est peu fréquent. – À ce moment-là deux choix possibles : continuer à rouler et se prendre le bloc de brique en pleine face, ou bien ralentir, prendre une autre voie, une autre route voire même changer de destination.

Mon parcours en histoire, une histoire de passion

Après un Baccalauréat littéraire arts plastiques, deux choix s’offraient à moi : arts plastiques ou histoire. Désireuse à cette époque de devenir professeur des écoles, j’ai fini par choisir la voie de l’histoire, finalement plus par passion que par intérêt professionnel. Ma licence en poche, sans problème, j’ai bifurqué en Master MEEF premier degré avec une véritable joie et une réelle motivation : j’allais enfin devenir professeur et apprendre à l’être. Quelle naïveté !

Je pense bien que cette année fût la pire de toute ma scolarité. La pauvreté des enseignements, parfois même leur inutilité, et le manque de motivation et de connaissances évident de certains professeurs m’ont fait rebrousser le chemin dare-dare. Plus que cela, cette année a totalement remis en cause ma volonté première d’enseigner.  Est-ce exagéré ? Peut-être bien, quoi qu’il en soit le résultat est là : 24 ans et toujours aucune perspective professionnelle en vue.

Moi à la recherche de mon avenir..
cc, pixabay, greg montani

Aujourd’hui je me sens plus comme dans un labyrinthe, cherchant sans cesse la voie à prendre pour arriver à mon objectif, ouvrant de nouvelles brèche, rebroussant le chemin parfois. Tel Thésée, j’attends mon fil d’Ariane qui me conduira vers ma voie, ou une sortie quelconque. Je me construis moi même mon labyrinthe sans comprendre comment. J’espère seulement qu’il n’est pas trop tard.

Un mémoire sur le Judaïsme, une question de logique

Malgré tout le stress qu’une orientation bloquée me cause, mon mémoire reste pour le moment ma priorité. Bien que ma volonté première fût d’aller en Master MEEF, j’ai toujours su que je me tournerai vers le judaïsme pour faire un master d’histoire. Sans savoir pourquoi, j’ai toujours eu un réel intérêt pour ce pan de l’histoire. Ce désir a été plus que confirmé en troisième année de licence auprès de trois professeurs, Colette Zytnicki, Philippe Foro et surtout, Patrick Cabanel. Leurs cours m’ont véritablement marquée et ils ne cessent de me servir aujourd’hui encore.

C’est mon directeur de recherche, monsieur Philippe Foro, qui m’a proposé d’étudier l’histoire de la synagogue Palaprat. Ce fût un travail véritablement enrichissant, et que j’ai adoré faire incontestablement. Au fil de mes recherches néanmoins, il m’est vite apparu que mes recherches ne pourraient pas se faire en deux années. C’est pour cela que cette année, je travaillerai sur une seconde institution juive toulousaine : l’ACIT, Association Culturelle Israélite de Toulouse. Après avoir vu comment la communauté juive toulousaine s’organisait et vivait autour de la synagogue, j’étudierai le rôle que tient l’association auprès de la communauté, comment à travers l’association celle-ci s’organise pour vivre voire survivre.

Pour se faire, je me suis créé un véritable planning digne d’un véritable PDG d’entreprise. Actuellement je suis en train de fouiller les archives de l’ACIT de fond en comble. Enfin,  ça c’est ce que dit le planning. Dans les faits je me suis arrêtée dans la rédaction de celui-ci. Ça commence mal.

Giphy

Image à la une : CC, pixabay, publicdomainpictures


Océane Larousse

Je suis étudiante en master histoires et civilisations modernes et contemporaines sous la direction de Philippe Foro à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. Mes domaines de recherches se portent sur l'histoire des Juifs et plus particulièrement celle des Juifs de Toulouse

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/12/2017

    […] Au fond, pourquoi je ne fais pas ça comme ça ? Mais tout simplement parce que je n’y trouve aucun plaisir, aucun intérêt à le faire. La recherche n’est pas pour moi. Comme je suis butée j’irais probablement au bout, mais mon mémoire n’est définitivement pas ma priorité cette année encore. Donc un grand merci à notre professeur, Monsieur Poublanc, pour m’avoir aidé en quelque sorte, à comprendre que encore une fois, ce n’était pas mon chemin et que j’étais encore en train de foncer dans un mur. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.