Team ordi ou team papier ?

CC, Pixabay, bogitw

Depuis mon entrée en licence, mon rapport à l’histoire a bien évolué. Le plaisir d’apprendre a peu à peu cédé sa place au travail de l’historien. 

Cependant, l’histoire reste une part importante de ma vie. Véritable bibliophile voire même « bibliovore », j’ai une forte tendance à dévorer tous les livres parlant d’histoire et ce, sur des sujets très variés. En ce moment, je reconnais être happée par mon sujet de mémoire et lire essentiellement des ouvrages sur la guerre d’Algérie ou les troupes armées en Algérie. Je trouve toujours un peu de temps pour me plonger dans quelques bons bouquins historiques qui, pour la plupart, je le reconnais, traite d’histoire immédiate.

Le numérique est mon ami…

Je ne dénigre pas non plus les articles en ligne, c’est encore de nos jours le moyen le plus simple d’avoir accès à un grand contenu scientifique, et de qualité ! Ma préférence va encore aux articles en langue anglaise, plus riches et numériquement plus dense. J’ai pu en trouver un certain nombre sur HAL .
Un autre lien que je peux entretenir avec l’histoire réside dans la consultation de blogs. J’en consulte un certain nombre régulièrement. Cependant, je dois préciser que ces blogs ne sont, à l’origine pas historiques. Ce sont des blogs d’actualité dans le domaine de la Défense (mon domaine d’étude par extension) dans lesquels on retrouve des dossiers ou articles historiques. C’est notamment le cas de La voie de l’épée, écrit par Michel Goya, ancien colonel d’infanterie reconverti en historien. Il a particulièrement consacré un article à un pan de la guerre d’Algérie.
Internet me permet d’avoir accès à la plupart des documents et autres publications historiques.
Travaillant, je n’ai pas toujours la possibilité de regarder ou d’écouter certaines émissions de télévision ou de radio. La Fabrique de l’Histoire par exemple, ou d’autres émissions de vulgarisation historique, ne me sont parfois accessibles que par podcasts. Si je ne me retrouve pas toujours dans les sujets abordés, il peut être intéressant de les écouter notamment d’un point de vue historiograhique.

En réalité, pour mes recherches, je me dois d’être connectée presque constamment puisque même mes archives sont informatisées. En effet, lorsque j’ai déterminé mon sujet, j’ai choisi de donner une part très importante aux témoignages. Il y a ceux que je suis parvenue à récolter moi-même c’est vrai, mais il y a surtout ceux du service historique de la Défense. Leur fond oral est particulièrement riche et grâce aux catalogues informatisés mis en ligne, j’ai pu au mieux préparer ma visite et les journées d’écoute qui s’en sont suivies.

… mais je préfère le papier

CC, Livre d’histoire, Fuchsia

Malgré tout, je dois l’avouer, je préfère travailler à l’ancienne. Mon sujet, au niveau archivistique ne me laisse que peu de possibilité de mettre cette affection pour le papier en application mais je me rattrape autrement. C’est le cas notamment dans tous les recueils de témoignages que j’ai pu trouver, dans ma manière de prendre des notes mais surtout, cela a été le cas lors de l’écriture de mon galop d’essai l’année passée.
Véritable accroc du papier, la majeure partie de mon travail s’est effectué sur des cahiers, des feuilles volantes et autres brouillons. Je n’ai eu recours à mon ordinateur que pour la partie finale, celle de la rédaction. Il est plus simple, je trouve de noter et référencer les documents avec un papier et un crayon, même si c’est bien moins écologique !

Il est étrangement plus simple pour moi d’écrire sur du papier, je n’ai pas forcément de problème pour écrire puisqu’une fois le plan et la problématique établis, cela a été « tout seul ». Ce n’était pas forcément simple de faire vraiment œuvre d’historien pour la première fois mais certaines lectures ont aidé. Ainsi l’ouvrage de Michel Goya (oui encore lui !), Sous le feu, la mort comme hypothèse de travail, m’a donné une bonne idée de la manière dont je souhaitais amener mon propos.
C’est aussi le cas de deux recueils, que j’ai découvert dans la bibliothèque de l’Ecole des troupes aéroportées. Ces deux précieux ouvrages sont le fruit de la collaboration de passionnés avec l’ECPAD. 1er régiment de chasseurs parachutiste, témoignages pour l’histoire et Légionnaires parachutistes: 60 ans au service de la France mêlent habilement points historiques et présentent de nombreux témoignages.

Pour répondre à la question, le papier, il n’y a rien de mieux !

 

Crédits image à la une: CC, Pixabay, Machine à écrire.


Marion Ferré

Après avoir validé une licence en histoire, je travaille actuellement, sous la direction de Mr Jean-Marc Olivier, sur les engagements des régiments parachutistes entre 1944 et 1962.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *