Prendre la plume d’une main et le clavier de l’autre

3 mois et 210 pages plus tard et voilà le résultat ! Tout droits réservés Anaïs Martinez

Ici, je ne parle pas de la rédaction d’une dissertation de quelques pages ou de l’écriture d’un compte rendu de lecture. Non, j’aborde la question de la mise par écrit de tout un travail de recherche. Trois mois voués à l’écriture… rien ne m’avait encore préparé à vivre une telle expérience. Moi, l’ancienne lycéenne scientifique plus habituée à faire des schémas que de longs textes philosophiques, comment ai-je pu m’en sortir ? Un mot : la persévérance.

Chacun possède sa propre manière d’écrire. Lorsque je me mets à rédiger un texte, je ne me raccroche jamais à un livre ou à un auteur en particulier. Peut être est-ce un défaut ?! Mais si j’ai fais des emprunts, ce n’est pas de manière intentionnelle. Comme j’ai pu le dire dans un autre de mes billets (« Le parcours »), je n’ai pas réalisé un parcours littéraire avant d’arriver en licence d’histoire. C’est pourquoi, lorsque je songe à des professeurs m’ayant transmis une façon d’écrire, je pense à mes enseignants de SVT. Ces derniers devaient nous inculquer un style particulier, mêlant les paragraphes écrits aux schémas, tableaux et graphiques. Je pense que mon style d’écriture – carré, structuré – remonte à cette période. Les sciences restent importantes chez moi. Si je regarde des magazines d’histoire à la télévision, si je lis des livres d’histoire (en ce moment mon livre de chevet est Les hors-la-loi de l’Atlantique de Marcus Rediker), j’en fais de même pour les sciences.

L’immaculée page blanche

Pour moi, l’écriture reste un travail et non un plaisir. Si certaines de mes connaissances se sont déjà essayées à l’écriture de nouvelles, d’aventures épiques ou de journaux intimes, ce n’est absolument pas mon cas. La mise par écrit permet de rendre compte de mes réflexions, de mes hypothèses… pas plus.

Lorsque l’on atteint le fond du gouffre…

Mon rapport très particulier à l’écriture a provoqué chez moi, de nombreux blocages. Ma première semaine d’écriture fut horrible. Après une journée de travail, j’obtenais seulement deux pages. Que de désillusions ! Le symptôme de la page blanche, objet de toutes mes angoisses me narguait quotidiennement. On nous avait prévenu : « Le mémoire que vous avez à l’intérieur de votre tête ne sera jamais celui que vous écrirez ; il faut seulement tout faire pour s’en rapprocher ».

Afin de contourner cette paralysie, je me suis créée une sorte de stratégie d’écriture. Par exemple, pour perdre le moins de temps possible, lorsque j’écris et que je n’ai pas les détails précis d’un exemple ou d’une idée sous la main, tant pis, j’inscris entre crochets l’élément et je continue tranquillement ma rédaction. Mon objectif est donc d’écrire la trame générale, la structure pour éviter la léthargie. Dans un deuxième temps, je complète le texte à trous. Autre exemple, pour rédiger mon étude de cas, je n’ai pas commencé par ma première partie. Non, cela aurait été trop ordinaire (j’aime bien me compliquer la vie). En réalité, cela m’a plutôt aidé. Pour me mettre à l’aise dans la pratique de l’écrit j’ai débuté par la troisième et dernière partie. Elle comprend une analyse sociologique du groupe estudiantin. Mêlant graphiques, tableaux et cartographies, les paragraphes furent plus simples à écrire.

Lorsque l’ordinateur se trouve au placard…

CC, Pixabay, Congerdesign

La mise par écrit de mon étude de cas s’est faite intégralement sur un bloc note A4 (voilà qui est très précis). Mon écriture, qui se trouve déjà être perturbée l’est encore plus quand j’essaye de rédiger directement sur un traitement de texte. Cela n’est donc pas à prescrire. Ce n’est que dans un second temps que j’ai tout retranscrit sur mon ordinateur.

De la même manière, pour vérifier l’orthographe il a fallu que j’imprime tous les fichiers. Je n’ai jamais réussi à voir une seule erreur sur un écran d’ordinateur. J’ai également dû faire une petite mise au point sur les règles de base avec Projet Voltaire.

Mais même en ayant les papiers entre les mains, je sentais que je n’arrivais pas à tout saisir. Parfois, on connaît tellement son écrit que l’on passe totalement à côté d’énormes fautes. Une amie ayant d’excellentes capacités rédactionnelles m’a proposé son aide. Elle m’a fait de nombreuses remarques sur la syntaxe, sur l’orthographe. Mais elle m’a surtout rassurée sur mon écriture. Pour elle, cela restait clair et bien structuré. Avoir une relectrice m’a beaucoup soulagé. Il est apaisant d’obtenir un premier avis juste avant de rendre son écrit au jury de la soutenance, surtout lorsqu’il est positif.

Après trois mois passés à faire quelque chose que je n’apprécie pas plus que ça, je voyais enfin le bout du tunnel. La mise en page, la rédaction des notes de bas de page, l’insertion des photographies, des cartes, des tableaux et des graphiques ont été une formalité. Et le 21 juin, me voilà en train d’imprimer et de relier 210 pages.

Cette expérience inédite d’écriture m’a beaucoup apporté. Mais entre la rédaction du premier et du second mémoire, il se passe une longue période. Me connaissant, je sais que je ne vais jamais écrire si je n’en ai pas l’absolue nécessité. C’est pourquoi, participer à ces tribulations historiennes devrait me permettre de maintenir une pratique hebdomadaire. Et qui sait, peut-être qu’un jour j’écrirai avec plus d’entrain et de facilité.

Crédits de l’image à la Une : CC, Pixabay, Wokandapix


Anaïs Martinez

Etudiante à l'Université Toulouse Jean Jaurès en master 2 dans le parcours Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, je suis actuellement sous la double direction de M. Jacques Cantier et de Mme Caroline Barrera. Mes recherches portent sur l'enseignement de l'histoire à la faculté des Lettres de Toulouse sous la Troisième République (1870-1940).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search