La page blanche, le nouveau réalisme et Miles Davis

L’art de compter les pixels, CC Martin Hazard

Déjà 3 heures. 3 heures que je fixe désespérément la page blanche de mon ordinateur en espérant, au hasard de deux rêveries, qu’un sursaut d’inspiration m’aiderait à rédiger ce billet sur l’écriture en histoire. Comment pourrais-je entamer ma tribulation ? Ah je sais, en citant Baudelaire [Elévation – Les Fleurs du mal] ! C’est parti, ça fera l’affaire ! Et puis c’est certain, la poésie m’insufflera des idées.

« Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées, – Des montagnes, des bois, des nuages, des mers, – Par-delà le soleil, par-delà les éthers, – Par-delà les confins des sphères étoilées… ». C’est grave docteur ?

Manque d’inspiration

Comment écrire lorsque l’on n’est pas inspiré ? Alors que j’essaie désespérément d’entamer cette nouvelle tribulation historienne, la réponse la moins sotte me parait-être : « En écrivant sur son manque d’inspiration ». Oui, pourquoi pas. D’ailleurs, tant que j’en suis à discuter avec moi-même, une autre question me vient : comment être inspiré ? Comment ressentir la verve du poète ? Une seule réponse : la lecture.

Donc avant tout : des excuses. Les études universitaires prennent déjà beaucoup de place dans mon emploi du temps hebdomadaire et en dehors de ce qui concerne mon sujet de recherche et/ou les cours universitaires je ne lis pas beaucoup, voire quasiment pas. En revanche, le temps des vacances scolaires me semble toujours approprié à la pratique. Entre romans de sciences fictions et contes philosophiques mes lectures sont assez variées au cours de l’été. Si ce n’est qu’en général j’évite de lire des études historiques. Cela ne veut pas dire que je sois complètement réticent à l’idée d’ouvrir un magazine l’Histoire et de me lancer dans une lecture aléatoire, ou bien que je ferme les yeux lorsque se publie un article intéressant, d’un sujet quel qu’il soit, sur mes réseaux sociaux (oui cela arrive). Au contraire ! Je suis plutôt agréablement surpris de tomber par hasard sur un écrit instructif lors de moments de loisirs, et dans ce genre de situation je me met immédiatement à… l’ouvrage.

L’histoire dans le quotidien

Il m’arrive également de trouver des traces de mon sujet d’étude, c’est-à-dire des « mouvements écologistes », dans mon quotidien mais sous une forme non-scientifique, par exemple dans la musique. Une chanson de Renaud Séchan, s’intitulant Le déserteur (inspirée de la lettre de Boris Vian), fait référence aux néo-ruraux des années 70-80 en recherche d’un idéal utopique : «… C’est con ch’uis en Ardèche, il fait beau tu m’crois pas ? – Ch’uis là avec des potes, des écolos marrants, – On a une vieille bicoque, on la r’tape tranquillement… ». Je vois déjà mon lecteur lever les yeux au ciel. Ce n’est évidemment pas de l’histoire, mais peut être un brin de témoignage ? Je me souviens d’une amie qui l’année dernière, alors qu’elle était en M2, avait utilisé le film Les Bronzés font du ski comme source historique. Cela m’avait beaucoup étonné mais après tout, pourquoi pas.

« Dernière collaboration avec Yves Klein » par Jean Tinguely au musée des abattoirs, CC Martin Hazard

Ensuite, en Avril – Mai 2017, il y eu une exposition au musée des abattoirs sur le nouveau réalisme. Elle mettait en scène des œuvres, déjà, critiques de la société de consommation qui, pourtant, n’en était qu’à ses débuts dans les années 1950-60. A mon sens, ce mouvement artistique reflète une certaine vision du passé. Celui d’individus qui, alors que les effets des « Trente Glorieuses » se font ressentir dans la société, voient affluer une masse considérable d’une multitude d’objets de toutes formes dans leurs foyers. Par la voie de l’art, le nouveau réalisme nous permet d’entrer dans une certaine réalité de l’époque.

L’écriture du mémoire

En avril dernier, à l’heure fatidique de l’écriture, je n’avais pas d’idée concrète sur la façon d’entamer mon argumentation… Je me souviens de m’être acharné une journée entière, à retourner les phrases dans ma tête pendant des heures et des heures, pour un résultat d’une demi page seulement. Et le lendemain quand je relus mon écrit de la veille, je ressenti un fort sentiment d’insatisfaction, tant ce que j’avais fait me paraissait à peine compréhensible. Aussi, je me résolus à développer une méthode qui se construisit au gré de mon avancée dans le mémoire.

Avant d’entamer l’écriture j’établis point par point une liste des différents thèmes à traiter dans la partie en cours. Puis, petit à petit, lorsque un élément me semble faire lien avec un autre je le rajoute aux autres et essaye d’en retirer quelque chose de pertinent. Cependant, cette méthode recèle de nombreuses failles. L’année dernière, bien que j’eusse établi un plan avant d’entamer l’écriture celui-ci fut modifié au moins une douzaine de fois avant son résultat final. Après réflexion, j’en conclue que cette instabilité est, en partie, une conséquence de la méthode du « point par point » qui ne tient pas assez compte de l’ objectif final.

Une formule secrète : le jazz

Kind of blue, un album inspirant, CC  Alejandro Mos Riera Vimeo.com

Je reconnais avoir peu de plaisir à écrire en histoire. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Je pense n’entamer l’écriture du deuxième mémoire que lorsque j’aurais, au préalable, établi un plan très détaillé de celui-ci. Je ne procéderai donc pas avec la même méthode pendant cette deuxième année. D’autant plus qu’au cours de ces derniers mois je pense avoir décelé le secret de l’écriture : la musique. Quoi de plus inspirant ?  Pendant un temps je n’ai travaillé que sur les envolées lyrique de Frederic Chopin ou bien les mélodies détonantes de Ludwig Van Beethoven ou encore les harmonies enchantées de Amadeus Mozart. Par la suite, j’ai trouvé mieux encore que ces classiques. Aujourd’hui la musique jazz m’est particulièrement utile pour écrire, je dirai même qu’elle est ma meilleure alliée. Ben Webster, Dave Brubeck, Bill Evans, Miles Davis, Paul Desmond, Wes Montgomery… Le choix des artistes et de leurs albums varie en fonction de la quantité de travail. Plus celle-ci sera conséquente et plus le tempo du morceau devra être élevé. En général, cela s’avère pertinent en terme d’efficacité. Ecrire au rythme de la cymbale et du « chabada, chabada, chabada… » (les adeptes reconnaîtrons), voilà quelque chose d’entraînant !

Mais attention aux travers, « écouter » ne veut pas dire « faire ». Restons sérieux ! Toutefois, il s’est avéré qu’à quantité raisonnable, jouer permet également de reposer le cerveau l’espace de 20mn. Donc, la formule idéale serait d’alterner environ 2h d’écriture et 20mn de guitare, 2h d’écriture et 20mn de guitare, 2h de guitare et 20mn d’écriture… etc. J’aurai bientôt l’opportunité de tester l’efficacité de cette méthode.

Guitare et blocage de cerveau, CC Giphy.com

Crédits image à la une : « L’inspiration du poète épique » de Nicolas Poussin, CC Wikipedia.


Martin Hazard

Après une Licence d'Histoire à Toulouse, je continue mon parcours d'étudiant en Master Histoire Moderne et Contemporaine. Le choix de la recherche en science sociale me permet ainsi de travailler la thématique de l'écologie, sa diffusion et sa représentation dans la ville de Toulouse pendant les années 1970-80.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search