La vie n’est pas un long fleuve tranquille !

CC Pixabay

Tout commence en février 2010 avec une question existentielle … Quel sera mon avenir d’ici quelques années ? Mère isolée, sans diplôme ou expérience professionnelle, la réponse est sans appel : si je ne prends pas les choses en main, point de salut à l’horizon.

Je fais donc marcher mes méninges et décide qu’un métier lié à la petite enfance devrait faire l’affaire. Sur le papier l’idée semble bonne …. cela dit, après une année de préparation au CAP, le constat est accablant ; il me faut vite une nouvelle orientation professionnelle. Je décide donc de me diriger vers un BTS Tourisme mais, sans BAC, l’inscription est impossible. Pas de souci, je passe un DAEU. Munie de cette nouvelle corde à mon arc, je n’arrive pourtant pas à trouver une entreprise et choisis alors un chemin de traverse permettant, via une licence d’histoire et une année de licence pro, d’atteindre un niveau de qualification identique à celui du BTS. Je m’inscris donc en 2012 à l’Université de La Rochelle, contente d’avoir trouvé une nouvelle feuille de route. La suite de ce récit montrera que mon parcours devait (encore) prendre quelques détours sinueux….

« Eurêka, j’ai trouvé »

Durant le premier semestre de ma L1 d’histoire, je découvre un monde merveilleux où, mais ce n’est là qu’un exemple, le fait de connaître par cœur la généalogie des Bourbons n’est pas le symptôme d’une quelconque maladie neurobiologique. Bien au contraire, il s’agit d’un prérequis nécessaire pour comprendre l’enseignement pointu et passionnant de drôles d’hurluberlus assis sur une estrade face à moi : les profs d’université (et autres statuts). A la manière d’un amnésique dont la mémoire se reconstitue, je retrouve le souvenir d’une passion pour l’histoire que j’avais volontairement oubliée suite à ma déscolarisation précoce. De septembre à décembre 2012, les cours se succèdent : à la fois plongée dans les difficultés d’apprentissage liées au cursus et dans les délices d’une soif de connaissance (enfin) étanchée, je m’éloigne peu à peu de mon projet initial.

CC Pixabay

Après avoir validé le premier semestre, j’oublie la voie du tourisme et décide, à la manière d’une bernique sur un rocher, de m’accrocher coûte que coûte à ce nouvel espoir. Pendant trois années, je travaille d’arrache-pied pour obtenir mon diplôme. Autant dire que tout cela a été difficile car il ne suffit pas, pour reprendre le même exemple, de maîtriser quelques connaissances généalogiques pour valider son cursus. J’ai été bien des fois assaillie par des doutes sur mes capacités et, pire, sur ma légitimité en tant qu’étudiante sortie d’un DAEU. Le soutien de plusieurs professeurs et mon envie absolue de réussir (traduite, vu que j’ai des enfants, par des heures de travail la nuit) ont finalement eu raison de mes craintes. En 2015, la licence en poche, une nouvelle perspective s’ouvre à moi : le master recherche en histoire moderne de l’Université Jean Jaurès de Toulouse.

Ah ça ira, ça ira, ça ira …

CC Pixabay

Munie d’un projet portant sur la figure du seigneur en France au XVIIIe siècle, je me présente à Mme Valérie Sottocasa et lui demande de devenir ma directrice de mémoire, ce qu’elle accepte. Grâce aux séminaires d’encadrement et à des recherches (bibliographiques et historiographiques) il apparaît que c’est moins le seigneur que la seigneurie qui demande à être réinterrogée. En fait, mon questionnement initial a plutôt sa place dans une réflexion globale sur l’institution seigneuriale. Je dois admettre que je regrettais un peu ce changement de focale car, née un 4 août (dans la journée, pas la nuit!), j’ai toujours eu un grand intérêt pour la période révolutionnaire et ses conséquences sociales, notamment pour le groupe des privilégiés.

Aujourd’hui, tout est différent : après avoir esquissé le portrait de la seigneurie de Pointis-Inard (située dans le midi toulousain), en observant le nombre de champs, la localisation des forêts et étudié la participation seigneuriale au niveau de l’agriculture locale je suis convaincue d’avoir bien choisi mon sujet de M1. Bien sûr, un travail d’histoire rurale sur ce genre de thématique fait figure de « sujet du grenier » vis-à-vis de la production historique actuelle mais peu importe ! Ma soutenance et les nombreuses pistes soulevées par le jury me laissent à penser que la place de la seigneurie dans les campagnes et sa vitalité (ou non) à la veille de 1789 doivent continuer à être questionnées. Cet objectif sera donc poursuivi en M2 mais comportera également un nouvel axe de recherche portant sur le devenir de la seigneurie (question foncière) et des seigneurs (question sociale) lors de la Révolution française.

… jusqu’où ?

Avant de conclure cet exposé sur mon parcours et mon travail de recherche en master, j’aimerais faire un point sur LA question que je me pose depuis longtemps : quel sera mon avenir professionnel d’ici quelques années ? Ce n’est pas le tout d’étudier et d’obtenir des diplômes ; encore faut-il savoir dans quel but. Mon désir le plus profond serait de devenir historienne mais il s’agit là d’une réponse qui m’éclaire pas davantage, puisque ce métier peut s’exercer de différentes manières : être chercheur au CNRS, historien conseil pour le grand public ou enseignant-chercheur à l’Université sont autant d’exemples des nombreuses voies qui existent. Sont-elles réellement accessibles ? Rien n’est moins sûr ! Je n’ai donc pour l’instant aucune solution mais je reste motivée car mon parcours m’a appris que la vie n’est pas un long fleuve tranquille… Histoire à suivre !

Crédits image à la Une : CC Flickr Jamie


Nouvel Xénie

Titulaire d'une Licence d'histoire obtenue à l'Université de La Rochelle (17), je suis actuellement en Master 2 Histoire moderne et contemporaine à l'Université Jean Jaurès (31). Travaillant sous la direction de Valérie Sottocasa, j'étudie une seigneurie commingeoise au XVIIIe siècle en intégrant son devenir lors de la Révolution française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.