De la fantasy à l’histoire il n’y a qu’un pas…

 

« Geek » is the new sexy

Il est difficile de définir un geek car, de nos jours, le geek est devenu à la mode et chaque personne jouant 10 minutes par jours à candy crush  se réclame de la culture geek. Si l’on croise toutes les définitions, un geek c’est un homme, ou une femme très imaginatif et très curieuse restant toujours un peu dans l’enfance.

C’est pour cela que le geek joue aux jeux-vidéos et est fan des jeux de rôles. Pourquoi je commence mon article en parlant de tout ça ? Cela n’a pas trop de rapport avec l’objet de base de l’exercice voulu je vous l’accorde. Et pourtant dans mon cas, c’est primordial.

Une passion pour la Fantasy, une passion pour l’histoire

Mon intérêt pour l’histoire me vient de mon amour pour l’héroic fantasy. C’est en découvrant l’univers des chevaliers, des rois et des combats à l’épée que je me suis prise à aimer l’histoire. En voulant comprendre les codes médiévaux dont sont tirés un grand nombre d’histoires fantastiques, j’ai eu l’occasion de découvrir des épopées plus grandes encore. Cela peut sembler étrange mais ce sont en général mes séries, mes livres et mes jeux qui me donnent l’élan pour lire des livres en histoire. Ainsi, c’est en regardant Games Of Thrones que j’ai eu le désir d’en apprendre plus sur la notion de bâtardise et que je me suis retrouvée à lire Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne sous la direction de Carole Avignon. C’est en jouant à Assassin’s creed que j’ai eu envie d’en apprendre plus sur l’histoire des croisades, sur la florence des médicis. Sans parler des séries et des films dit historiques, pour lesquelles j’aime vérifier la véracité des faits au détail près.

En dehors de cela, je me dois de l’avouer et j’en ai presque honte, la lecture d’histoire n’est pas aisée et pas automatique. À un livre, je favorise plus facilement un bon documentaire. Le seul auteur que je lis et ce, sans rapport avec mes passions extérieures ou mon mémoire, je l’ai découvert il y a peu de temps : Raymond Aron. De part sa pensée, mais aussi son style d’écriture, je me suis totalement laissée séduite par cet écrivain que je recommande sans hésitation.

Une écriture laborieuse

J’ai dû mal à écrire. Je ne peux pas dire que je déteste ça non, loin de là, mais je n’y éprouve pas un réel plaisir. Malheureusement quand on est en master histoire c’est un peu un passage obligé. Mon problème principal c’est que mon approche de l’écriture est brouillonne. J’écris un bout, je le laisse de coté, je le reprend, ou j’en écris 4 jets différents qui disent parfois tous la même chose de la même manière. J’écris des pensées sur mon téléphone quand cela me vient, et je me retrouve avec pleins de bouts qu’il me faut assembler et que je ne retrouve plus. Quand j’en ai assez, et surtout quand la fatidique deadline arrive (nous aurons l’occasion de parler de ça..) j’ouvre une nouvelle page et j’écris la totalité de mon devoir ou mémoire sans même un regard en arrière ou une relecture. J’écris et une fois la besogne achevée et ma liberté retrouvée, je l’envoie à une connaissance qui le lit et qui me dit les corrections à effectuer. Je suis trop perfectionniste. Si je devais relire moi même mes écrits, ça n’en finirait jamais et je ne pourrai jamais le considérer comme étant fini.

Giphy

Finalement je crois que c’est mieux pour moi de ne pas trop y réfléchir. Quand j’y pense, plein de phrases me viennent en tête, des phrases stylisées dignes de Victor Hugo lui-même (oui carrément), mais une fois mises à l’écrit elles ne ressemblent plus à rien et il me faut tout supprimer.

Un mémoire connecté

Mon mémoire je l’ai fais à 100 % en ligne ou en digital directement. Quand je vous dis que je suis une geek.

Pour cela j’ai trois meilleurs amis à ma disposition qui ont bien accepté de m’aider  : mon téléphone, fidèle serviteur greffé à ma main, mon ordinateur et ma tablette pour écrire dans les endroits improbables quand j’en ai le besoin. Je fais tout à travers eux, sauf quand je n’ai pas le choix et que je ne peux les prendre avec moi. Du plan au jet final, tout est conservé dans ma dropbox. Comme ça mon mémoire est toujours avec moi quoi que je fasse, où que j’aille. Je fais mon plan à l’aide de mindmapping en ligne que j’imprime ensuite, mon planning non tenu est sur google agenda, mes archives ont toutes un fichier qui leur correspond (dieu merci j’ai très peu d’archives..). Je n’arrive pas à écrire sur un papier. Mais le plus important, papier ou ordi, c’est qu’à la fin on ait produit un mémoire. Il serait temps de s’y remettre !

 

 

Image à la une : lifeofpix, Lucas, CC

 

 


Océane Larousse

Je suis étudiante en master histoires et civilisations modernes et contemporaines sous la direction de Philippe Foro à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. Mes domaines de recherches se portent sur l'histoire des Juifs et plus particulièrement celle des Juifs de Toulouse

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.