Après la lecture, l’écriture

CC – Pixabay – moritz320

Plus jeune, j’étais ce qu’on appelle une « dévoreuse de livres ». Capable de lire 3 livres en même temps, je préférais passer mes vacances dans la vieille bibliothèque poussiéreuse de ma grand-mère plutôt qu’à découvrir le dernier jeu sur l’antique ordinateur familial. Cette partie de ma vie est sûrement la raison pour laquelle je préfère le papier plutôt que l’écran. 

Ce sont les livres qui m’ont très tôt passionnée pour l’Histoire . Ce que je lisais s’incrustait dans ma mémoire, ce que mes professeurs racontaient, je le retenais jusqu’au contrôle et encore.

Première Idole

Tout a démarré avec Christian Jacq et ses livres sur l’Égypte Ancienne. Ma première passion, mes premières séries de livres. Ces histoires romancées m’ont donné envie d’en apprendre plus. Maintenant, je fonctionne toujours pareil ,  lire un livre ayant des bases historiques me pousse à en savoir plus. C’est comme ça qu’a démarré ma passion d’historienne. Aujourd’hui, j’ai deux types de lectures : la “lecture plaisir” et la “lecture travail”. Étonnement, lorsque je lis un livre de 500 pages pour le plaisir, je peux le terminer en 3 jours. Par contre un livre d’histoire de 200 pages, important pour la suite de mes recherches, j’ai parfois besoin de plus d’une semaine ! Il me faut plus de temps pour assimiler les informations et j’aime retourner sur un chapitre afin d’être sure de l’avoir compris.

Tout droit réservé – Juliette Berthier – Image rare d’un brouillon encore lisible

Après la lecture, vient le temps de l’écriture. C’est là qu’on retrouve les souvenirs d’enfance : si j’ai le choix entre un ordinateur et un papier/crayon, je choisi le papier. Pour ma part, c’est en écrivant à la main que les idées viennent plus vite. J’ai besoin d’avoir un lien réel, pouvoir griffonner, faire des flèches, des ratures, etc. Tous mes premiers jets se font sur une feuille. Celui de cet article aussi ! J’aime écrire d’un coup, comme un flot continu de ma pensée. C’est d’ailleurs là ma principale difficulté, j’écris comme je parle ! D’où cette nécessité d’avoir plusieurs étapes avant de valider un texte, je passe autant de temps à reformuler qu’à écrire.

Le jour où j’ai appris à écrire !

Si maintenant j’aime écrire, il faut savoir que c’est un amour très jeune. A la fin de mon M1, lorsque j’ai décidé de rendre mon mémoire, j’ai eu exactement 15 jours pour rédiger mon mémoire de 89 pages. Sur ces 89 pages, le corps de texte en faisait 55. J’ai donc dû tenir un rythme obligatoire de minimum 3 pages par jours. C’était une rédaction marathon. Pour remettre dans le contexte, un mois auparavant, j’avais mis 15 jours pour écrire 5 pages d’introduction.

Bizarrement, c’est à ce moment-là que j’ai appris à écrire. Je n’avais pas le droit à la page blanche. J’ai donc tout fait pour l’éviter, chaque petite idée était noté dans un coin, sur des post-it. Lorsqu’il a fallut mettre des mots sur mes recherches, j’ai tout écrit à la main, chaque partie avait son brouillon sur une feuille. Sur chacune de ces feuilles, je pouvais y coller 4 ou 5 post -it d’idée à rajouter lors de la rédaction. J’ai dû dévaliser les brouillons de la BUC ! Mais c’était au milieu de cet amas de feuilles non rangé que j’arrivais à m’y retrouver et à avancer ! Cette année, j’ai pris un cahier, j’espère que je perdrai moins de temps à chercher mes données !

La pression

La fierté de finir ses mots croisés !

En tant qu’étudiante en histoire, on pourrait penser que je passe mon temps à lire des articles scientifiques, des journaux sérieux, des blogs de recherches. Mais non. J’aime le nouveau rapport aux choses que j’entretiens, cette idée que tout peut être objet de recherche. Mais j’ai besoin de me détendre après une journée aux archives ou à la BU, en lisant notamment plutôt des articles de vulgarisation.

Afin d’être à jour dans l’actualité de l’histoire ou de la recherche, je commence à mettre en place une veille scientifique. Parce que même étant quelqu’un de très papier, c’est internet qui m’apporte les connaissances. Les journaux, je prends juste ceux du métro afin d’avoir l’actualité en bref mais surtout la page horoscope et mots croisés !

Le doute

Lorsqu’on écrit notre petit mémoire, souvent une question revient : Va-t-il servir à quelque chose ? Pour moi, personne ne s’intéresserai à un travail d’un Master, 2 ans pour chercher quelque chose, c’est peu ! Jusqu’à ce que je me penche un peu plus sur Michel Taillefer et sa Nouvelle Histoire de Toulouse. Il y reprend les mémoires des masters qu’il a dirigés. Il est celui qui m’a fait comprendre que toutes les recherches sont utiles, un jour ou l’autre, quelqu’un viendra consulter nos mémoires, chacun d’entre nous permet à l’Histoire d’avancer !

Crédit image à la Une : CC – PublicDomainPictures – Emilie Vecera


Juliette Berthier

Etudiante en Master 2 recherche, j'étudie les visiteurs des Capitouls à l'époque Moderne sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.