Une histoire parmi tant d’autres

Plateforme Max Pixel, licence Creative Commons

Comment plonge-t-on dans le grand bain de l’histoire ? Quelles sont les sources consultées, les livres clés, les méthodes en vigueur ? Mais surtout, quelle est la part de plaisir dans l’histoire et son écriture ? Autant de questions auxquelles je tente de répondre, en me penchant sur ma propre expérience.

L’histoire représente un monde à part, qui peut d’abord déconcerter par sa complexité et sa richesse. Mais une fois engagé dans le besoin de connaissance du passé, le plaisir devient total. Je n’ai d’abord pas été très intéressé par l’histoire, à la sortie du lycée. Mes notes dans cette matière s’avéraient médiocres et les sujets étudiés ne me convenaient guère. En finissant ma première année de CPGE Lettres, je décidai de parier sur une licence d’histoire, qui représentait alors mon talon d’Achille. Pourquoi m’engager sur cette voie, alors que mon intérêt pour l’histoire n’était pas des plus importants, mes notes moyennes et les débouchés quasi inexistants ? Le goût de l’aventure peut-être, mais aussi l’envie de découvrir une filière qui attire les passionnés.

L’université Jean Jaurès, lieu central de mes tribulations historiennes (Wikimedia Commons)

La Licence 2 constitue une année de transition, peu réussie sur le plan scolaire. Je ne trouve pas d’intérêt particulier pour l’histoire mais repart pour une troisième année de Licence. C’est alors que le déclic survient : chaque matière m’intéresse, les cours deviennent captivants et mes notes décollent enfin. Le travail ne représente plus une contrainte, je prends du plaisir à étudier. Je me penche pas ailleurs sur des revues comme L’Histoire, et lis beaucoup, beaucoup de revues et journaux. L’histoire me passionne, l’actualité aussi. Je ne possède pas d’oeuvre référence, parce qu’aucun livre ne m’a marqué plus que d’autre. Peut-être la thèse de 700 pages de Martin Malia, intitulée La tragédie soviétique, pour laquelle j’avais mis plusieurs semaines à constituer une fiche de lecture…Ce n’est qu’à mon départ en Norvège, pour le M1, que je ralentirai ce rythme très soutenu et cette quête perpétuelle du savoir.

Quid de l’écriture historique ?

Mon rapport à l’écriture est très important. Du collège à la fin du M1, j’ai voulu devenir journaliste. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, la faute (ou grâce ?) à un certain recul qui m’a fait comprendre que cette voie n’était pas la mienne. Précarité, absence de débouchés, pression, écriture dirigée… Le journalisme ne possède plus la même liberté qu’autrefois, même s’il est toujours possible de trouver sa voie, avec beaucoup de réussite. Il n’empêche que ces années passées à envisager cette profession ont fait de moi un habitué de la rédaction.

Pas de temps à perdre dans la rédaction du mémoire

J’ai toujours été féru d’écriture, que ce soit purement personnel ou pour des articles publics. Déjà à l’école primaire, j’écrivais des histoires pour passer mon temps. Au collège, je me lance dans la rédaction de papiers pour le journal de l’établissement, et conduis quelques interviews avec des professeurs et le proviseur. Le lycée sera plus tranquille, bien que je continue d’écrire par moi-même. C’est alors vers la Licence 2 que vient une passion nouvelle, celle du cinéma.

Je raffole des films de tous genres, et me lance dans la critique. J’ai d’abord écrit sur Allociné, puis sur le site SensCritique (vous pouvez jeter un coup d’oeil ici). J’ai accompagné cette écriture personnelle par des articles et papiers dans des journaux. J’écris d’abord des articles à visée géopolitique ou propres à l’actualité, pour le journal de Sciences Po Toulouse. Ensuite, je participe à la fondation du magazine de cinéma de l’Université Jean Jaurès, L’Ecran, pour lequel j’arpente les salles obscures comme les festivals pour pouvoir écrire sur les films du moment (un article ici). C’est donc avec grand plaisir que j’écris actuellement ces lignes pour les « Tribulations historiennes », qui me permettent d’exercer ma plume un peu rouillée ces derniers temps !

« Vous avez une écriture très journalistique »

Mon écriture de l’histoire a parfois tendance à se rapprocher  du style journalistique, ce que m’ont d’ailleurs reproché les professeurs présents lors de ma soutenance. Je possède cette fameuse capacité de « vendre » les sujets sous forme de titres accrocheurs qui n’a pas spécialement plu en histoire. Les lecteurs apprécient cependant mon style d’écriture, qui facilite la lecture, surtout dans mon mémoire qui est naturellement plus dense qu’un devoir sur table.

A l’avenir, je souhaite donner à mon écriture une tournure plus académique, pour ne pas tomber dans le sensationnalisme et essayer de représenter des informations de la manière la plus neutre possible. Le plaisir de lecture en pâtira-t-il ? A moi de trouver la bonne formule, et de proposer un contenu agréable tout en privilégiant le recul et l’objectivité.

Image à la une : photographie d’une plume avec encrier, plateforme Pixabay, licence Creative Commons.


Simon Lesénéchal

M2 recherche histoire (patrimoine de l'aéronautique), Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search