De l’histoire au polar, mon rapport à l’histoire

Quel est mon rapport à l’histoire? Vaste question

Après quelques heures de réflexion en ce dimanche pluvieux je me dois de faire ce constat: je n’ai pas de rapport particulier avec l’histoire. En ce sens ou ce n’est pas ma plus grande passion. Je ne rêve pas d’être historien depuis l’enfance.

Elle est venue à moi au fil de mes années passées. Je faisais de l’histoire à mon entrée à la fac parce que cela me plaisait, j’en trouvais la pratique stimulante et les discussions que l’on pouvait en tirer intéressantes. Ces éléments associés au fait d’ouvrir mes perceptions, je n’ai pas cherché plus loin, cela me convenait.

Cc Pixabay, Izoca

Quelques lectures…

Etant aujourd’hui en master je lis forcément de nombreux ouvrages historiques, qu’ils soient utiles à mon mémoire ou non. Mon seul critère de choix est l’apport qu’il peut avoir pour ma construction personnelle. J’ai également et ce uniquement pour la rédaction du mémoire du lire de nombreux articles sur les plateformes les plus connues que sont Persée et Cairn. La lecture a généralement été assimilable à une torture tant le support de lecture me gène. J’ai par ailleurs rencontré quelque soucis de relecture après la rédaction en corrigeant via l’écran. Un support vraiment délicat pour moi. Pour autant la qualité de la majeure partie des articles n’était pas en cause. Mon ancien colocataire, pour quelques mois argentin m’a également initié aux émissions de La Fabrique de l’Histoire. Certaines ont su me séduire, telles que La Fabrique des EmotionsLa guerre et ses raisons.

Travailler? Oui mais

J’ai toujours eu un rapport au travail assez spécial ( dixit mes géniteurs ) lorsque  je fais quelque chose qui me plait je n’ai aucun soucis à passer des heures dessus. Mes heures passées à cuisiner, lire ou à apprendre la musique se portent garantes. A l’inverse si je ne trouve pas d’intérêt dans ce qu’on me demande de faire. J’ai tendance à m’identifier à Sisyphe, travailler quelque chose qu’en général je n’intégrerai pas, l’éternel recommencement. Pas que soit inintéressant ou que je le juge inutile mais dans le plupart des cas parce que l’angle d’approche et la façon que l’on m’impose pour l’étudier ne me conviennent pas, mon cerveau fait alors barrière. Je dois également reconnaitre que j’ai une fâcheuse tendance à me dissiper si je ne suis pas happé par l’activité que je fais.

Ecriture.1, Ecriture.2, Ecriture.3… et Neil Young

Dans la pratique pour la rédaction de mon mémoire j’ai eu tendance à multiplier les fichiers de traitement de texte, une succession de brouillon1.pages jusqu’à atteindre l’incroyable brouillon72.pages. Chaque version contenait des modifications mais le fait de reprendre l’écriture sur le même fichier me posait problème : soit parce que je constatais que ce que j’avais écris jusqu’alors ne me plaisait plus soit parce que je perdais le fil conducteur de ce que je souhaitais  formuler. Lorsqu’il a fallu attaquer la rédaction « définitive » du mémoire j’ai choisi de reprendre l’écriture depuis le début. Les ébauches que j’avais rédigées m’ont quelquefois été utiles mais dans sa grande majorité la rédaction du mémoire s’est faite d’un seul jet. Jet unique auquel il a fallu évidemment ajouter une sommes assez importante de relectures. Pour clore sur mes pratiques d’écriture, petit intermède musical, la musique a en effet une grande importance dans mon travail. J’associe souvent la rédaction à la musique ( je ne remercierai jamais assez  Neil Young, le blues, et  Brassens ) qui me permet de faire abstraction de l’environnement extérieur et améliore ma concentration sur ma tâche.

L’affaire Audin et Pierre Vidal-Naquet

Cc Editions de Minuit

La lecture l’an dernier de L’affaire Audin de Pierre Vidal Naquet m’a apporté une nouvelle façon de voir l’histoire. Vidal Naquet prenait son sujet comme une enquête à résoudre. La construction de l’ouvrage était audacieuse pour un travail historique. Il connaissait la conclusion de l’affaire, soit la version officielle, qu’il estimait faussée ( la disparition de Maurice Audin ). Dans son livre, il reprend les pièces du dossier et par une analyse rigoureuse et critiques des pièces, il formule sa théorie sur le déroulement de l’affaire. La lecture de l’ouvrage s’est faite comme celle d’un polar. Pas la plus impressionnante en apport historique mais o combien plaisante à lire. Je suivais avec fascination le raisonnement de l’auteur. Je ne sais pas si cet ouvrage a radicalement changé ma façon de faire de l’histoire mais en tout cas il a amené une aspiration pour mes futurs travaux, tenter de réaliser une fois au moins un travail avec cette approche.

 

Crédits image à la une : Pixabay, Ramdlon


Paul Duponchel

Etudiant en Master 1 d'Histoire à l'université Toulouse II Jean Jaurès, je suis sous la direction de Jacques Cantier dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mon objet de recherche porte sur David Rousset et son itinéraire, enfin répond-il aux critères de l'intellectuel engagé

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search