De la découverte de l’histoire à son écriture, et vice versa.

CC Pxhere

Passer de la lecture des ouvrages historiques et de l’analyse des sources à l’écriture de l’histoire ne va pas nécessairement de soi. Le master de recherche est la porte d’entrée de ce basculement vers une participation plus active à la création de l’histoire. Et d »ailleurs faire l’histoire d’une thématique donnée, l’écrire et donc la partager nécessite bien évidemment un ensemble de réflexions qui permettent ce cheminement. Autant dire que le travail ne se fait pas tout seul et qu’il faut parfois se faire violence pour y parvenir. 

 

Première immersion en terres historiennes

Quand j’étais au lycée je dois bien avouer que pour moi les livres d’histoire se limitaient bien souvent aux manuels scolaires malgré quelques excursions en terre inconnue. Ce n’est donc que lors de mon entrée dans les études supérieures que j’ai vraiment appréhendé l’histoire via des productions scientifiques plus complexes. Pourtant je ne me suis pas immédiatement intéressée à la question de son écriture, c’est tout au long de mes années en classe préparatoire que peu à peu cette question s’est imposée : réflexion sur la pratique de l’histoire en cours de philosophie, analyse des textes des historiens antiques (Hérodote, Tacite, etc.) en littérature latine, questionnement sur la scientificité de leurs textes et leur art de romancer, analyse des procédés d’écriture en littérature… autant de raisons de questionner l’écriture de l’histoire !

Désormais, impossible de considérer une écriture, une façon de faire de l’histoire, comme allant de soi. S’il est vrai que la préparation d’un concours favorise quelque peu l’ingurgitation d’informations, de dates, de statistiques et de citations à n’en plus pouvoir, il n’empêche que j’ai tout de même pu prendre conscience de certaines choses. Pour ne citer qu’un exemple, lire Les Américains d’André Kaspi et Une histoire populaire des États-Unis de Howard Zinn sont deux expériences radicalement différentes. Faire l’histoire des États-Unis ce n’est donc pas juste découvrir et retranscrire un ensemble de faits, c’est aussi choisir un point de vue, plus ou moins affirmer ses positions. Il me semble bien que via Howard Zinn et son choix de faire une histoire sociale des groupes défavorisés et oppressés s’est faite ma première prise de conscience qu’on ne faisait pas vraiment l’histoire avec un grand H mais bien des histoires découlant de choix divers. Il ne s’agit pas forcément d’opposer ces diverses manières de faire l’histoire mais bien d’en prendre acte. Voilà, je me retrouve bel et bien plongée dans un méli-mélo, un vrai dédale historique qui ne fait que s’agrandir et qui, je dois le dire, me plaît bien !

Écrire l’histoire pour mieux la comprendre ?

Me voilà donc dans de beaux draps en master de recherche ! Il n’est plus question de simplement bouquiner et d’écouter à l’occasion quelques podcasts historiques, il faut maintenant que je m’attelle à l’écriture de mon propre sujet. Ce moment d’écriture est nécessaire pour exprimer sa pensée, pour communiquer son propos de la façon la plus juste qui soit mais il me semble aussi que l’acte d’écrire me permet de faire réellement évoluer ma réflexion, comme si avant d’apparaître sur mon écran mes pensées et les nombreuses notes de mes tout aussi nombreux carnets ne faisaient pas encore sens. En somme, commencer à écrire c’est pour moi continuer à découvrir, prolonger le cheminement de mes idées.

CC Giphy

L’écriture m’est donc une activité plutôt agréable, elle me donne généralement l’impression d’affiner ma pensée, d’articuler entres elles tout un tas d’idées que je n’aurais pas forcément envisagée d’associer avant de me lancer… même si les contraintes temporelles du master y ajoutent une légère dose de pression ! Bien sûr parfois l’écriture me met aussi face à mes lacunes, aux manques de ma recherche et provoque alors de sacrés blocages et remises en question… mais justement en m’y confrontant je suis bien obligée de résoudre tout ces petits problèmes. Et puis, une bonne tasse de thé, quelque chose à grignoter et c’est reparti de plus belle !

Mais il est vrai qu’écrire soi-même une forme d’histoire est une expérience qui force à mettre au clair un ensemble de questions : Quel ton adopter ? pourquoi ? Comment introduire un concept ? Comment faire usage du bon vocabulaire ? rendre sa pensée claire ? son écriture agréable ? justifier son propos ?

L’acte d’écriture ne peut pas se faire sans répondre, plus ou moins consciemment, à toutes ces interrogations. Je pense bien que c’est en partie pour ça que je le trouve à la fois astreignant et libérateur. L’écriture provoque une certaine satisfaction, dénote une progression mais elle ne se détache pas d’un doute constant qui permet de s’interroger sans cesse sur son propre travail. Autant dire que tout un tas de questions entraîne tout un tas d’autres questions et qu’à défaut de trouver toutes les réponses tout de suite je compte bien continuer à chercher !

 

Image mise en avant : Tout droits réservés, Lola Latcher.


Lola Latcher

Je suis actuellement étudiante en master 2 d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès après avoir fait deux années de prépa lettres supérieures Ulm (option géographie puis philosophie) au lycée Pierre de Fermat et une L3 d'histoire à la sorbonne (Paris IV). Je m'intéresse particulièrement aux questions liées à la noblesse au XIXe et XXe siècles et travaille sous la direction de Catherine Valenti.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.