L’histoire : y a d’quoi s’en tirer les cheveux !

cc, wikimédia commons

Je suis toujours parti d’un avis : pour apprendre et apprécier l’Histoire, il faut de l’éclectisme. Ce constat résulte du fait qu’étudier une période précise  au travers de son sujet de recherche limite notre perception de l’immensité des événements. Cela implique de varier les approches pour obtenir une certaine efficacité dans l’étude des objets et aussi agrandir son panel de connaissances.

Au travers de ce billet, mon ambition est de montrer les chemins de réflexion et d’écriture qui m’ont permis de produire mon mémoire de première année.

Diversifier les approches et les supports de l’Histoire

Avant d’entrer en master, j’avais pour objectif de diversifier mes connaissances en touchant à toutes les périodes. Je voulais acquérir une culture générale pour avoir des bases élargies. Dans ce but, je n’avais pas de période favorite ou honnie (peut-être la période antique quand même…), pour ce faire je me fie à plusieurs supports de diffusion de sujets historiques. Cela peut aller des thèmes historiques proposés par la chaîne Arte (la dernière en date étant la longue série « Vietnam ») ainsi que les différents documentaires qu’elle propose, souvent très bien ficelés. Le format radio ne m’a jamais vraiment motivé pour écouter des émissions historiques. C’est surtout dû au fait que hormis les podcasts de certains thèmes qui m’intéressent particulièrement, je ne suis pas du genre à m’imposer religieusement des créneaux horaires pour écouter les ondes. Par conséquent, je privilégie les cours du Collège de France ou « la Fabrique de l’Histoire » qui sont aisément récupérables et qu je peux écouter librement et à tout moment.

Quelquefois, les magazines « L’Histoire » ou « Historia » ont souvent été les bienvenus pour effectuer un tour d’horizon ou à propos d’un sujet qui m’intéresse particulièrement. D’autre part, je reste traditionnel dans la forme de lecture, c’est à dire que je préfère carrément privilégier le format papier au numérique clairement plus agréable. Un livre, on peut le souligner, se le trimballer partout où l’on veut sans être piégé du style : « Oh, zut alors, je n’ai plus de batterie et les prises sont inexistantes ! « . Bien plus, s’enquiquiner la vie à essayer de lire un fichier pdf sur un écran, c’est une sacrée galère ou alors il faut avoir une sécurité sociale. Lors de mon temps libre ou pour me sortir un peu de l’Empire ottoman, des confitures et politesses de l’ambassadeur, j’apprécie de varier mes lectures historiques en fonction des mes envies. Ça peut aller d’une biographie fayard à du Ernest Nolte (donc un bouquin de contemporaine) à un petit « Que sais-je » pour avoir des informations sur une période, un événement ou un objet que j’ignore totalement.

Écrire l’Histoire ? Une sacrée histoire !

Rédiger mon mémoire l’année dernière a été une expérience haletante et fastueuse qui m’a permis d’expérimenter ma méthode d’écriture, je m’en servirai pour illustrer mes propos. J’ai commencé par produire un premier jet directement sur fichier word. Le but de la démarche étant de faire mûrir l’écriture et les propos, et ainsi voir l’évolution de mon argumentation au fil du temps. C’est ce que m’avais aussi affirmé mon professeur référent lorsqu’il me disait en ces termes élogieux: « au début tu vas produire de la daube mais c’est une étape inévitable » (ps : ces propos relèvent de mon interprétation puisque je ne saurais me souvenir exactement des mots qu’il employa ; précision utile afin d’éviter un procès en diffamation).

Pour éviter le syndrome de la page blanche, j’ai décidé de commencer sur la rédaction d’une partie qui

Étudiants de master d’histoire faisant un feu de joie d’ouvrages historiographiques (cc, wikimédia commons)

m’intéressait particulièrement, en l’occurrence le séjour de Mehmed Efendi à Toulouse. Au début (soit vers février) ça allait bon train jusqu’à ce que blocage ne survienne et n’interrompe le processus d’écriture, chose qui s’est finie lorsque je devais écrire dans l’urgence (soit fin avril – début mai…). A cet effet, la musique a été un bon moyen de dynamiser et motiver ma réflexion souvent distraite. Un peu de Pagganini ou de Boccherini m’ont souvent soutenus lors des nombreux moments de manques d’inspirations.

La partie la plus pénible a été bien sûr l’inévitable et indécrottable rédaction de la partie historiographique de mon sujet que j’ai rédigée dans quelques jours avant la remise du devoir (ou était-ce la veille déjà ?) selon un style que j’appellerai épuré  dans le sens où je suis plutôt du genre à romancer mes propos. D’ailleurs, j’ai eu droit à cette remarque lors de ma soutenance. Mon professeur m’a assuré que quelques passages rédactionnels lui faisaient penser à du « Alain Decaux raconte », pourquoi pas, j’apprécie d’être comparé à un écrivain de cette trempe, mais pas sûr que ce style de plume plaise à tout le monde.

Crédit image à la une: wikimédia commons (Deep Purple UK Tour 1976)


Tomás Guarisco

Étudiant en maîtrise de second cycle en Histoire Moderne à Toulouse II le Mirail. Ma thématique de recherche s'axe sur les représentations, l'interculturalité et les modalités d'application de la diplomatie au travers du passage de l'ambassadeur ottoman Mehemd Efendi, sous la direction de Mathieu Grenet.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search