Comme le disait si bien G. Lemarchal: « Écris l’histoire »

Le Penseur (copie) à la Columbia University, CC wikimedia commons, InSapphoWeTrus

Mon rapport à l’histoire est quasiment quotidien. D’une part je l’a côtoie d’une manière scientifique à travers mes recherches pour le mémoire. Je l’aborde régulièrement d’autre part sous un angle plus ludique, moins formel à partir d’émissions radiophonique et télévisuel.

Une fois mes recherches finalisées, la rédaction du mémoire me semblait une épreuve inabordable. L’idée de produire un objet scientifique et mes habitudes liées à l’histoire m’ont finalement motivé à mettre la main à la patte.

L’histoire et moi

Il est courant de me retrouver devant mon écran d’ordinateur pour regarder des documentaires. Je les visualise sur le site que chaque étudiant en histoire a dû au moins côtoyer une fois dans sa vie : Arte. Je m’intéresse à toutes formes de sujet sur toutes périodes confondues. Ce type de format reste selon moi le plus digeste et le plus facile d’accès. La lecture reste assez faible dans mon cas, je préfère lire des actualités ou des romans. Si je lis un ouvrage d’histoire c’est généralement dans le cadre des recherches. Je ne ressens pas l’envie de lire de nouveau en rentrant chez moi des livres d’historiens, j’essaie de m’en détacher.  Il est important de ne pas se focaliser essentiellement sur cette science, il faut s’ouvrir aux autres. J’apprécie également les émissions radios telles que Concordances des Temps de Jean-Noël Jeannneney, La Fabrique de l’Histoire d’Emmanuel Laurentin (avec tout de même une certaine réticence pour les visites guidées du mercredi), et La Marche de l’Histoire de Jean Lebrun qui est agréable par son format de 30 minutes. Les sujets restent variés,  les illustrations sonores sont agréables tout en restant percutantes. Dans tous les cas, mon rapport quotidien à l’histoire reste du plaisir. Ces pratiques ne sont que peu associées à mon sujet de mémoire.

 

 

 

 

Plaisir or not plaisir? Telle est la question

Le fait de rendre un travail noté rend la recherche un peu moins agréable. Il est vrai qu’à partir du moment où des idées se débloquent et se mettent en place, la recherche devient tout de suite plus appréciable. J’ai la chance de pouvoir pratiquer mes recherches dans différents lieux de Toulouse (BEM, BEP, AMT…) ce qui me permet d’éviter la routine. La partie « rédaction » reste néanmoins celle que j’apprécie le moins. J’ai préféré rester chez moi pour rédiger mon mémoire afin de rester dans un environnement calme. Il est cependant vital pour moi de pouvoir échanger avec mes camarades, surtout durant cette période où le cerveau est mis à rude épreuve. Pour ma part, rien de tel qu’un peu de techno progressive pour ce concentrer de nouveau et rendre cette étape plus enthousiasmante.

La rédaction

Jean Michel Matz, un médiéviste à l’université d’Angers, m’a montré lors de cours magistraux, qu’il est tout simplement plus facile de retranscrire (par écrit ou oralement) un sujet lorsqu’on maîtrise ce dernier. La compréhension doit intervenir avant la transmission. J’ai beau maitriser mon sujet mais la rédaction me parait ardue. Lorsque je dois coucher une idée par écrit, il est courant d’avoir un blocage. J’ai souvent tendance à faire des redondances. J’ai des difficultés aussi à organiser mes idées clairement. Il n’est jamais simple de revenir sur son travail et se rendre compte qu’il n’est pas bon, il faut le reprendre.

 

Lors de mes recherches, je résume ou recopie le passage qui m’intéresse sans oublier de le référencer. Pour commencer la rédaction, je mets par écrit des idées assez générales qui me viennent le plus facilement sur une page vierge. Je reprends ensuite mes prises de notes compilées durant l’année, que j’ai classé préalablement par sources et références bibliographiques, afin d’établir de nouvelles idées correspondant à mes futures parties de mon mémoire. En fonction de mes résultats j’essaye d’établir un plan. Je fais correspondre mes prises de notes  en fonction de mon plan. La rédaction d’une sous partie peut me prendre deux jours. Je finalise mon mémoire en vérifiant l’orthographe, la syntaxe et la cohérence de mes idées. Oui je sais, dit comme ça, cela ressemble à un casse tête; c’est juste ma façon de travailler. Bon courage si tu t’apprêtes à entamer ce type d’exercice, reste optimiste et prend du plaisir.


joseph gentet

Étudiant en master 2 Histoire, Civilisation, Patrimoine à l’Université Jean Jaurès de Toulouse, je travaille sur le musée des Augustins de Toulouse. Mes recherches se portent sur la période 1848-1914. Je cherche à comprendre le fonctionnement de ce musée, ses rouages, son quotidien.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.