L’étudiant.e en recherche ou le nouveau martyr

CC, Giphy.

Quand on parle de master recherche, vient rapidement la délicate question de l’écriture. Nous voici partis, une nouvelle fois, pour un épisode « Ma vie, mon œuvre » . Une session narcissique qui vous est offerte par l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

La rédaction, mot doux qui cache plusieurs réalités : joie pour certains, impatience, appréhension, stresse ou désespoir pour d’autres. Les qualificatifs sont nombreux et variés mais une chose est sûre, l’écriture n’est jamais une épreuve anodine.

L’histoire, l’histoire… l’histoire de l’art !

Comme je l’ai déjà relaté dans un précédent billet, je suis passionnée d’art. L’histoire fait donc dans mon esprit systématiquement échos à l’histoire de l’art. Les deux éléments sont indissociables et l’histoire, en tant que telle, est indispensable à la connaissance complète des mouvements artistiques. C’est pourquoi, étudier l’histoire dépasse largement la notion de travail scolaire puisqu’elle participe aussi, pour mon cas, à une volonté de mieux comprendre notre environnement et notre société. Je compulse au quotidien des livres, des magazines d’art et d’histoire, ou encore des reportages et des documentaires, que ce soit pour mes sujets de prédilections ou pour d’autres domaines dans lesquels je suis profane.

CC, Pixabay.

La période de collecte d’informations est l’une des périodes les plus agréables de la recherche. C’est le moment où, tel Sherlock Holmes, on assouvit sa curiosité. On apprend à mieux connaître son sujet et les acteurs récurrents de sa spécialisation. C’est aussi pendant cette période qu’on peut voir une de ses hypothèses confirmée… ou totalement anéantie. Pendant cette période, j’essaie d’être la plus rigoureuse possible, en faisant des fiches très détaillées et bien référencées, pour ne pas m’ajouter un stress inutile en période de rédaction.

Réda-quoi ?

Le passage à la rédaction. Douce période de bipolarité où je peux passer d’un certain contentement à la plus extrême des angoisses. Il est certes toujours délicat de produire, après des mois de lecture et de collecte d’informations, une réflexion pertinente. Je n’ai malheureusement pas de solutions miracles pour que cette étape ne devienne pas systématiquement un moment de remise en question et de doute sur ses propres capacités et son travail.

Toutefois, et pour éviter les blocages du début, je commence par écrire en premier mes parties favorites. C’est un moyen simple et efficace pour ne pas rester des heures sur une page blanche à me taper la tête contre le clavier. Et puis voilà, c’est ainsi que s’achève cette minute conseil. Je ne sais toujours pas comment faire pour que la rédaction ne ressemble pas à la Passion du Christ, mais en tout cas je vous tiens au courant.

CC, Giphy.

Apollon serial dragueur ou le déclic

Je garde toujours à l’esprit l’ouvrage Amants d’Apollon de l’académicien Dominique Fernandez, dont la lecture a provoqué un déclic au moment où j’entamais à peine mes recherches en histoire de l’art. L’intention de ce livre est de mieux comprendre et analyser les mythes grecs, omniprésents dans notre culture. Le travail de Fernandez était, au départ, une lecture préparatoire à mes recherches, alors que je ratissais au plus large afin d’établir les connaissances de bases de mon sujet avant de me spécialiser.

Là où Fernandez a changé ma manière d’appréhender l’histoire, c’est au moment où, en s’appuyant sur les textes antiques, l’auteur explique comment les mythes homosexuels ont été transformés au fil des ans en histoire hétérosexuelle. C’est le cas de Narcisse qui est le plus frappant, car connu de tous. Ce récit mythologique n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, où le versant homosexuel est métaphorisé ou effacé. Cette idée est devenue un point important de ma réflexion et m’a poussé à remettre en question tous les mythes, récits ou œuvres. Et tout cela, dans l’intention de les voir sous un jour nouveau, car tous ce que nous pensons savoir et connaître n’est finalement que le fruit d’une construction sociale.

 

Image à la Une : Paul Delaroche, La jeune martyre, cc, Wikimedia.


Natacha Aprile

Titulaire d'un Master Recherche en Histoire de l'art moderne, je suis actuellement étudiante en Master 2 Recherche en Histoire moderne à l'Université Toulouse-Jean Jaurès, sous la direction de Sylvie Mouysset. Mon travail porte sur l'entourage de l'empereur Frédéric II de Prusse.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.