Retour aux sources

La librairie de mon enfance, années 1960.

L’Histoire du Livre raconte notre humanité. Elle s’est construite à partir des livres témoins de leurs temps qui sont parvenus jusqu’à nous. C’est pourquoi, ils sont précieux et leur conservation est si importante. Ils nous transmettent l’histoire de la pensée à travers les siècles. Leur enveloppe, corps matériel, composition du texte, illustrations, transformation numérique, reflètent le contexte culturel, historique et économique du moment de leur production.

Toulousaine, mon enfance a été marquée par les métiers du livre. C’est pourquoi, la retraite venue, j’ai eu envie de connaître comment le patrimoine écrit toulousain s’était constitué et comment sa production et son marché se poursuivent aujourd’hui. C’est ainsi que je me suis engagée dans l’étude de la « science du livre » avec pour spécialité l’histoire du patrimoine écrit toulousain.

L’état de la question

Qui étaient les premiers imprimeurs, libraires, graveurs à Toulouse ? Où étaient implantés les parcheminiers, enlumineurs, doreurs, fabricants de papier, fondeurs de caractères ? Quand et où la première bibliothèque publique a-t-elle été ouverte ? Comment la presse s’est-elle introduite et développée ? Comment la censure s’est-elle appliquée sur les imprimeurs, journalistes, écrivains ?

Bien sûr ces sujets ont fait l’objet de recherches et publications depuis longtemps par d’imminents historiens, universitaires ou bibliothécaires. Et, grâce aux enseignements que j’ai reçus, ouvrages et blogs que j’ai consultés, expositions, conférences, séances de « Trésors publics » de la Bibliothèque du Patrimoine auxquelles j’ai participé, j’ai trouvé des réponses à ces questions et assouvi ma curiosité.

Cependant, je remarquais que la production éditoriale toulousaine du début du XIXe siècle n’avait fait l’objet que de peu d’études par rapport aux siècles précédents comme ceux de La Renaissance et de la période moderne. Pourtant produite en pleine période du romantisme, du perfectionnement de l’art de la gravure, de l’invention de la lithographie et de l’essor de l’enseignement scolaire, il serait intéressant de constater les genres de livres que cette période nous a laissés.

Google.books, Page de titre, Revue du Midi, Toulouse, J.-B. Paya libraire-éditeur, Place Rouaix n°13, 1833, tome 2.

Et justement, m’intéressant de près à Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865) qui créa une librairie et des éditions dont les fonds sont à l’origine de la Librairie et des Éditions Privat toujours actives au cœur de Toulouse, il m’est apparu que sa vie et son œuvre, pourtant si mêlées à l’histoire de Toulouse, du livre, de la presse et de la République, n’avaient jamais vraiment été étudiées de façon complète.

J’ai développé ce fait dans mon mémoire de Master 1 en reprenant comment s’était construite la biographie de ce personnage depuis sa mort jusqu’à nos jours et en inventoriant la presque totalité de son œuvre éditoriale, de journaliste et d’écrivain historien, sous le titre « Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865), éditeur journaliste à Toulouse et Paris, éveilleur de conscience ». Soutenu le 20 juin 2017 à l’Université de Reims Champagne Ardenne, au Centre Universitaire de Troyes, je compte poursuivre cette étude en Master 2 à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

De Toulouse à Troyes, un chemin de croix ? Non, un bon choix !

Pourquoi aller à l’Université de Troyes en Champagne Ardenne lorsqu’on habite Toulouse ? La ville de Troyes, labellisée « ville d’art et d’histoire » depuis 2010, abrite une unité d’enseignement de l’Université de Reims qui  dispense les Master 1 et 2 “Sauvegarde et Valorisation des Patrimoines”  avec un tronc commun “Patrimoine” et deux options : Monument ou Livre. La section « Livre » s’explique parce que la région Champagne Ardenne et particulièrement Troyes, possèdent une forte tradition dans la conservation de collections de manuscrits médiévaux et de livres anciens depuis plusieurs siècles. Il s’agit d’une filière qui étudie le Livre comme un document culturel, sous l’angle matériel, historique et artistique, avant d’être un document destiné à la numérisation dans une section de fonds ancien d’une bibliothèque publique.

J’ai suivi des enseignements dans les disciplines suivantes : “Fonds anciens/expertise”, “Le livre médiéval”, “Fonds précieux, théâtre”, “Littérature jeunesse”, “Histoire des bibliothèques”, “De l’Encyclopédie”, “La fabrique du livre XIXe et XXe siècles”, “Livres fantasy”, “Histoire des médias”, “Idées du patrimoine”, “Arts décoratifs”, “Sociologie des publics”, “Culture et handicap”,  “Expositions”, “Médiation culturelle”, “Droit de la propriété intellectuelle”, “Histoire de l’archéologie”, “Archivistique”, avec une approche globale des patrimoines et de leurs métiers.

C’est dans cette unité d’enseignement que j’ai été sensibilisée à l’action culturelle en bibliothèque, aux expositions, à la scénographie, au contact avec les publics, à la rédaction de comptes rendus critiques et été amenée à analyser et approfondir les connaissances, compétences et méthodes que requiert le métier de « médiateur culturel ».

Stage : publication d’un « focus » sur Tolosana

Á la fin du 2e semestre, j’ai eu la possibilité d’effectuer un stage de professionnalisation de deux mois, en avril et mai, dans le service du Fonds ancien de la Bibliothèque de l’Arsenal de Toulouse, sous la direction de Marielle Mouranche. Avec ses conseils, j’ai fait mes premiers pas en rédaction de présentation de livre publiée sous forme de « focus » sur la bibliothèque numérique patrimoniale des universités toulousaines Tolosana.

Planche 11 du Traité des champignons comestibles, suspects et vénéneux…orné de figures coloriées de grandeur naturelle, par J.-B. Noulet et A. Dassier, Toulouse, chez J.-B. Paya, libraire-éditeur rue Croix-Baragnon, 9, Hôtel Castellane, Paris, au dépôt de la maison, 17, rue des Beaux Arts, 1838, p. 52. Image provenant de Tolosana, la bibliothèque numérique patrimoniale des universités toulousaines.

J’ai rédigé deux fiches d’ouvrages édités et imprimés par Jean Baptiste Paya, typiques de la période par leurs sujets et leurs illustrations en lithographie : Toulouse monumentale et pittoresque par J. M. Cayla et C. Paul (1842) et Traité des champignons comestibles, suspects et vénéneux qui croissent dans le bassin sous-pyrénéen par J.-B. Noulet et A. Dassier (1838). Ce dernier, aux lithographies éclatantes de couleurs, est aujourd’hui en ligne avec un focus ayant pour titre : « Ne partez pas aux champignons sans consulter le Traité des champignons comestibles de Noulet et Dassier (Toulouse, 1838) » signé de nos deux noms, comme co-auteurs.

Médiatrice en Patrimoine écrit

A la suite de ces enseignements très bénéfiques, j’ai pris la décision de poursuivre le sujet de mon mémoire en Master 2 en “Histoire, civilisations, patrimoine”, à Toulouse, pour me faciliter l’étude de la collection éditoriale de Paya, sous la direction du professeur Jacques Cantier, avec l’ambition de devenir médiatrice culturelle en patrimoine écrit.

Le début de l’année commence bien puisque M. Sébastien Poublanc nous met le pied à l’étrier avec un programme d’écriture de six billets sur ce blog d’historien. Le premier, donc celui-ci, me permet de présenter pour la première fois, publiquement, mes parcours et travaux en cours. C’est un vrai saut pour moi !

Le label « Villes et Pays d’art et d’histoire » pour Toulouse : une chance pour les étudiants en Histoire ?

Lors de la 2e édition du Forum “Toulouse Patrimoine d’Avenir” qui a eu lieu jeudi 5 octobre, la municipalité a rappelé que la ville avait lancé sa candidature en octobre 2016 pour obtenir le label « Villes et Pays d’art et d’histoire », comme Troyes. Une chance pour les étudiants menant des recherches autour de l’histoire de Toulouse pour trouver des débouchés ! Le département « Histoire, civilisations, patrimoine » de l’université va-t-il participer à la formation des futurs médiateurs en histoire du patrimoine toulousain ? Le patrimoine écrit va-t-il en faire partie autant que le patrimoine monumental, industriel ou des arts décoratifs ? C’est avec le secret espoir que le Master 2 en Histoire, civilisations, patrimoine, incluant l’histoire de l’édition toulousaine, devienne un réel patrimoine d’avenir pour les étudiants que je termine ce premier blog. 

                  #ToulousePatrimoine

Crédit image : ©isabelle.privat.Librairie Privat, façade des magasins, phototypie Labouche Frères (s.d.)


Isabelle Privat

Après avoir suivi les séminaires de Jean Yves Mollier en Histoire de l’Édition à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines entre 2011 et 2014, puis validé le niveau licence d’Histoire à Toulouse Jean Jaurès, Isabelle Privat a entrepris en 2016-2017 un Master 1 en Sauvegarde et Valorisation du Patrimoine écrit au Centre Universitaire de Troyes, Université de Reims, Champagne Ardenne et poursuit en 2017-2018, un Master 2 à Jean Jaurès en Histoire, civilisations, patrimoine, avec M. Jacques Cantier. Son sujet de recherche est la vie et l’œuvre de « Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865), éditeur et journaliste à Toulouse et Paris, éveilleur de conscience ».

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/12/2017

    […] octobre, nous avons exposé notre vécu d’historien en herbe sur les six thèmes suivants : « Parcours », « L’écriture », « Les archives », « Notre sujet en 15 tweets », « Le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.