Comment écrire l’histoire ?

Pierre-Auguste Renoir, Le liseur. CC, Wikimedia

Nous sommes en Master 2 , pour la première fois de notre parcours, nous allons écrire véritablement comme des chercheurs. De ce fait, on peut se demander quels sont les rapports d’un étudiant à l’écriture et à la lecture de l’histoire.

Après avoir retracé le parcours qui m’a mené à la recherche, je m’interroge dans ce billet sur mon rapport à la lecture et à l’écriture de l’histoire. On verra si les lectures d’un étudiant sont exclusivement académiques et s’il est possible de prendre du plaisir pour rédiger l’histoire.

Une histoire exclusivement académique ?

Mon rapport à l’histoire se décline en deux catégories : d’un côté hors de l’université et de l’autre côté de manière académique. En dehors de mes études, je m’intéresse à l’histoire mais cet intérêt est plus désordonné. Je porte ma curiosité sur toutes les périodes historiques et sur beaucoup d’aires géographiques et de sujets, avec tout de même une préférence pour l’histoire militaire. J’ai donc une culture plus vaste mais moins précise. Cette passion s’appuie sur la lecture de manuels, d’ouvrages de vulgarisation, dont la collection “Que sais-je” ou encore de revues surtout d’histoire militaire comme “Guerres & Histoire” et beaucoup plus rarement sur des ouvrages strictement universitaires. Cette passion passe aussi par le visionnage de documentaires ou l’écoute d’émissions de radio comme 2000 ans d’histoire sur France inter et Au cœur de l’histoire sur Europe 1.

D’autre part, mon rapport à l’histoire est aussi académique. Comme mon mémoire porte sur  un écrivain prisonnier de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale, je lis des ouvrages sur la France, sur la Seconde Guerre mondiale, sur la vie littéraire française du XIXe et XXe siècle et sur les prisonniers de guerre. La plupart de ces ouvrages sont  universitaires et leur lecture est plutôt difficile. Par ailleurs, il est possible d’allier histoire académique et histoire-passion. Ainsi, j’ai eu l’occasion de lire pour mon sujet la bande dessinée de Tardi : moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II-B, qui retrace la vie du père de l’auteur, prisonnier en Allemagne. Ou encore, de regarder le reportage intitulé Sous le manteau et qui porte sur les prisonniers de guerre de l’Oflag 17-A.

Quelle écriture de l’histoire ?

Concernant mon écriture, je la pratique exclusivement sur ordinateur, d’un jet. Une fois que j’ai lu mes sources et ma bibliographie, je relis mes notes, écrites à la main sur du papier, et je rédige mon mémoire sur ordinateur. J’écris jusqu’à ce que je bloque, dans ce cas, je m’arrête, je réfléchis et je repars mais je n’écris jamais à la main pour la rédaction, sauf le plan. Écrire est dans un premier temps angoissant : comment vais-je faire pour rédiger 90 pages de mémoire ? Cependant, dans un second temps, une fois lancé, l’écriture devient un plaisir.

https://media1.giphy.com/media/3o6ozoEW3w17FwhjgY/giphy.gif

Évidemment il y a toujours une part d’angoisse pour terminer dans le temps donné et pour produire un travail de qualité. Mais une fois la rédaction lancée je suis motivé pour finir ce que j’ai commencé. Pour écrire l’histoire je dispose de modèles et de contre-modèles. Je me rappelle notamment avoir lu Les quatre partie du monde de Serge Gruzinski et même si l’ouvrage était très intéressant, j’ai trouvé le style parfois trop pédant et donc inaccessible.

Je préfère écrire les choses simplement. Naturellement, il est nécessaire de choisir les mots justes et parfois d’employer des termes spécifiques. Cependant, ils ne doivent l’être que si c’est nécessaire et toujours expliqués. Il ne s’agit pas de se soucier de montrer plus son érudition que de traiter le sujet. En outre, il ne faut pas chercher à exhiber sa culture ou la complexité de son lexique mais produire une écriture claire, juste et accessible. D’autre part, je pense que l’écriture de l’histoire ne doit pas se détacher d’un style littéraire voire même poétique. En ce sens, l’historien Yves Durand m’a beaucoup marqué, il écrit une histoire vivante et chargée d’émotion. Je cherche donc à écrire d’une manière simple et accessible tout en essayant de travailler la beauté et le côté littéraire.

Crédit image à la une : Ivan Koulikov, CC, Wikimedia

 

 

 


Ewan Jouannic

Étudiant en Master 2 à l'université Jean-Jaurès Toulouse, je travaille sous la direction de Jacques Cantier sur les cinq années de captivité de l'écrivain Georges Hyvernaud pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.