Écrire, le dessein de l’historien ?

Peinture de Klügmann : Muse lisant un volumen (rouleau) (Photo de Jastrow, Wikimedia Commons, CCs)

L’histoire est un puits sans fond, il est impossible de l’explorer totalement. Il y a tellement à étudier que la maîtrise de quelques domaines est déjà notable. Si mon intérêt pour l’histoire devait se refléter en un point primordial, ce serait sans doute la lecture. Il est difficilement envisageable d’explorer une science telle que l’histoire sans lire. Le livre représente le plus grand lien entre l’humain et l’apprentissage de l’histoire.

Mon intérêt pour certains sujets passe dans un premier temps par la lecture de livres ou d’articles spécialisés. Il n’est pas rare que je lise des articles de presse ou des ouvrages contemporains des sujets étudiés, souvent révélateurs sur les pensées d’alors (à lire avec un point de vue plus critique). A noter, Internet qui a permis à bon nombre de personnes de rassasier leurs envies de savoir. En effet, le net présente un très vaste corpus d’ouvrages à commander ou à lire sur un support informatique, on y trouve également une énorme quantité d’articles universitaires. L’ère du net change l’étude de certaines thématiques, rares sont ceux qui ne google pas le topic étudié dans un premier temps. Le net offre la possibilité de mettre à disposition des ressources accessibles pour tous. C’est une formule intéressante pour ceux qui souhaitent partager leurs connaissances et découvertes (même si des historiens ont parfois du mal, une nouvelle vague arrive … #Dighistory). Mais aussi pour ceux qui souhaiteraient étancher leur soif d’apprendre. Internet me permet d’être abonné à plusieurs blogs ou revues en ligne et d’avoir accès à leurs contenus n’importe où (Nacelles / Histoire Globale …).

Quand des historiens entendent le prénom « Stéphane »

Les revues de vulgarisation (mais aussi blogs ou chaînes Youtube) possèdent aussi leurs rôles, donnant goût à l’histoire et faisant découvrir des sujets sans trop aller dans la profondeur aux non initiés. Par ailleurs le thème de la vulgarisation de l’histoire amène des tonnes de débats. Je ne nommerai pas les bêtes noires des historiens mais cela révèle pourtant une problématique bien réelle pour ceux qui font de l’histoire, comment intéresser un public plus large que celui universitaire ?

Pas le droit aux divagations

La plupart du temps l’histoire apporte du plaisir, que ce soit à lire ou écrire. A travers mon parcours universitaire, j’ai pu avoir des blocages sur des sujets lorsqu’il fallait les aborder dans les détails (question de goût). La lecture d’un ouvrage s’avère parfois difficile, si il y a de bons orateurs pour conter l’histoire, il y a de bons écrivains pour la mettre en forme sur le papier. Et en parlant d’écriture, il est vrai qu’écrire l’histoire n’est pas si facile. D’un point de vue méthodologique j’esquisse d’abord mes idées sur papier, ensuite vient la rédaction au clavier. Celle ci présente parfois quelques difficultés. Id est : les blocages, quand on a une idée claire et précise difficile à faire sortir. Heureusement ces épisodes sont plutôt rares !

Une autre difficulté à laquelle l’historien doit faire face : l’auteur n’a pas la possibilité de divaguer, il possède un rôle de transmetteur de faits vis-à-vis du lecteur qui est censé comprendre ce qu’il lit sans se poser des questions d’interprétation. Cela demande une importante clarté dans les propos déclarés, il faut à tout prix éviter les zones troubles que l’on pourrait retrouver dans des articles de presse (pour attiser la curiosité du lecteur). Cependant la majeure partie du temps l’écriture est plaisante, dès lors que l’on a des choses à dire. Il en est de même pour l’écriture des billets des Tribulations historiennes.

Si je ne possède pas de modèle d’écriture précis, je trouve intéressant la manière de rédiger utilisée dans les ouvrages de Fernand Braudel, Immanuel Wallerstein ou Serge Gruzinski. Le style d’écriture est clair, précis et donne envie d’aller jusqu’au bout de l’œuvre. Même si les théories de Fernand Braudel au sein de sa thèse, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, ont été l’épreuve de controverses (par exemple avec Michel Foucault), elles ont changé mon regard sur l’histoire en élargissant ma perception. Je trouve pertinente la division du temps en différentes catégories (l’histoire quasi immobile, l’histoire lentement agitée et l’histoire des événements).

L’appréhension de l’histoire et de son écriture est subjective … Il n’y a qu’à voir les goûts et les intérêts totalement différents de chacun au sein de cette discipline. Écrire représente l’acte final de l’historien, mettant en exergue les recherches effectuées et les confiant au lecteur pour une transmission de savoir.

Crédits images à la Une : Prof Saax, Photography of Lascaux animal painting, 2006. (Wikimedia Commons)


Josué Llopez

Etudiant en Master II Histoire et civilisations modernes et contemporaines (parcours Histoire et patrimoine de l'aéronautique et de l'espace) à l'Université Toulouse Jean Jaurès. Sous la direction de Jean Marc Olivier, mes recherches portent sur la compagnie aérienne Norwegian, son développement d'un point de vue historique et économique ainsi que ses apports pour la société norvégienne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search