L’histoire, entre vulgarisation et sensation forte

Flickr, Louis Bavet, So Cliché

Si tu as lu le premier billet, tu dois sûrement te dire « à part lâcher deux, trois vannes sur ton parcours, niveau histoire, tu peux nous en dire un peu plus ? ». Avec plaisir ! Nous allons donc voir ce qui se cache derrière la formule laconique (et quand même bien clichée) de « ma passion pour l’histoire ». 

L’histoire, sous toutes ses formes, plus ou moins sérieuses, a toujours été présente à mes côtés.

 

De l’histoire, partout, tout le temps

Giphy

J’ai grandi entouré d’histoire, bercé par les témoignages d’aïeux ayant participé à différents conflits (de la Première guerre mondiale à la guerre d’Algérie). Très tôt, cela pique ma curiosité et à l’adolescence, cette « passion » prend une nouvelle forme. Ado des plus banals, je n’échappe pas à Call of duty, Medal of Honnor et consort. Ici tu dois sûrement être un peu désemparé, t’attendant à quelque chose d’autre que les récits de papi à Noël et les mercredis après-midi console.

Mon entrée à la fac puis mon master recherche m’ont ramené sur le droit chemin. Premièrement, j’y ai découvert l’aspect scientifique de l’histoire et donc par extension l’ensemble des lectures qui vont avec. Cette « prise de conscience » s’est faite à travers  deux ouvrages. Le premier, de Bartolomé Bennassar, Recherches sur les grandes épidémies dans le nord de l’Espagne à la fin du XVIe siècle. Problèmes de documentation et de méthode, a profondément motivé mon orientation vers le master recherche. Le propos de l’auteur ne porte pas tant sur les épidémies dans le nord de l’Espagne, mais sur les traces (les sources) laissées par de tels phénomènes. L’historien s’interroge alors sur la façon de les exploiter, nous présentant la réalité de la recherche historique soit une véritable enquête qui vise à analyser un phénomène dans sa globalité. D’un autre côté Marseille la violente : criminalité, industrialisation et société (1851-1914) de Céline Regnard-Drouot m’a fait prendre conscience de toute la complexité qui réside dans tout acte de violence. Le tout m’a donc amené à étudier la guerre, phénomène violent par essence, afin d’en saisir les mécanismes de base. De par ce sujet, le prisme qu’exerçait déjà le phénomène guerrier sur mes passe-temps s’est encore resserré et précisé.

Mis à part, certaines émissions d’histoire de notre cher service public (tu sais très bien desquelles je parle), je regarde, lis ou écoute à peu près tout ce qui se fait sur la guerre ou la violence, mais… généralement c’est assez éloigné de l’histoire au sens universitaire. Mes étagères sont peuplées de bouquins allant du classique  Si c’est un homme, au rock’n’roll Sympathy for the devilsur la guerre du Vietnam, en passant par Au cœur des ténèbres de J. Conrad. Toutes ces lectures, si elles ne me fournissent aucune théorie historique sur le phénomène guerrier, me permettent de toucher du doigt le contexte global des sociétés dans lesquelles se déroulent de tels évènements.

Le rapport que j’entretiens avec l’histoire est si ténu et quotidien que je ne peux donc plus faire la part de plaisir ou de travail, les deux se confondant, excepté quand il s’agit de rédaction.

Ecrire : sensation forte garantie

Mon rapport à l’écriture a, lui aussi, considérablement évolué. De ce qui n’était à la base qu’un travail, je dois admettre que j’en retire maintenant un certain plaisir. Mais cela vient moins du fait d’écrire que de pouvoir développer sa pensée sans aucune limite de page ou de temps.

Une fois la licence terminée, je me suis confronté au périlleux exercice de la rédaction… et c’est une autre dimension que le « mini-mémoire » de troisième année, d’une dizaine de pages (et déjà, t’avais l’impression de faire concurrence à JK Rowling). Face à ce qui est un véritable challenge, tu es poussé dans des retranchements encore inexplorés de ton comportement.

Flickr, Gilles Chiroleu, l’écrivain

À l’heure du tout numérique où même ta montre peut envoyer un mail, je mets de côté ordinateur et tablette pour revenir au bon vieux crayon et à beaucoup, beaucoup, beaucoup de feuilles de brouillon. Je suis le genre d’étudiant qui fait le brouillon, du brouillon de la version finale. Et bien sûr, avec une telle méthode de travail, je finis par me retrouver avec l’intégralité de mon mémoire, manuscrit et sur des feuilles volantes.  Vient alors la retranscription, étape se rapprochant bien davantage de la paléographie que d’une simple formalité. À cette situation, il faut encore ajouter l’ensemble des contraintes liées au mémoire : trouver le plan parfait, éviter à tout pris le hors-sujet, assurer la pertinence du propos, et surtout gérer ma hantise du plagiat qui m’amène, régulièrement, à une réelle frénésie de guillemets et note de bas de page… Autant dire que la rédaction est un challenge à la hauteur de l’ascension du Meru.

Maintenant que tu es au fait de tout cela, il ne me reste plus qu’à te présenter mon sujet !

Giphy

Crédit image à la une : CC, Wikipedia, Toy Soldier.


Matthieu Gayrin

Etudiant en Master 2 recherche, je travaille, sous la direction de Monsieur Jean-Marc Olivier sur "l'efficacité et les limites de l'utilisation de l'arme aérienne dans les conflits en Irak (1990-2004)".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.