Ecrire, une catharsis quelques fois fastidieuse.

CC GIPHY

L’histoire, chez moi, c’est une histoire de famille. Ma grand-mère et mon père, passionnés chacun par son époque, m’ont transmis un amour inconditionnel pour Elle, comme une tante éloignée qu’on adore gamin parce qu’elle a toujours énormément de choses à nous raconter.

Depuis mon plus jeune âge, et depuis que ma mémoire me le permet, j’ai baigné dans les livres de Max Gallo, comme dans ceux de ce bon Jacques Attali, notamment 1492. A six ans, je reçois pour Noël mon premier livre d’histoire d’Alain Decaux, Alain Decaux raconte l’histoire de France aux enfants, lu une cinquantaine de fois au bas mot. Puis les années sont passées, et cette curiosité historienne est restée.

Papier ou numérique ? Entre deux mon cœur balance.

Aujourd’hui, le rapport au numérique permet l’accès à énormément de ressources littéraires, du pain béni par instants, par d’autres, un moment empreint de nostalgie de mes jeunes années à flâner en bibliothèque. Toujours est-il que si j’adore le format papier, le numérique offre des avantages de temps, de disponibilité mais aussi des avantages financiers. De plus, étant une grande adepte de France Inter et de France Culture, plus besoin de se lever ou de se coucher à des heures indécentes juste pour pouvoir entendre une intervention dont la seule diffusion sera à six heures du matin pour cause d’actualité brûlante.

En deux clics, je retrouve le principal intéressé, ré-écoutable à l’infini pour valider mes notes. Ces mêmes notes adorent se promener sur des feuilles volantes, dans une anarchie désinvolte caractérisant si bien quelques fois mon travail et mon écriture brute. Car si tout historien donne une image de quelqu’un d’organisé dans ses pensées et son raisonnement, il est d’autant plus vrai que les livres amassés sur un coin de bureau, les carnets et feuilles remplies par centaines sont mes nouveaux colocataires depuis deux ans maintenant!

Autre élément important de mon avancement dans mon écriture : mon mur rempli de mots doux de moi-même pour moi-même me rappelant de me procurer tel livre, d’écrire tel passage de mon mémoire et entre deux, de prendre le temps aussi de sortir boire une bière pour éviter d’imploser. La rédaction de mon mémoire l’année dernière, m’a appris à me ménager même si la dead-line approche à grand pas. Il y a des matins où l’on se réveille avec un réel besoin d’écrire, de pouvoir coucher sur papier toutes les idées qui nous ont traversé l’esprit au cours de la nuit. D’autres fois, où même après six heures assise derrière un bureau, la page reste désespérément blanche, et cela depuis plus d’une semaine.

CC Pinterest

Moi, nerveuse ? Une légende urbaine.

Plaisir, travail… Une frontière bien mince quand votre sujet devient un élément central de votre quotidien. Et si après tout, mon écriture était une part de moi ? Quelque chose d’intime a transmettre aux autres car le sujet nous touche d’une manière ou d’une autre et qu’il fait partie intégrante de notre parcours et de nos convictions.

Il est certes toujours compliqué de restée calme quand on ne trouve pas le mot ou la citation qui ferait la liaison parfaite entre deux paragraphes. Difficile aussi de restée optimiste et enjouée quand les idées sont là mais que le processus d’écriture à du mal à faire son chemin. Pour autant, écrire a toujours été pour moi un moyen de pouvoir m’exprimer et m’émanciper d’une pensée ou d’un moment. La rédaction de mon mémoire en fut un excellent exemple et de cette volonté de vouloir exprimer quelque chose de nouveau au travers de ce qui avait déjà était écrit sur le sujet.

Un Siècle d’antiféminisme de Christine Bard, ouvrage de référence dans le domaine, a été révélateur dans mon écriture car plusieurs auteurs prenaient part au projet de rédaction me permettant d’appréhender plusieurs styles rédactionnels. Ainsi, Michelle Perrot qui rédige la préface de cet ouvrage a changé ma vision de l’histoire et de son écriture par le sens exact des mots qu’elle employait et qui sonne toujours aussi juste sur le sujet, même près de dix ans plus tard.

CC Babelio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.