Confession d’un enfant de l’Histoire

Livre ancien
Auteur: josealbafotos, Source: Pixabay

“Les hommes font l’Histoire mais ils ne savent pas l’histoire qu’ils font”, cette célèbre et belle citation nous rappelle que l’histoire est avant tout une aventure humaine faite d’ambitions, d’intérêts, de passions, d’idéaux, de bruit et de fureur. Sans doute, cette dimension romanesque m’a attiré et suscité en moi l’envie de connaître et de comprendre. Donc nous voila parti pour un deuxième billet centré cette fois-ci sur mon rapport à l’histoire.

Je vais débuter, et tu ne m’en voudras pas, sur une confidence: enfant, je n’aimais pas du tout l’Histoire. Combien de fois je me suis entendu dire naïvement “Et alors, à quoi ça sert ?” . Alors jusqu’à la fin de mon année de quatrième, j’étais allergique à tout enseignement historique. Et puis, en l’an de grâce 2009, j’ai eu la chance de rencontrer un professeur qui m’a transmis cet intérêt rapidement devenu une passion. Et, quand au lycée s’est posée la question de l’orientation post-bac, je n’ai pas hésité un instant, ce que je voulais, au risque de parodier Danton,  c’était de l’Histoire, de l’Histoire et encore de l’Histoire !

 robespierre french revolution danton GIF

Il n’y a pas que la Révolution dans la vie

S’il m’est demandé de préciser ce qui, dans l’Histoire, m’attire particulièrement, je répondrai tout d’abord l’Antiquité gréco-romaine. Je suis d’ailleurs actuellement en train de lire les Vies Parallèles de Plutarque, une véritable somme je t’assure. Cette passion se retrouve également dans mes goûts en matière de cinéma : tu as devant toi (façon de parler) un grand amateur de péplums (Gladiator, Ben Hur et j’en passe). A ce titre, si tu aimes ce petit côté rétro et que le noir et blanc ne te déranges pas je te conseille le superbe film de 1953 intitulé Jules César et adapté de la pièce de Shakespeare (avec un Marlon Brando en Marc-Antoine et un James Mason en Brutus, tu vas te régaler).

Mais revenons au sujet… Que faire quand on est, comme moi, attiré par l’histoire antique et par la Révolution française ? Eh bien, tout naturellement s’intéresser à l’influence de l’Antiquité dans la Révolution. Élémentaire non ? Tiens je crois avoir trouvé là un sujet de thèse possible.

Je te passe mes autres sujets favoris que sont, en vrac, l’histoire et la culture russes, le Japon et les Guerres de religion,… J’apprécie également certaines émissions radiophoniques comme “2000 ans d’Histoire” et la “Marche de l’Histoire”, toutes deux sur France Inter. Sur YouTube, je suis amateur de la chaîne Histony et il m’arrive occasionnellement de regarder, oserais-je le dire ? le programme “Secrets d’Histoire” (oui, oui je sais ça n’est pas bien).

Sola scriptura

Concernant mon rapport à l’écriture il est certain que j’aime rédiger. Toujours plus habile dans les disciplines littéraires que scientifiques, je me souviens de ces écritures d”invention auxquels nos professeurs de français nous astreignaient au collège. Je suis et resterai un adepte de la plume plutôt que du clavier. Je pense que chacun de nous a déjà été confronté à cette malédiction de la page blanche : impossible de trouver la phrase d’accroche, de se lancer dans la rédaction. Alors mon réflexe, aussi naturel qu’inutile, est de lever les yeux au ciel cherchant désespérément l’inspiration, le déclic initial qui me permettra de poursuivre.

Une fois lancé dans l’écriture du brouillon, j’écris au fil de la plume, à mesure que des idées me viennent, ne m’arrêtant pas sur l’orthographe et la conjugaison et usant de nombreuses abréviations. Puis j’effectue une seconde lecture pour corriger les fautes, supprimer ou remplacer certains mots ou phrases, permuter l’ordre de la rédaction. Une fois que j’estime mon brouillon satisfaisant, je recopie tout cela au propre.

 person calligraphy write pens handwriting GIF

 

Image à la Une: Livre ancien, source: Pixabay


Damien FRANCHINI

Mon champ d'étude débute à la Révolution française puis s'étend tout au long de la première partie du XIXème siècle. Etant originaire de Toulouse, je fus particulièrement et naturellement attiré vers l'histoire régionale du Sud-ouest durant cette période ce qui explique ma thématique de recherche, à savoir les troubles en Ariège de 1789 à la Révolution de 1848.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.