Syndrome de Stockholm

Pour ce billet, on nous a demandé les liens que nous entretenions avec l’écriture. Est-ce un plaisir d’écrire, une corvée, un peu des deux ? Est-ce que nous avons des facilités à écrire ou est-ce quelque chose qui nous coûte ? Et avant d’écrire le premier mot de ce billet, je suis resté à fixer une page de traitement de texte vide pendant presque quarante minutes, le cerveau buggé. Ça résume assez bien mon rapport à l’écriture. 

En effet, ce rapport peut parfois être assez laborieux, voir difficile. Ça reste quand même un plaisir, mais un plaisir qui prend du temps, qui me demande toute ma concentration, en un mot comme en cent, un plaisir qui me fait ramer. Encore plus quand il s’agit d’écrire sur l’Histoire.

Entre Elle et moi

Clio CC. Flikr. Carlo Franzoni

Quand on fait de l’Histoire, l’écriture est partout : dans les livres , dans les sources que nous devons dépouiller, dans les dissertations, compte-rendus et autres joyeusetés censés nous évaluer. Notre relation avec l’écriture est omniprésente, parfois passionnée, souvent usante. Mais c’est pour le bien de la cause. Car oui, derrière ce rapport que nous entretenons avec l’écriture, se cache notre rapport avec l’Histoire. Elle qui pour certains peut paraître glaciale, pour d’autres charmeuse, pour moi Elle est belle et infinie. Pleines de surprises, presque trop. A certains moments à en donner le vertige. C’est Elle qui prend de plus en plus de place dans ma vie, qui occupe une bonne partie de mes pensées, qui peut me donner des migraines. Et quand il faut La décrire, La construire, La magnifier, la tâche n’est pas toujours facile.

Alors, comment écrire l’Histoire ? Et pourquoi ? C’est une question bien trop complexe pour être traitée sur un billet et déjà beaucoup d’encre a coulée sur le sujet. Cependant, depuis mes premières années de Licence, j’entends mes professeurs me parler de cette figure de l’historien qui doit sortir de sa « tour d’ivoire » (citation attribuée à Lucien Febvre) et qui dans le même temps ont du mal à sortir de ce milieu si fermé qu’est le milieu universitaire. L’Histoire doit être accessible à tous et pour nous qui vivons dans l’ère numérique, une question doit être centrale : celle de la « vulgarisation ».

« La vulgarité ça ne s’improvise pas »

Reprenons du début, avec une question simple, basique. Pourquoi vulgariser ? Et bien j’en ai aucune idée. Je suis bien incapable de vous donner une réponse générale à cette question. Je pense que chaque historien ou chercheur à sa propre motivation à vulgariser l’Histoire. Certains vont vous dire que c’est pour sortir de l’élitisme qui gangrène le monde universitaire, d’autres vous diront que c’est pour la beauté du Savoir.

Personnellement, c’est parce que je pense qu’Elle est partout autour de nous et que La connaître permet d’avoir des clés pour comprendre le monde dans lequel on vit. La vulgariser c’est également éviter qu’Elle soit utilisée à des fins politiques ou idéologiques comme on a pu le voir ces dernières années avec certains « historiens de garde».

Les moyens pour La rendre accessible sont nombreux et je pense que l’on peut tous trouver le média qui nous permettra de L’intégrer dans notre culture personnelle. Si vous êtes plutôt un littéraire, lisez le magasine « L’histoire ». Lire vous ennuis ? Pas de problème, trouvez les podcast de l’émission de France Inter « 2000 ans d’Histoire » ou regardez un documentaire Arte. Toujours pas ? Branchez vos console, jouez à Assassin’s Creed, et regardez les notices biographiques. La flemme? Allez sur Youtube et regardez  C’est une autre histoire, Nota Bene ou Confessions d’Histoire. Comme je l’ai déjà dit, Elle est partout : dans les films, dans les rues, dans les discours.

Et moi dans tout ça?

Ma relation avec Elle remonte à loin. Je L’ai rencontré quand j’étais encore enfant et qu’Elle était partout dans les bibliothèques de mon père. Je l’ai d’abord découverte romancée, héroïque et ça m’a influencé dans ma façon de l’écrire. Aujourd’hui, quand je parle d’Elle, c’est encore à cette héroïne aux multiples visages à qui je fait référence. Bien qu’avec le temps, j’ai parfois oublié cet aspect. Me concentrant sur une écriture très classique, normée, comme les profs de licence me l’ont enseignée . Et c’est en découvrant tous les moyens de vulgarisation précédemment cités que je me suis rappelé qu’on pouvait parlé d’Elle de nombreuses façons.

CC. Wikimedia. Roussel

Et tout comme Elle est plurielle, mes moyens de La construire le sont aussi. Je peux écrire un texte scientifique comme mon mémoire sur mon ordinateur, La dénuder dans mes sources via un crayon et du papier, avoir une pensée pour Elle et l’écrire à la va-vite sur une feuille volante ou mon portable. Je continuerai à La construire des deux façons, scientifique car il faut continuer à découvrir ses secrets et en la rendant accessible à tous.

Donc je conclurai sur un double conseil : Lecteurs, soyez curieux ; Chercheurs, soyez vulgaires.

 

Crédit image à la une: CC. Wikimedia. Janus Bifrons, Adolphe Giraldon


Luka Mery

Etudiant en Master 2 Histoire et Civilisations moderne et contemporaine, parcours monde Ibérique à l'université Toulouse II Le Mirail-Jean Jaures. Sous la direction de François Godicheau, ma recherche s'oriente sur la notion de criminalité en Argentine au XIXe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search