L’histoire et moi : entre lecture et écriture

À la recherche de nouvelles choses à apprendre, Creative Commons, Pixabay, Oliver Kepka.

Avant d’entrer en master recherche, l’histoire me plaisait déjà, même si cet intérêt est relativement récent : comme je l’avais évoqué dans mon précédent billet, je ne me suis tournée vers l’histoire qu’à partir du lycée. A cette époque-là, je m’intéressais à de nombreuses thématiques, et, souvent, d’ailleurs à des questions évoquées en cours.

Ma curiosité éveillée, j’allais chercher des informations complémentaires dans les livres et sur des sites spécialisés. C’est en étant sur internet que je tombais par hasard sur des sujets qui m’interpellaient et que je découvrais de nouvelles choses. Je ne pourrais donc pas citer une œuvre qui m’a marquée plus que les autres, car toutes mes lectures depuis que j’étudie l’histoire m’ont apporté quelque chose. Depuis mon entrée en master recherche, ma manière d’aborder l’histoire a un peu évolué…

Mon rapport à l’histoire : le mémoire, avant tout !

Creative Commons, Pixabay, Jarmoluk.

La rédaction de mon mémoire étant ma priorité, j’oriente toutes mes lectures par rapport à lui. Je suis tellement « obsédée » par ma recherche que j’ai du mal à lire autre chose, en histoire du moins. Dans un premier temps, j’ai commencé par des manuels pour me familiariser avec mon sujet. Aujourd’hui, je consulte surtout des ouvrages spécialisés et des articles en ligne. Je lis aussi quelques livres pour les cours, mais cela reste minoritaire. Mes lectures se font principalement sur support papier, car j’ai du mal à lire sur les écrans. Cela me fatigue vite et j’ai plus de mal à me concentrer. De plus, quand le texte m’appartient, s’il est en version imprimée, je peux l’annoter, écrire dessus, ce qui m’aide beaucoup à m’en imprégner. Cependant, je réalise tout de même quelques lectures sur l’ordinateur, quand je n’ai pas le choix.

Je fais tout cela d’abord car j’y suis tenue : il faut que ma réflexion et mon mémoire avancent et je dois respecter le délai imposé. Un minimum de connaissances sur le sujet est également indispensable. De même, les lectures que j’effectue pour les cours, je les fais car elles sont conseillées, nécessaires, voire dans certains cas obligatoires. Cependant, il ne s’agit pas uniquement d’un travail, je prends aussi plaisir à apprendre de nouvelles choses. Mes lectures sont souvent enrichissantes. Elles me prennent pourtant beaucoup de temps, notamment, lorsque je réalise des fiches.

C’est d’ailleurs pour cette raison que lorsque j’ai du temps libre, je n’ai pas forcément envie de consulter encore des livres ou des articles d’histoire même sur des thématiques que je n’ai pas eu l’occasion d’aborder. Je préfère me distraire et faire d’autres activités.

Ecrire l’histoire : une étape difficile mais formatrice

Un brouillon, Creative Commons, Pixabay, Tookapic.

Ma manière d’appréhender l’histoire ne se cantonne pas uniquement à la lecture et au fait d’apprendre des choses. Il s’agit aussi, dans le cadre du master recherche, d’écrire et de produire de la connaissance. Avant de commencer à rédiger mon mémoire, j’ai besoin de réfléchir au brouillon à ce que je vais écrire. Même si je rends mon mémoire sous format dactylographié, mes brouillons sont sur papier, car je me concentre mieux en écrivant qu’en tapant à l’ordinateur. Le sujet prend alors tout son sens. Cela me permet de poser les grandes idées : je réfléchis à la problématique, j’écris le plan du mémoire et je rédige l’introduction et la conclusion à la fin. Ensuite, je tape le plan très détaillé à l’ordinateur, pour gagner du temps, comme j’écris ensuite le texte à partir de cela. Enfin, je commence donc à rédiger.

Le passage à l’écriture me fait un peu peur, surtout au début, car le plus dur est de se lancer. Une fois qu’on a commencé, cela devient de plus en plus fluide. Mais je me considère comme une personne assez lente à écrire, j’ai toujours l’impression de ne pas beaucoup avancer. Je n’arrive pas à produire quelque chose d’un jet. Et comme, je suis assez perfectionniste, je passe beaucoup de temps à me relire, à me corriger et à essayer d’améliorer mon texte au fur et à mesure que je l’écris. Cependant, j’ai espoir que cette année, avec l’expérience du premier mémoire, j’arrive plus facilement à rédiger.

 

Crédit image à la une : Creative Commons, Pixabay, Free-Photos.


Marie-Diane Clanet

Je suis étudiante en master 2 histoire et civilisations modernes et contemporaines à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Après avoir passé deux ans en classe préparatoire hypokhâgne/ khâgne spécialité histoire/ géographie au lycée Saint Sernin à Toulouse, j’ai obtenu une double licence en histoire et en anglais LLCE . Je travaille actuellement sur les hauts fonctionnaires britanniques à la Commission Européenne de 1973 à 1981, sous la direction de M. Bertrand Vayssière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search