L’histoire et moi, une relation passionnelle ?

CC, Pixabay domeckopol

C’est une histoire d’amour qui remonte au début du collège très exactement, soit plus d’une décennie… Le temps passe vite et je n’ai jamais pensé à célébrer nos noces d’étain. Bien loin de ces préoccupations et de ces considérations conjugales, nous avons préféré poursuivre notre chemin ensemble en toute discrétion.

Il faut dire que l’histoire me prend bien du temps. Quand je ne travaille pas sur mes recherches et mes cours, je lis quelques ouvrages récents comme le dernier livre de Valérie Sottocasa, en attendant celui de mon directeur de recherche, ou des plus anciens comme ceux de Michel Vovelle et de Lucien Febvre (en prévision) . Pourtant, je ne perds pas totalement de vue mes recherches avec d’autres lectures liées, cette fois-ci, à l’histoire religieuse contemporaine. Malheureusement, je n’y accorde pas autant de temps que ce que je souhaiterai. Pour autant, je suis également abonné et lecteur de la revue L’Histoire et je garde un œil plus ou moins vigilant sur quelques revues à caractère scientifique disponibles en ligne : ASSR, Revue de l’histoire des religions, Vingtième siècle. Revue d’histoire, … Je m’intéresse également à certaines chaines Youtube comme « C’est une autre histoire » ou « Confessions d’histoire ».

Du plaisir et rien que du plaisir ?

Chaque lecture d’ouvrage me prend bien du temps. En effet, je ressens le besoin de tout prendre en notes. Tous les éléments me paraissent importants. Ainsi, j’ai bien du mal à synthétiser toutes ces informations. Ces lectures d’ouvrage sont donc une activité à la fois stimulante, excitante et frustrante.

Giphy

De même, le travail de rédaction du mémoire de Master 1 a été un vrai plaisir. Je m’y suis pris un peu tard, ce qui explique que cela a pu me paraître un petit peu fastidieux et stressant. Pour autant, cela m’a permis de porter une réelle réflexion sur les éléments que j’avais pu trouvé tout au long de l’année pour les mettre en relation. Le travail d’écriture a été très excitant car il s’agissait de rendre compte de mes trouvailles, de coucher avec des mots ce que j’avais constaté et mûrit tout au long de l’année à travers mes recherches. Et que dire de la joie ressentie une fois le travail achevé et le sentiment d’accomplissement que procure le fait de faire connaître son travail !

Concernant ma méthode de rédaction, en particulier pour mon mémoire, je ne me suis servi de brouillon que pour constituer le plan et l’organisation de mon développement. Après quoi, je me suis directement lancé dans la rédaction. Loin du blocage de la page blanche, la rédaction a été assez facile gardant à l’esprit de rester le plus intelligible possible pour le plus grand nombre. En dehors de quelques ajustements, rajouts et corrections (non orthographiques et non grammaticales), il n’y a eu qu’un seul jet qui a eu droit à la relecture de mes proches afin d’en vérifier la justesse orthographique, syntaxique et grammaticale.

Des sources d’inspiration

Même si mon travail et mon axe de recherche est légèrement différent de ce qu’a pu écrire et de ce qu’écrit Etienne Fouilloux, je dois bien reconnaître que sa vision de l’histoire religieuse a suscité ma curiosité et mon admiration. En effet, Etienne Fouilloux s’est, notamment, attaché à faire une « une histoire non théologique de la théologie française ». Comment faire une histoire de la théologie sans faire de la théologie, sans connaissance particulière en théologie ? Eh bien, Etienne Fouilloux y arrive merveilleusement bien tout en se gardant d’entrer dans une écriture abstraite et théologique nécessitant des compétences dans ce domaine. Pour autant, mes recherches n’abordent que (du moins pour l’instant) très modestement les questions théologiques. Même en ayant lu Etienne Fouilloux, je ne suis pas certain de réussir à m’inscrire dans sa démarche d’« histoire non théologique de la théologie ».

CC, Pixabay TeroVesalainen

Une autre source d’inspiration, non dans la manière d’écrire mais dans la réflexion historiographique, se trouve chez Michel Vovelle. En effet, sa volonté de réfléchir à la place de l’événement dans le temps long de l’histoire m’a fait réfléchir à mon sujet de recherche et m’a permis de prendre conscience d’une réflexion que je n’avais pas porté sur mon objet.

De même, la manière dont Valérie Sottocasa a pu lier histoire politique et religieuse dans Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc. L’originalité des ses travaux, histoire quantitative – méthode originale car devenue minoritaire – et histoire à rebours, est également source de réflexion pour moi. Cependant mes recherches actuelles ne me permettent pas de mettre en pratique ces méthodes pour le moment.

Image à la une : CC, Pixabay Sarah_Loetscher


Guillaume Meunier

Actuellement étudiant en Master 2 Histoire, civilisations et patrimoine, je poursuis, sous la direction de Philippe Foro, mes recherches entaméees en M1 sur l'application et la réception du concile Vatican II dans le Tarn autour de la question de l’œcuménisme.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.