L’Histoire, fil rouge de mon parcours.

CC PxHere Apprendre car “la vie est trop courte pour être petite” B. Disraeli

Épuisante, tu es épuisante ! Tu poses trop de questions !
C’était l’expression favorite de ma grand-mère qui avait toujours des livres à mon intention dans son immense armoire. Je conserve de ce temps-là un goût immodéré pour la lecture, un besoin régulier de me nourrir et d’apprendre. C’est sans doute pour cela que je retourne, de façon récurrente, sur les bancs de la faculté.

Avide de nouveaux savoirs, j’apprécie d’apprendre de tout non par amour du butinage mais pour faire des liens qui donnent du sens à ma formation. L’image qui s’impose à moi pour représenter mon parcours est celle d’un carrefour : point de rencontre d’idées, de cultures, de matières diverses mais complémentaires et de choix de vie. L’histoire donne une cohérence à mon cursus universitaire mais ce dernier est aussi le fruit de la traversée de différents univers disciplinaires et professionnels. Entrer dans un nouvel apprentissage est ma façon d’évoluer.

Breughel & Rubens, Chute d’Eden avec Adam et Eve Wikimédia Commons

Tout commence par une histoire du péché…

Intégrer Sciences Po Aix, c’est faire le choix de l’interdisciplinarité associée à une spécialisation en Relations Internationales (histoire et géopolitique). Il existe une spécificité des recherches historiques menées dans le cadre pluridisciplinaire des instituts d’études politiques et souvent orientées sur les politiques publiques.
C’est dans ce cadre riche et ouvert que je découvre l’histoire culturelle et religieuse et conduis une recherche sur « le péché, valeur fondamentale de la civilisation occidentale et chrétienne ».

La préparation du CAPES d’Histoire-Géographie constitue la suite logique mais non anticipée de cette étude passionnante. Ma pratique professionnelle ravive mon intérêt pour l’histoire du droit et des institutions et m’amène à m’inscrire en DEA Histoire des institutions et des idées politiques.

Le goût de l’archive (Arlette Farge)

Chaque étudiant-e se voit attribuer un dossier issu des Archives nationales d’Outre-Mer qui détermine le thème d’un rapport. Celui qui m’échoit, fort maigre, est constitué de deux télégrammes évoquant des grèves d’écoliers en Annam en 1927.
Le premier désappointement passé, leur analyse me fait connaître une émotion particulière par la simple conscience de leur rareté, “la saisie fulgurante, la mise à nu inespérée d’une chair pétrifiée par le temps”. L’exercice se révèle, en outre, particulièrement formateur et renforce mon appétence pour la recherche et l’enquête. J’apprends à interroger un document, à questionner ses lacunes et ses limites.

La rédaction de ce rapport est déterminante pour le choix de mon sujet de mémoire qui s’articule autour de l’exploitation du fonds d’archives d’une famille provençale, les Barrigue de Montvallon, et de l’exploration des réseaux d’influence et de parenté en Provence à l’époque moderne et contemporaine.

Se former pour continuer à avancer

CC Giphy

En 2008-2009, membre d’un groupe inter-degrés (enseignement primaire et secondaire) « Laïcité et enseignement du fait religieux », je découvre l’univers du premier degré puis prépare le concours d’Inspectrice de l’Éducation Nationale. Mon bagage disciplinaire s’enrichit d’une réflexion professionnelle sur l’enseignement de l’histoire-géographie à l’école élémentaire ainsi que d’une activité de formation des enseignant-e-s et des directeur-trice-s d’école dans ce domaine.

Un fort engagement en faveur de la prévention des discriminations à l’école et la poursuite du travail entamé sur “la pédagogie de la laïcité” (Abdennour Bidar) me conduisent en 2015 à pousser, une fois encore, les portes de l’université.
Au plus près de mes préoccupations et de mes questionnements professionnels d’alors, j’obtiens un DU Droit et religions et un master 2 de sociologie. Ce master est le point de départ de mon projet de mémoire actuel.

Autorité et genre à l’école depuis les années 70

En 2015-2016, dans le cadre du master 2 GEPS (Genre, Égalité et Politiques Sociales), je réalise un stage à la Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l’Égalité. Afin de répondre à une commande institutionnelle, un audit est mené dans une école primaire.

A la marge de la tâche réalisée, un constat s’impose : le lien autorité – genre semble peu pensé. Les recherches en sciences humaines n’ont pris en compte la variable « sexe » que récemment. Marie Duru-Bellat parle même de « cécité » de la part des chercheur-e-s mais aussi des responsables politiques (égalité de principe et de droit). Or, les rapports sociaux de sexe sont à l’œuvre dans l’exercice du métier d’enseignant-e et le débat autour de l’autorité à l’école présent depuis les années 70.

Les années 70 voient l’institution du collège unique. La généralisation de la mixité a lieu dans ces années pour le secondaire, dès les années 1960 pour le primaire, entraînant des modifications dans la construction des identités professionnelles, des rapports sociaux de sexe au sein de l’institution, de la conception de l’autorité (Bruno Robbes) et des perceptions de l’enseignant-e par la société française.
La presse généraliste d’opinion et syndicale constitue une source incontournable en se faisant régulièrement l’écho des débats portant sur l’autorité à l’école. Ces derniers sont vifs et souvent clivés car l’éducation est une question politique au sens premier du terme, un enjeu fondamental de la vie en commun.
Souhaitant donner une épaisseur historique à la réflexion ainsi engagée, je prends contact avec Madame Chaperon qui accepte de diriger cette recherche provisoirement structurée autour de la problématique suivante : Comment l’autorité s’articule-t-elle avec les rapports sociaux de sexe au sein d’une institution scolaire mixte, porteuse de l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, les filles et les garçons ?

CC Stockvault “L’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant” René Char

La gestion du temps : un défi de taille

Avec la rentrée scolaire, j’ai repris le chemin de l’école. Le temps consacré au master doit donc tenir compte de mes engagements professionnels.
Actuellement, je rassemble de la documentation et constitue des dossiers thématiques. L’objectif visé est de connaître la littérature historique disponible sur le sujet et de situer ma recherche par rapport à l’historiographie existante. Je lis aussi des ouvrages traitant de l’autorité mais hors du monde scolaire dans le but de découvrir, éventuellement, des pistes inattendues (je compte sur la sérendipité).

Dans un monde idéal, le dépouillement des sources sera achevé en février ou mars et la rédaction du mémoire largement investie dès le mois d’avril. Et après la soutenance ? Un nouveau carrefour présentant plusieurs possibilités. Je ne sais pas quel chemin, je vais alors emprunter mais je suis déjà prête car « le temps d’une vie est la seule propriété de l’homme. Il faut l’utiliser pleinement, à fond. Créer une infinité de chemins dans cet espace fini. » Sénèque

CC Pixabay

Crédits image à la Une : CC Pixabay


Catherine MULERO

En reprise d'études dans le cadre du Master d'histoire moderne et contemporaine. Mon projet de recherche, sous la direction de Sylvie Chaperon, porte sur l'autorité et le genre à l'école depuis 1970.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.