Embrasser l’écriture

Embrasser l’écriture, plus facile à dire qu’à faire. En effet, en écriture comme en amour, il est toujours difficile de franchir le premier pas. On ne pense jamais rencontrer de problèmes et pourtant au moment venu, petit blocage : c’est la page blanche !

Finalement, à force de patience et de détermination les choses se font naturellement. Après une première expérience désastreuse, je décide de reprendre les choses en main.



Les bonnes choses s’inscrivent dans la durée

Pour cela, je retourne vers mon carnet de bord, où j’ai inscrit tout au long de l’année des axes de réflexions, des thèmes, des idées intéressantes piochées dans des livres et des commentaires sur les sources. Je reprends mon plan déjà bien détaillé, et je le développe encore davantage pour me rassurer.

Finalement, je reprends chaque sous-partie. J’inscris alors sous forme de tirets les idées qui s’y trouveront et la manière dont je veux les amener. J’écris un premier jet en indiquant uniquement les grandes idées de mes axes sans y ajouter les sources ou les références bibliographiques. Cette version est souvent très courte, mais elle me permet de voir le squelette de mon chapitre. Vient alors ma deuxième version où j’ajoute les sources et les références bibliographiques.

J’écris alors un troisième jet en revoyant l’ensemble du chapitre. Cela me permet d’enlever les répétitions, de revoir les transitions entre sous-parties et plus largement la progression du chapitre. Suite à cela, j’envoie mon chapitre en correction chez des amis. Étant eux aussi en histoire, leurs conseils me sont d’une très grande aide. Je réalise alors un quatrième jet en reprenant les corrections apportées.



Un plaisir épuisant

CC, noeliebodin, piwabay

Après le premier jet très rapide à réaliser, l’écriture vient naturellement et est même enrichissante pour la réflexion du sujet. En effet, c’est en écrivant avec les sources et la bibliographie sous les yeux que des idées apparaissent. Après une première vision d’ensemble du chapitre, il est également plus facile de porter sa réflexion plus loin. Je pense que l’écriture n’est pas uniquement la mise en forme d’idées, mais renferme en elle-même une grande part d’imprévus qui permet à certains instants de nous étonner.

Néanmoins, si l’écriture devient un plaisir après avoir dépassé le problème de la page blanche, elle est également anxiogène et éprouvante. Aurais-je assez de temps pour finir ? Est-ce que mon propos est clair et est-ce qu’il sert réellement mon sujet ? Existe-t-il d’autres moyens d’amener ma réflexion ? Si oui, sont-ils plus intéressants pour le lecteur ?




La simplicité des mots

Je pense qu’il est essentiel que l’écriture scientifique soit simple et lisible pour favoriser la compréhension du propos par le lecteur et lui permettre d’aller plus loin dans sa propre réflexion. Il me semble qu’il peut y avoir beaucoup d’intelligence et de beauté dans la simplicité.

Il n’y a pas eu beaucoup d’ouvrages d’histoire qui m’ont particulièrement marquée, mais je peux citer Le Christianisme va-t-il mourir ? de Jean Delumeau, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, de Jean-Clément Martin et Guerre sainte, jihad, croisade : Violence et religion dans le christianisme et l’islam de Jean Flori. Tous trois sont des essais basés sur une connaissance historique. Ils proposent une écriture très simple afin d’être accessibles au grand public. Je trouve que c’est une grande marque de générosité de proposer un savoir accessible à tous et non une réflexion uniquement destinée à une petite élite.




L’inattendu : piment de la passion


 Pour être honnête, en dehors des ouvrages sur mon sujet je ne lis pas de livres d’histoire. Je ne regarde pas non plus beaucoup de documentaires sur l’histoire, car ils me dérangent dans la plupart des cas.  Je les trouve en effet, très souvent mal construits et le principe de la voix off et des cut sur les interviews me gênent profondément, car je ne sais pas si le propos de l’interviewé a été respecté ou manipulé. Les documentaires de Fabien Béziat que j’ai découvert durant mon BTS audiovisuel sont les seuls que je regarde, car je connais le sérieux avec lequel ils sont réalisés. Mes seules lectures quotidiennes qui ont parfois un rapport avec l’histoire sont celles consacrées aux revues Positif et Les cahiers du cinéma.

Par ailleurs, en dehors du temps consacré à mon mémoire, je préfère lire de la sociologie, parfois de la philosophie et des romans. Je trouve qu’il est important d’aller vers d’autres types d’ouvrages que ceux sur sa discipline pour s’enrichir et rester curieux. Finalement, ce sont dans les ouvrages qui n’ont a priori rien à voir avec mon sujet qui m’ont permis d’approfondir ma réflexion.

À titre d’exemple, le roman La fille perdue de David Herbert Lawrence propose un passage sur la représentation et plusieurs autres sur les salles de cinéma qui sont en train de s’ouvrir à l’époque du roman. Si ces passages ne parlent pas précisément de mon sujet, ces découvertes inattendues m’ont permis d’amener plus loin ma réflexion sur la représentation.

Crédit image à la Une: CC, Le souvenir de Fragonard, Wikimédia Commons

 

 

 


Alexandra Nou

EtudiantE à l’Université Toulouse-II, inscrit en master 1 Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, sous la direction de Mme Natacha Laurent, mes recherches portent sur la représentation des attentats de 1995 à la télévision. Avant mes études d'histoire, j'ai réalisé un BTS Audiovisuel, option montage-postproduction au lycée René Cassin à Bayonne-Biarritz.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search