L’atterrissage d’une graine étrangère !

Un somnifère très efficace.

Honnêtement, je ne me sens pas vraiment à l’aise à m’appeler une historienne. Oh la honte, pendant toute ma scolarité au Japon, j’avais ignoré cette discipline, malgré son importance dans les sciences humaines.

Au début, je pensais que ce master serait utile pour approfondir mes pensées sur les relations internationales, ma discipline principale en licence. Mon objectif initial était de comprendre mieux les œuvres des politologues célèbres, tels que Francis Fukuyama, Samuel Huntington ou Emmanuel Todd. Le seul livre sur l’histoire que j’ai eu au début de ce master était mon manuel scolaire du lycée, qui était incroyablement ennuyeux (et c’est à cause de lui que je n’ai jamais été intéressée à l’histoire, si je me permets de m’excuser).

Il y a une autre raison pour laquelle je ne me sens pas être une historienne. Comme ma recherche dans ce master porte sur les sentiments des Français envers la construction européenne (notamment l’Union européenne, créée en 1993), mon travail est centré sur l’époque très contemporaine. Bien que je connaisse la notion de l’histoire immédiate, en lisant mes sources écrites par les auteurs qui sont encore vivants ou actifs, je me confonds parfois si ma recherche porte sur l’histoire ou l’actualité. Mon image d’une « historienne », qui est peut-être un cliché, ne s’accorde pas vraiment avec la réalité d’être une historienne.

L’histoire qui m’amènera au-delà de l’histoire ?

« J’écris pour me changer moi-même et ne plus penser la même chose qu’auparavant. » – Michel Foucault CC/Wikimédia

Voilà mon profil qui ne correspond pas tellement à celui d’une « historienne », selon moi. Mon histoire avec l’histoire est à peine commencée. Chaque jour, c’est un défi contre mon ignorance. Si mes camarades sont des bourgeons des historien(ne)s, je suis une graine qui viens d’atterrir sur ce champ… Donc pour me cultiver, j’essaye de lire autant que le temps me le permet.

Ma récolte la plus remarquable au cours de l’année dernière était le rencontre avec les œuvres de Michel Foucault. J’étais choquée, illuminée et fascinée par sa manière d’utiliser l’histoire pour donner corps à sa philosophie. C’était un coup de foudre. En effet, il est difficile à lire… mais comme tous les auteurs français ! J’imagine que sa manière d’utiliser l’histoire « pour faire une philosophie » est contestée selon certains historiens, mais ses œuvres m’inspirent beaucoup. Oui, je suis consciente qu’il n’est pas historien, il est un philosophe. Mais peu importe, j’aime bien l’idée que les sciences humaines ne sont pas un ensemble des disciplines indépendantes, mais elles sont toutes liées l’un l’autre. Pourquoi ne pas s’intéresser d’un côté aux relations internationales, d’un autre côté à la philosophie, tout en étant une historienne…

Des sources, en passant le cerveau, à un nouvel écrit…

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » – Antoine Lavoisier CC0/Creative Commons

Etudier ou faire une recherche, c’est une alchimie ; elle consiste d’une décomposition, d’une analyse et d’une recomposition. Au début, je ne connais rien du sujet sur lequel je dois écrire. Donc mon travail commence par l’accumulation de connaissance et des idées. En lisant mes sources (et Foucault), je trouve dans cette activité une affinité avec le marathon. Il est à la fois pénible et épuisant, mais en même temps j’en éprouve du plaisir. Pendant la lecture, je note tous les mots, les expressions et les idées sur un cahier. Je n’utilise jamais les outils électroniques dans cette étape car je les perds souvent et ne relis jamais.

Ma partie préférée est d’analyser ces éléments « décomposés » sur mon cahier, après la lecture. Ô la satisfaction ultime quand je me sens que j’ai enfin compris ce que l’auteur entend dire. Je dirais que je lis, étudie, ou même vis pour ce moment. N’est-il pas fascinant qu’on puisse se communiquer avec les grands hommes à travers les papiers ? C’est peut-être ça, un plaisir d’être une étudiante ou une historienne.

Une fois que les éléments soient bien affinés, c’est l’heure de la recomposition ! Je suis reconnaissante de la technologie qui me permet d’écrire/supprimer aussi rapidement en tapant les claviers. J’apprécie aussi la fonction des puces sur Word. Elle est vraiment pratique pour organiser le plan de rédaction. Oh, il ne faut surtout pas oublier de remercier mon dictionnaire électronique, qui est indispensable pour mes études à l’étranger. Elle compense mon petit cerveau, qui oublie souvent des mots en français. À propos de la langue, c’est évidemment la partie la plus frustrante pendant la rédaction. Quand je dois faire face à la réalité que mon écriture est pleine de fautes, j’ai envie de m’enfermer dans une grotte et ne sors plus pendant quelques jours. C’est peut-être la modestie, dont j’ai besoin en fait…

Crédit image à la une : CC0 Creative Commons


Yuka Kodate

Après avoir fini l'Akita International University (AIU) en 2013, j'ai quitté le Japon pour apprendre la langue française. En 2016, j'ai été admise au Master de l'histoire contemporaine à l'UT2J. Sous la direction de Professeur Bertrand Vayssière qui est un spécialiste de l'histoire européenne, je travail sur la naissance de souverainisme dans le paysage politique française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.