« De l’Histoire, histoire de… ? »

Bienvenue en université, CC Pixabay

Ma découverte de la discipline est étroitement liée à mon entrée à l’université. En juin 2012, je franchissais le seuil de l’Arche pour la première fois, afin de passer un examen d’entrée en musicologie – jazz. Au bout de 5h d’attente et 10mn d’entretien, je pressentais que ma place n’étais pas ici et je me résolus à abandonner la filière artistique pour me lancer dans un parcours d’apprenti historien.

L’examen de passage se déroulait en deux étapes, l’une théorique et l’autre pratique. Une fois la seconde terminée, j’annonçai à mon examinateur que je ferai de l’Histoire l’année prochaine, il me questionna : « De l’Histoire, histoire de… ? ».

Objectif Licence

Oui, c’est un peu vrai ! C’était « histoire de… ». Bien que j’eus éprouvé une véritable admiration pour l’ensemble de mes professeurs d’histoire-géographie du lycée, je ne me sentais pas pris de passion pour la discipline. En revanche, j’étais fermement décidé à obtenir mon premier diplôme d’études supérieures : la Licence. C’est pourquoi je suivi résolument l’ensemble des U.E du semestre.

Ainsi, à travers les « Initiations aux sciences historiques » de première année, j’appris que Napoléon Ier Bonaparte avait réussit à reprendre les armes pendant 100 jours, à lever une armée et à mener de front une nouvelle bataille contre l’alliance Russie-Angleterre-Prusse, de quelles façons fonctionnaient les institutions politiques de la Grèce Antique ou comment s’organisait le système féodal. En parallèle je complétais mon apprentissage en suivant des cours de sociologie dans lesquels je me formais à l’observation de terrain et effectuais des entretiens semi-directifs. Petit à petit je me familiarisais avec les études et, aujourd’hui, ce que je retiens principalement de ces débuts c’est qu’ils développaient en moi le plaisir et le désir d’apprendre.

Une histoire du présent ?

Double buste d’Hérodote et Thucydide, CC Wikimedia

A mesure que le temps passait je me découvrais un intérêt pour l’histoire antique, et plus particulièrement pour l’étude des mythologies grecques et des récits homériques. En 3e année je fît le choix de prendre un nombre important de ce type de cours. Cela me plaisait ! « Après tout l’Histoire c’est des histoires !  » me disais-je souvent. En l’occurrence les histoires des temps anciens m’ouvraient de nouvelles portes, de nouveaux imaginaires, des mondes extraordinaires, peuplés de créatures, d’héros et de dieux fascinants, dans des décors merveilleux. Je retombais en enfance !

Cependant, après quelques mois de joyeux labeurs les doutes m’envahissaient : apprendre, cela est-il suffisant ? A mesure que le temps passait j’étais de moins en moins satisfait, et souvent je m’interrogeais sur la réelle utilité du métier d’historien dans la société.

Quelle surprise de constater, lors du premier cours « Historien face aux grandes questions contemporaines », qu’il était possible de combiner à la fois Histoire et enjeux de société. Cette première séance, encadrée par l’enseignante Laure Teulières, traitaient des enjeux de l’écologie. C’est donc au cours de cette même 3e année de Licence, alors que mon intérêt pour les temps anciens était encore vif, que je trouvais un sens réel au rôle de l’historien dans sa cité. A l’image de Thucydide ou d’Hérodote qui retranscrivaient les faits d’événements auxquels ils assistaient, j’allais étudier l’Histoire la plus proche du temps présent, une histoire des enjeux actuels, afin de pouvoir prétendre à expliquer un petit mieux la société qui m’entourait.

Mon envie était d’autant plus stimulée que ce type de recherche me permettrait d’en apprendre davantage sur ma propre histoire familiale. Fils d’un ancien secrétaire fédéral du parti écologiste belge, j’allais retourner aux sources de mon éducation intellectuelle.

Le grand saut !

Après une année de quelques périples dans les terres ancestrales des civilisations Incas, je contacte Mme Teulières pour lui faire part de mon projet et ensemble nous choisissons un sujet. Les idées sont plus ou moins vagues, les sources incertaines, l’orientation méthodologiques quelque peu floue. En revanche, je peux m’appuyer sur un important réseau de contacts, ceci dans le but de mener une série d’entretien avec d’anciens acteurs écologistes de l’époque étudiée.

Un saut dans de nouvelles lectures, CC Martin Hazard

L’ « Histoire des mouvements écologistes à Toulouse des années 1970-80 » animent donc mes pensées depuis maintenant un peu plus d’un an. En Master 1 je présente un panel de trois luttes écologiques, les motivations qui animent les acteurs militants et les stratégies employées par ces derniers pour propager leur cause. Ensuite, j’établis une analyse de type sociologique des associations militantes en ciblant particulièrement les individus qui les composent. Enfin, je situe les mouvements locaux dans une convergence globale de la pensée écologique au niveau national, voire international, en présentant les moyens employés par les écologistes pour uniformiser leurs revendications.

La soutenance du premier mémoire eut un effet critique sur mon travail. La lecture de mon étude par un public professionnel releva les défaillances, voire les lacunes, de mon parcours universitaire mais aussi, fort heureusement, les atouts de ma réflexion.

Ce deuxième mémoire ne requière pas de changement majeur, l’orientation établit était déjà envisagée bien avant ce mois de Septembre 2017. Dans l’année à venir, je travaillerai sur la question du développement urbain en dévoilant en quoi cet enjeu est étroitement lié à l’écologie politique. Dans le cas de Toulouse des projets de construction d’axes routiers soulevèrent une partie de la population contre les conséquences de telles installations. Au devant de l’opposition, les écologistes tirent profit des éventuelles dégradations sur l’espace public – que provoqueraient les projets de la municipalité – pour attirer à leurs côtés des défenseurs du patrimoine architectural de la ville. Il sera alors intéressant de comprendre qu’elle est la représentation de la lutte environnementale au sein de groupes d’individus non-familiarisés avec la cause mais, pourtant, ayant des intérêt à soutenir les actions des écologistes.

Afin d’optimiser mon temps de travail j’envisage un planning pour les prochaines semaines. Au cours du mois d’Octobre, à travers la relecture des sources écrites et orales mais aussi l’exploration de nouvelles pistes bibliographiques, je tâcherai d’établir des objectifs pour l’ensemble de mon étude. En Novembre de nouvelles recherches aux Archives municipales seront certainement nécessaire. Elles permettront d’orienter les thématiques de mon sujet en vue de la construction d’un plan très détaillé qui sera élaboré en fin d’année 2017.

Il s’agit là des grandes lignes des prévisions de travail pour ces prochains mois mais il est possible qu’elles ne soient pas respectées. Un bilan sera fait dans la dernière tribulation du semestre, d’ici là les choses peuvent changer…

 

 

 

Crédit image à la une : Buster Keaton dans Steamboat Bill, Jr. CC Funcheap.

 

 

 

 

 


Martin Hazard

Après une Licence d'Histoire à Toulouse, je continue mon parcours d'étudiant en Master Histoire Moderne et Contemporaine. Le choix de la recherche en science sociale me permet ainsi de travailler la thématique de l'écologie, sa diffusion et sa représentation dans la ville de Toulouse pendant les années 1970-80.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2017

    […] planning ? … Il se planifie ! A l’occasion de ma première tribulation j’avais présenté de grandes lignes pour mon travail des prochains mois, c’est-à-dire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search