Ecrire l’histoire, c’est coton.

CC Google Image.

En tant qu’étudiant en Master d’histoire, je suis amené à écrire l’Histoire tout comme mes petits camarades. Malgré un bon rapport régulier avec l’Histoire depuis que je suis petit, c’est en entrant en Master que je me suis rendu compte à quel point écrire l’Histoire est un exercice délicat. Cela me gâcherait presque le plaisir d’apprendre en Histoire !

 

 

 

De la difficulté d’écrire.

 

Je disais donc qu’écrire l’Histoire est une chose assez compliquée. Il faut dire que de base, je n’aime pas particulièrement écrire, notamment sur papier (Dieu que mon écriture est vilaine). A part de rares exceptions comme par exemple des devoirs où j’étais très intéressé par le sujet, je ne prends pas vraiment de plaisir à écrire l’Histoire.

Pour tout dire, je préfère lire les écrits des autres plutôt que les miens ! Une chose est sûre avec le fait d’écrire l’Histoire, c’est que l’obstacle le plus dur à surmonter est celui de se lancer une fois pour toute dans l’écrit. C’est en effet à ce moment-là que l’angoisse de la page blanche se manifeste. Une fois cette peur surmontée, l’écriture avance normalement à son rythme.

Une autre petite angoisse est apparue durant l’écriture de mon mémoire, c’est le fait que je me suis rapidement rendu compte que je n’avais pas assez de sources pour les notes de bas de page. Ce qui est un peu embêtant. Cela n’a pas empêché l’écriture de suivre son cours. Concernant ma manière d’écrire l’Histoire justement, je dois dire que je ne puise pas vraiment d’inspiration chez un quelconque historien, même si durant mes lectures pour mon sujet, le professeur et historien Philippe Varnoteaux revenait souvent.

Quant à ma méthode d’écriture, elle est assez simple. Pour ce qui est de ficher un livre ou un article, je le fais d’abord au brouillon, puis ensuite je le réécris à l’ordinateur où je mets en évidence les mots-clés. Par-contre durant la réalisation de mon mémoire, j’écrivais chaque sous-partie d’un jet.

Je disais précédemment que je n’éprouvais pas vraiment de plaisir lorsque j’écris l’Histoire. Je prends pourtant plaisir lorsque j’en apprends davantage en Histoire, mais à condition que j’apprenne à ma façon.

 

Apprendre en s’amusant.

 

 

C’est primordial de prendre du plaisir lorsque l’on apprend, et surtout lorsque l’on travaille. Il faut trouver le juste milieu, ce que n’a pas réussi Jack Torrance dans Shining, puisqu’il écrit la même phrase sur des dizaines de pages qui traduit bien le fait qu’il ne prend pas du tout de plaisir au travail. En effet la fameuse signifie à peu près « trop de travail et pas de plaisir font de Jack un triste sire ».

Jack a trop travaillé ! CC Allociné.

Si j’ai un bon rapport à l’Histoire, c’est parce que j’ai eu plaisir à apprendre mes leçons dans cette matière. A côté de ça, j’aimais beaucoup lire les manuels de mon prof d’histoire de père. Je possédais également plusieurs livres de vulgarisation (la collection La Grande Imagerie des éditions Fleurus pour ceux qui connaissent).

Comme certainement nombre de mes camarades étudiants d’histoire, j’apprenais également l’histoire sur de nombreux autres supports. Par exemple des séries historiques plus ou moins réalistes comme Rome, Band of Brothers, les Tudors. Des films historiques, je pense particulièrement au film le Jour le plus long qui m’a tant appris sur le déroulement du Débarquement.

Je citerais également des bandes dessinées, avec du pas très sérieux comme Astérix et du plus sérieux comme Alix. Dans ces deux aventures, les héros sont amenés à rencontrer des personnages historiques et même à participer à des évènements s’étant vraiment déroulés. Dans Astérix légionnaire, le Gaulois et son ami Obélix provoquent involontairement la bataille de Thapsus qui eut lieu en 46 avant J-C !

Enfin j’ai également beaucoup appris grâce à des émissions de vulgarisation telles que C’est pas sorcier et Quelle aventure du duo Fred et Jamy. Et même certains jeux vidéos peuvent nous apprendre beaucoup de choses en histoire, même s’ils prennent souvent de grandes libertés avec l’histoire (coucou Assassin’s Creed).

Finalement, si je dois citer une œuvre qui m’a influencé dans ma manière d’appréhender l’histoire, c’est l’épisode de C’est pas sorcier sorti en 1994 sur les châteaux forts. C’est un épisode qui résume exactement ma vision de l’histoire : apprendre en se divertissant, car voir Fred nous expliquer les coulisses d’un château assiégé tout en changeant de camp dès que ça l’arrange, ça n’a pas de prix ! C’est donc ainsi que je vois l’apprentissage en histoire, il faut y prendre plaisir, être curieux et intéressé.

Les meilleurs profs.
CC Google Image.

Car obliger les gens à lire des livres d’histoire ou à assister à des conférences qui ne les intéressent pas vraiment, c’est à en dégoûter de l’Histoire. Si je lis peu de livres d’histoire par exemple, c’est bien parce que souvent, l’ouvrage est rédigé dans un langage très soutenu et est trop pointu. Je préfère encore lire des articles sur Wikipédia qui certes n’est pas le site le plus fiable, mais enfin j’y apprends tellement de choses…

En tout cas, il m’est impossible de retranscrire ma façon de voir l’Histoire lors de la rédaction du mémoire, cela ne ferait pas sérieux !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search