Etudiant en master 2, mais encore ?

Source : trois brises-glace russe, canadien et américain. Wikimedia Commons

Mon parcours d’étudiant est marqué par certaines particularités, qu’il est intéressant de passer en revue pour comprendre mon sujet de mémoire. De la sortie du lycée à mon entrée en master 2, plusieurs paliers ont été franchis, avec une fortune différente…

Est-ce que ce parcours vous intéresse ? Pas spécialement. Pourtant, c’est l’objet de ce billet, je vous souhaite donc une bonne lecture.

Exit le lycée, place aux études supérieures ! C’est avec cette pensée que je plonge, en 2013, dans le grand bain du milieu étudiant, semé d’embûches et bien plus espiègle que prévu. Fraîchement sorti d’un baccalauréat littéraire, je suis accepté en CPGE Lettres au lycée Rivegauche de Toulouse, pour un an de classe préparatoire. Cette première année d’études m’apporte une méthode de réflexion qui me fut bénéfique les années suivantes pour structurer mes idées. Je ne serai pas accepté en seconde année, puisque mes efforts se révéleront très…mesurés pour espérer passer. Les examens oraux et écrits passés chaque semaine m’ont pourtant été bénéfiques : il était important pour moi d’être encadré, une première année de fac aurait été bien moins formatrice dans mon cas de figure.

La fac, ça passe ou ça casse ?

Et après ? Avec les équivalences, j’ai pu poursuivre directement en seconde année de fac d’histoire, à l’université Toulouse Le Mirail – rebaptisée Jean Jaurès. Mon année de Licence 2 s’avère difficile, puisque le milieu de la fac m’est totalement nouveau, les libertés offertes sont un peu trop piégeuses pour un étudiant habitué aux règles. La Licence 3 se déroule mieux, j’adopte un rythme de travail pour passer une année moins stressante, me découvrant enfin une passion pour l’histoire moderne et contemporaine. Il me reste alors à choisir une formation pour l’après-licence. Une envie de voyager retient mon attention, à l’occasion d’entretiens par mél avec Jean-Marc Olivier. Mon futur directeur de recherche me propose une place en Norvège, dans l’une des meilleures universités nordiques, pour une mobilité d’un an. C’est avec plaisir que je réponds favorablement à cette proposition.

Départ vers un nouveau monde

Me voilà donc en route pour Oslo, suivi d’un camarade de master avec qui je passerai des moments inoubliables. Les études en terra incognita sont différentes, rafraîchissantes. Les cours sont plutôt organisés sous forme de séminaires, avec des étudiants qui occupent une place plus importante et des cours plus vivants. Un large éventail de matières est disponible en langue anglaise, ce qui représente un atout certain pour nous. Nous avons pu développer nos compétences en langue, avec l’apprentissage partiel du norvégien et une meilleure adaptabilité à des situations que nous n’avions pas connues auparavant. Ma mobilité ERASMUS m’a donc permis de revenir en France avec des aptitudes différentes d’une personne qui aurait passé son année à Toulouse.

Faculté des Humanités, Université d’Oslo (photo personnelle)

Mon sujet de recherche a cependant mis du temps à se dessiner. Jean-Marc Olivier m’oriente vers un sujet d’histoire immédiate, sur la géopolitique arctique, puisque je souhaite au début de mon master devenir journaliste. Pendant l’année de master 1, j’effectue de multiples recherches qui me font prendre conscience que le sujet est trop vaste pour être étudié en profondeur. Je décide donc assez tard de me borner dans un ancrage chronologique très récent, de la fin de la guerre froide à nos jours. Ce choix est simple, il se justifie par le fait que la coopération arctique ne commence véritablement qu’avec la fin de la guerre froide. Puisque ma mobilité s’effectue en Norvège, je décide de me limiter aux pays nordiques, qui sont au nombre de cinq : Finlande, Groënland (représenté par le Danemark), Islande, Norvège et Suède.

Le grand oral

Au moment de ma soutenance, début septembre, je connais bien mon sujet et possède une approche géopolitique des pays nordiques. Des aspects positifs ressortent de ce mémoire, comme une étude du cadre juridique maritime réussie et un plan de raisonnement clair, quoique trop catalogué. Il m’est reproché à l’inverse mes anglicismes auxquels je n’ai malheureusement pas fait assez attention, et mes notes de bas de page en méthode anglaise également. Le fait de voyager pendant l’année de master 1 possède aussi des inconvénients : je n’ai pas pu suivre les cours de méthodologie de recherche enseignés sur Toulouse, certaines lacunes en ont logiquement découlé.

Page de garde de mon mémoire en première année

A l’avènement de cette seconde année de master, mon sujet s’étoffe ; je traite désormais de tous les Etats côtiers en Arctique. Je ne rajoute pourtant que trois pays à mon étude géopolitique : Canada, Etats-Unis, Russie. Cette démarche me permet également d’obtenir un meilleur aperçu des dynamiques de coopération, puisque la Russie s’avère être l’acteur majeur sur la région. Contrairement à l’année de M1 dans laquelle j’avais entamé mes recherches assez tard, j’ai déjà commencé à explorer de nouveaux documents pour développer mon second mémoire. Les recherches effectuées en M1 m’ont déjà permis d’adopter une cadence importante, avec la traduction de nombreux documents en anglais, et la lecture de multiples papiers académiques. Cette année, l’apport de l’application Zotero, que je me suis empressé d’adopter, sera sans aucun doute bénéfique à mon travail, compte tenu du nombre conséquent de sources consultées en ligne.

Un futur incertain

Une interrogation demeure dans mon parcours universitaire : tout ce travail, pour quels débouchés ? Je suis très intéressé par la recherche et ne ferme pas la porte à un doctorat. Le pragmatisme reste de mise ; il faut faire partie des meilleurs pour espérer accéder à un travail de thèse. Pour autant, un doctorat ne représente pas une garantie d’emploi. Et le concours du CAPES ? Pourquoi pas, mais un poste en collège ou lycée ne m’intéresse guère. Si je souhaite travailler en tant que maître de conférences après la thèse, il me faudra voir plus haut, vers le concours de l’agrégation.

Affaire à suivre…

Le Voyageur contemplant une mer de nuages – Friedrich (Wikimedia Commons)

 

Crédits image à la une : photographie personnelle


Simon Lesénéchal

M2 recherche histoire (patrimoine de l'aéronautique), Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.