Historienne? Moi? Non merci

Appelés lors de la guerre d’Algérie, 1960/1961, archiches personnelles famille Seillé

Un secondaire réussi, un baccalauréat en poche me voilà partie en LEA … mais pas pour longtemps! Se relancer en histoire? Oui mais jusqu’à la thèse? Oui mais non merci! 

Après l’obtention d’une licence en histoire, je me suis spécialisée lors de mon master 1 en histoire contemporaine et militaire. Auparavant, j’avais fait une année de langues mais lorsque j’ai réalisé que je prenais plus de plaisir aux cours de civilisation, britannique notamment, je me suis dis que je m’étais probablement égarée.

Le choix du sujet est apparu comme une évidence. Fréquentant régulièrement les milieux militaires pour diverses raisons, et étant moi-même réserviste de gendarmerie, le choix des troupes parachutistes relève d’un intérêt personnel. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de me pencher sur leur parcours au cours du master 1. La période s’étend de la fin de la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle les troupes aéroportées apparaissent, à la fin de la guerre d’Algérie. Dix-huit années au cours desquelles les troupes ont évoluées, se sont développées et ont vu affluer un certain nombre de volontaires pour devenir un groupe à part entière des corps d’armées.
Malgré l’intérêt porté à mon sujet, j’ai vite réalisé que la période chronologique et le nombre de troupes étaient bien trop étendus. Par conséquent, pour ma seconde année, j’ai fait le choix de me concentrer uniquement sur la guerre d’Algérie et deux régiments en particulier. Ainsi je pourrai faire une comparaison de leurs parcours. Le choix du 1er Régiment de Chasseurs parachutistes résulte autant de l’affectif que du pratique tandis que celui du 2e Regiment étranger de parachutistes est plus réfléchi. J’ai longtemps hésité entre le 1er et le 2e REP mais j’ai fini par choisir le régiment qui, toujours d’active, pouvait me proposer le plus d’archives, de meilleurs contacts et surtout des possibilités d’études plus larges.

Je ne serai pas historienne.

French forces land in Djibouti, USMC, CC

La première année de master m’a permis de comprendre qu’aller jusqu’en thèse, ce ne serait pas pour moi ! Il a été clair depuis le début que le diplôme qui m’attendait ne me servirait qu’à accéder à l’étape suivante. Je souhaitais récupérer la dernière année de l’EMS Saint-Cyr. Au final il me servira à rentrer sur titre en tant qu’officier de gendarmerie. Rien de plus. Malgré tout, je ferai au mieux pour concilier ce master 2 avec mon travail à temps plein qui m’occupe aussi énormément.
Pour ce faire, je me contenterai au premier semestre des archives que me propose l’ETAP (école des troupes aéroportées), le 1er RCP et celles que je possède déjà. Je consulterai aussi la presse de l’époque pour avoir des points de vue opposés à ceux des soldats. Une autre piste à exploiter pourrait être les monuments aux morts. En effet, le site mémoire des hommes, site gouvernemental qui recense les hommes tombés durant les diverses opérations de l’armée française depuis le Grande Guerre, n’est pas très détaillé sur les fiches de la plupart des hommes. D’autre part, sur les monuments aux morts, les noms ne seront évidemment que ceux de ceux qui sont tombés au cours de la guerre d’Algérie et au sein de l’unité.
Le semestre prochain, je me rendrai à Calvi, lieu de garnison du REP afin d’explorer leurs archives, et surtout leur fond iconographique. Je ferai aussi probablement un détour par Aubagne, au musée de la Légion Etrangère, pour éventuellement consulter leurs archives mais ceci est encore en pourparlers avec le conservateur du musée. Je sais déjà qu’ils disposent d’un grand fond d’archives iconographiques, de quelques documents papiers dont des carnets de marche.

 

Crédits image à la une: Monument aux mort de la Légion en Algérie, Carte postale du centre de documentation de la Légion Etrangère, Années 1950/1960, Wikicommons (CC)


Marion Ferré

Après avoir validé une licence en histoire, je travaille actuellement, sous la direction de Mr Jean-Marc Olivier, sur les engagements des régiments parachutistes entre 1944 et 1962.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *