L’Histoire au quotidien. Entretenir la flamme

Si certaines de mes lectures en rapport avec l’Histoire s’éloignent de mon sujet elles sont principalement liées à mes recherches. Hors du schéma scolaire, pour que l’Histoire et moi ne succombions pas à la routine et la lassitude, je m’efforce d’entretenir avec elle une relation à la fois charnelle et intellectuelle.

En effet, loin de l’université, mon rapport à l’Histoire est beaucoup plus concret, physique. Il prend corps dans mes activités quotidiennes.

Joindre l’utile à l’agréable

J’aime principalement visiter les musées, les monuments, et autres lieux de notre patrimoine. Je peux passer du temps dans ces endroits, j’adore l’atmosphère qui s’en dégage et qui permet de rendre sensible le travail d’historien. Il m’arrive d’assister également à des rencontres ou des présentations d’ouvrages qui m’offrent la possibilité d’avoir un lien direct avec l’auteur de ces communications scientifiques.

Ces évènements joignent l’utile à l’agréable : très souvent, certaines réflexions sur mon propre travail apparaissent dans ces moments-là. Par exemple, j’ai eu l’occasion de rencontrer l’historien Sanjay Subrahmanyam lors de sa présentation de l’ouvrage Leçons

Le musée Georges-Labit à Toulouse. CC, Wikipédia commons

indiennes : itinéraires d’un historien à la librairie Ombre Blanche. J’avais déjà lu un de ses ouvrages et je m’intéressais beaucoup à l’histoire connectée mais les questions sont moins formelles, plus subjectives lors de ces échanges ; elles permettent de mieux cerner le cheminement et la méthode de l’auteur, ce qui rend l’Histoire plus vivante. J’étais donc fière de faire signer mon ouvrage et d’échanger quelques mots avec cet historien, dont le travail en archive est monumental, notamment grâce à sa connaissance de plus d’une dizaine de langues. Cette rencontre a été essentielle dans mon intérêt pour la recherche en Histoire.

La distinction entre travail et plaisir dépend finalement de l’intention que je donne à mes occupations. Très souvent, lorsque je cherche des informations sur un aspect précis de mon travail, je prend moins de plaisir que lorsque j’improvise une lecture intéressante.

Toutefois, je trouve aussi du plaisir dans mon travail en temps que tel comme par exemple dans la recherche des sources ou dans l’écriture de mon mémoire. Ce qui est le plus difficile pour moi est principalement le fait de retravailler mes productions : la réécriture, l’approfondissement des lectures ou les corrections répétées. Une méthode de départ dans mon entreprise de rédaction est donc essentielle.

L’écriture, passeur d’Histoire

Je commence mon brouillon sur le même support numérique que mon travail final. Je ne travaille pas à partir d’un format papier mais je reviens plusieurs fois sur le même document. Le support papier devient certaines fois nécessaire pour mettre au clair mes idées. Je tiens également des carnets de notes, que je garde toujours sur moi, en guise de pense-bête. Depuis le M1 ces carnets me permettent de voir les évolutions de mon parcours et d’éviter de faire les mêmes recherches.

L’enjeu majeur de l’écriture de l’Histoire est essentiel en master de recherche et fait l’objet de remises en questions. Jusqu’à présent, je ne m’étais pas réellement questionnée sur ma manière d’écrire, privilégiant toujours le contenu. La rédaction d’un mémoire pause la question principale de l’écriture car elle donne du sens et a un impact sur l’intérêt que votre travail suscitera auprès des lecteurs.

A mes yeux, la difficulté d’écrire l’Histoire est de voir l’Ecriture autrement que comme un outil pratique. C’est ma directrice de recherche, Sophie Dulucq, qui m’a rendue plus exigeante sur cet aspect. Ses nombreuses corrections ainsi que son cours consacré à l’écriture de l’Histoire en première année de master m’ont permis de progresser. Cette année, j’ai donc pour objectif  de rendre ma lecture plus fluide et agréable. Pour cela, je vais devoir commencer plus en amont le travail d’écriture afin de ne pas rédiger dans l’urgence comme j’ai souvent tendance à le faire.

Crédits image à la Une : Le bureau des coeurs. Tous droits réservés.


Jeanne Garcia

Etudiante en deuxième année de Master en histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès-Toulouse II. Mon travail, mené sous la direction de Sophie Dulucq, professeure d'histoire contemporaine et spécialiste de l'Afrique Subsaharienne à l'époque coloniale, porte sur les mutilations sexuelles féminines en Afrique du XIXe siècles jusqu'aux indépendances.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search