« Ça vous plaît ? C’est moi qui l’ai fait ! »

CC Pixabay

En tant qu’étudiante en master, l’écriture du mémoire relève du rite initiatique. Assaillie de doutes sur la (meilleure) manière de communiquer mes résultats de recherche, la tâche me rebute.  Écrire au plus juste avec un style plaisant : mission qui relève du chemin de croix.

La relation entre histoire et littérature me semble fascinante. Du roman au récit historique, l’écriture est le point d’ancrage d’une histoire qui se raconte. Cependant, comment concilier les impératifs méthodiques de la discipline et la nécessité d’offrir un texte agréable à lire ? En effet, un propos où l’historien livre les détails de sa recherche, sans prendre en compte la qualité de sa communication écrite, risque de ne pas enthousiasmer le lecteur. Inversement, une belle plume au service d’un contenu s’appuyant sur un travail peu rigoureux, ne permettra pas d’obtenir un bon texte d’histoire. Dilemme donc !

L’écrivain VS l’historien ?

L’un des ouvrages historiques m’ayant le plus marqué, du point de vue de l’écriture, n’est pas le fruit d’un historien. En effet, grâce à Stéphan Zweig et son livre sur Marie-Antoinette (1933, pour la version française), j’ai découvert le genre biographique et par extension l’histoire sous forme écrite. Homme de son temps, l’auteur est au fait des recherches freudiennes, utilisant des approches psychologiques comme clefs de compréhension de l’individu. Cela l’amène à restituer toute la complexité de la personnalité, sans pour autant verser dans l’hagiographie ou le portrait à charge.

CC Wikimedia commons

Au delà de la méthode historique employée, ce projet biographique tire aussi son succès des qualités littéraires du récit proposé par S. Zweig. La mise en intrigue, grâce aux ficelles du romancier, apporte au texte un souffle particulier. Sans être une œuvre de fiction, ce texte est pourtant construit par le biais d’une écriture de style romanesque. A ce titre, l’œuvre a modelé ma façon d’appréhender l’histoire : à mon sens, l’historien doit proposer au lecteur un récit comportant un travail littéraire assumé.

L’écriture d’un mémoire de recherche est l’occasion de questionner l’interaction entre la méthode historique et le style littéraire appliqués par l’étudiant. En effet, comment concilier ces deux contraintes sans préjudice pour l’une ou l’autre ? Au cours du M1, les séminaires d’encadrement et les différents enseignements permettent à l’apprenti historien d’acquérir les « bases » du métier de chercheur. Utilisation des archives, critiques des documents, définition d’une problématique, ateliers d’écriture… sont autant d’étapes amenant à construire un travail scientifique dans les règles de l’art, loin de la liberté qu’offre un texte de fiction.

Écrire et raconter au plus juste

CC Pixabay

A ces exigences, le cadre universitaire commande également de « bien » écrire, c’est-à-dire de produire un texte clair, précis et accessible à un public de non-spécialistes. Cela nécessite de prendre du recul sur son écriture : personnellement, si j’observe le style et la logique de l’argumentaire de mon mémoire, je suis bien en peine d’apprécier mon travail; à tout le moins, je peux affirmer qu’il est perfectible, le problème étant d’établir un juste milieu entre le style et la rigueur. Objectivement, si j’écris en respectant les règles de la profession, on peut considérer que je sais écrire. Mais si je le fais avec style (voire même avec panache !) alors on pourra dire que j’écris bien.

Ma recherche sur la seigneurie de Pointis-Inard au XVIIIe siècle me donne justement l’occasion de croiser ces impératifs et d’y réfléchir. En citant des archives, je ne me contente pas de recopier textuellement leurs contenus. Je les mets également en relief, effectuant par ce travail de rédaction une mise en intrigue sensée révéler leur sens. La maîtrise des différents niveaux de contexte puis la capacité à les intégrer dans la recherche conduit à élaborer un récit le plus juste possible. Le maniement du vocabulaire est à ce titre un des éléments des plus problématiques : en effet, comment concilier les mots d’hier et d’aujourd’hui dans un texte qui doit faire sens pour le lecteur contemporain sans s’écarter du vécu des acteurs étudiés ?

Le travail d’écriture devient alors un vrai casse-tête car expliciter les mots issus d’un autre univers mental peut conduire à une simplification excessive et/ou une erreur de sens. De même, l’emploi d’un jargon d’historien, venant en renfort pour expliquer tel point de recherche, peut noyer le lecteur. Dès lors, style et rigueur ne jouent plus de concert et peuvent rendre le texte inintelligible. Ces contraintes d’écriture obligent à jongler entre les divers niveaux de langages et les règles de la démonstration historique, le pari étant de proposer au lecteur un texte fécond où le plaisir de lire ne cède en rien à celui d’apprendre (et vice et versa).

 

CC Giphy

 

Crédits image à la Une : CC  Clker-Free-Vector-Images


Nouvel Xénie

Titulaire d'une Licence d'histoire obtenue à l'Université de La Rochelle (17), je suis actuellement en Master 2 Histoire moderne et contemporaine à l'Université Jean Jaurès (31). Travaillant sous la direction de Valérie Sottocasa, j'étudie une seigneurie commingeoise au XVIIIe siècle en intégrant son devenir lors de la Révolution française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search