Coudre ou écrire : pourquoi choisir ?

« C’est pas sorcier d’être couturière »

Disclamer : ce 3615-my life t’est offert par la promotion des Masters 2 de l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Tu peux le lire afin d’en savoir un peu plus sur le parcours d’une illustre inconnue aka une étudiante en M2 recherche histoire moderne.

Attention spoiler : ce post comporte des titres et visuels chocs -allusions suggestives, Rihanna en tenue affriolante, jeux de mots douteux et j’en passe… Mais si tu n’as pas peur que je te fasse des nœuds au cerveau avec mes histoires de fanfreluches, je t’invite à poursuivre la lecture.

Jeu de mains, jeu de vilains

Te parler de parcours universitaire serait bien réducteur, en ce qui me concerne. Je suis un bon exemple de l’étudiante au bagage atypique, celle qui a reçu des « à vous lire, on ne croirait pas que vous venez d’un BTS design de mode » (sous-entendu : « vous n’avez pas fait khâgne, étonnant que vous sachiez manier la langue de Molière de façon convenable ! »). Voilà de quoi partir d’un bon pied dans le monde universitaire.

Incompatibilité maximum entre ma formation antérieure et ma prétention à rallier les bancs de la fac à la rentrée 2013 donc : « vous sortez de 2 ans de formation professionnalisante ? Fantastique, nous vous invitons à vous inscrire en première année de licence… Comment ça une validation des acquis ? Vous n’y pensez pas » (sous-entendu : « vous savez coudre et crayonner, vérifions votre capacité à aligner plus de deux phrases sans faute de syntaxe majeure ») . 2 années post-bac squeezées en 1 minute. Retournez à la case départ, ne touchez pas les 1000 euros.

L’attirail de couture, CC, Pixabay.

Mais qui a décrété que compétences manuelles et théoriques étaient incompatibles ? Certes, ça n’est pas en BTS Design de Mode que j’ai appris le B.A.BA de l’écriture en histoire – couper un patron et monter un vêtement nécessite à la rigueur d’élaborer une fiche technique – mais rédiger des papiers ne m’est tout de même pas un exercice inconnu. Car OUI, les choix esthétiques d’une collection de vêtements se défendent à l’aide d’un discours philosophique et NON, la création n’est pas exempte de réflexion : et l’histoire de la mode dans tout ça ? Alors, pourquoi choisir entre solliciter plutôt ses mains ou ses méninges quand les deux peuvent s’activer de concert ?

Des sciences sociales mais de l’humain avant tout

L’interlude musical, Rihanna S&M.

J’ai donc fait le choix d’articuler les deux sans concession. Mais si tu comprends dorénavant un peu mieux comment je me suis projetée dans la vaste nébuleuse des sciences sociales, tu te demandes peut-être toujours quelles folles raisons m’ont conduit à pousser le vice en poursuivant en Master après l’obtention de la Licence. Et bien la réponse est simple : 2 rencontres. 2 femmes. Madame S. et Madame M.

Si Madame S. m’a sensibilisé à l’histoire de la mode via les écrits de Philippe Perrot sur le travail des apparences au XIXe siècle, c’est bien Madame M., au cours d’un séminaire passionnant en histoire moderne, qui est venue réveiller cette envie jusqu’alors restée en sommeil dans un coin de ma tête. La lecture de Daniel Roche et la ré-interprétation personnelle de son travail sur les vêtements sous l’Ancien Régime a jeté les bases de mon projet de recherche. En me plaçant dans les pas de cet historien de la culture matérielle, je souhaite proposer une histoire MODE(rne) : une histoire des vêtements dans laquelle les questionnements récents de l’histoire des femmes et du genre font écho.

Nouveau canevas pour une nouvelle année

Comme point de départ du Master 1, tu l’as compris il y a donc eu le vêtement, prétexte et témoin du lien établi entre la culture des apparences et l’épineuse question du genre. Les jalons ainsi posés m’ont permis de fixer le canevas dans lequel j’ai brodé jour et nuit de mars à juillet dernier. Dans ce cadre pourtant, rien d’immuable : j’en veux pour preuve la soutenance au début de l’été. Probablement le moment le plus stimulant intellectuellement parlant de toute mon année de recherche. Cette rencontre scientifique enrichissante m’a permis de souligner les acquis comme les lacunes de mon travail, les pistes d’investigation à poursuivre, les impulsions à donner pour la suite de mon ouvrage. Pour le M2, il y a l’envie décuplée d’attacher les termes du sujet au cadre spatio-temporel local de mon étude : Toulouse au XVIIIe siècle. Les travaux tournés vers l’étude de la mode des historiens cités précédemment ont pour centre névralgique Paris : qu’en est-il dans le midi ? Trouve t-on des résonances et/ou des oppositions ?

Portrait de Madame Sermet, Joseph Roques, 1788, Musée des Augustins. CC Wikipédia.

Cette envie se complète d’une ambition de varier les types de sources de mon corpus – jusqu’alors composé uniquement d’inventaires de biens après décès. Dorénavant, je ne veux plus me contenter d’interagir avec les garde-robes dépossédées de feu.e.s leur maître et maîtresse mais souhaite côtoyer au plus près les liens de sociabilité modernes. Cela va passer par un dépouillement de correspondances, de procès verbaux… Autant de sources manuscrites au travers desquelles les hommes et les femmes apparaissent en directe interaction avec leurs vêtements. Nul doute que ces sources épistolaires ou judiciaires vont me donner un autre fil à retordre que les sources notariées, mais ce sont bien elles qui vont me permettre d’animer le tableau des apparences toulousaines au XVIIIe siècle et je me donne jusqu’à la fin de l’année civile pour en découdre avec elles.

Du coeur à l’ouvrage malgré les incertitudes

En mettant un pas dans le monde de la recherche j’ai admis le projet d’une année de vie auto-centrée à tourner autour des termes d’un sujet définis par moi même et pour moi même. Avoue que l’idée avait largement de quoi me faire perdre la tête.

En réalité, la rencontre avec Madame S. et Madame M. pour qui j’éprouve à la fois sympathie, respect et admiration m’a permis de me conforter dans mes choix. Elles m’ont aiguillé chacune à leur manière et ont su incarner cette fibre humaine si nécessaire à contrecarrer mes doutes et interrogations quant à la concrétude d’un tel projet. C’était la condition sine qua non à la survie de ma bonne santé mentale, surtout lors des longs moments de rédaction passés seule devant mon écran d’ordinateur. C’était aussi le moyen de me rappeler que mon parcours en études supérieures était bel et bien rattaché à un fil conducteur. Certes, il n’en reste pas moins que le choix de mon orientation professionnelle future reste encore et toujours pour le moins abscons. Un grand voile opaque difficile à lever car je ne suis pas dupe : que ce soit mon BTS ou mon Master recherche, j’ai toujours choisi des secteurs où les débouchés professionnels se comptent sur les doigts d’une main. Pour autant, je ne perds pas espoir et cela ne m’empêche en rien de vouloir poursuivre l’expérience en Master 2 et de vouloir continuer à chercher, chercher, chercher…

[À ce stade de la lecture, j’espère tout de même que tu as pris le temps d’admirer le champs lexical du textile et de la couture, lequel j’ai pris grand soin de déployer dans tout le billet en l’animant par un usage de figures de style abusif et insolent. Au cas où ça ne serait pas le cas, je t’en remets une petite couche pour la route et pour conclure : ] Chercher quoi ? Pas que des aiguilles dans des bottes de foin contrairement à ce que tu pourrais croire. Chercher de nouvelles sources, de nouvelles pistes, de nouvelles perspectives….Parce-que si il y a bien une leçon que j’ai retenu de ce M1, c’est que quand tu cherches, tu finis toujours par trouver.

Crédits image à la une : Paraître par êtres, Talissa Piboubès, 2017, tous droits réservés.

 


Talissa Piboubès

Étudiante en M2 recherche en histoire moderne mon parcours fluctue entre théorie et création. Le centre de gravité, lui, reste le même : la mode et les vêtements. Après un baccalauréat STI Arts Appliqués au lycée des Arènes à Toulouse, la petite provinciale monte poser ses valises dans la capitale le temps d'un BTS Design de mode à l'école Duperré. Le stylisme c'est pas si futile, et si pour créer je voulais m'étoffer de connaissances historiques ? La suite du projet est toute tracée. Retour dans le midi, je rentre à l'Université Toulouse II Jean-Jaurès pour étudier l'histoire et plus précisément celle de la mode. Ma thématique de recherche dans le cadre du Master se centre sur les vêtements et la culture des apparences à Toulouse au XVIIIe à travers les inventaires de biens après décès, sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search