C’est grave docteur ?

Dans le train en direction de Barcelone, terre catalane où je trouverai peut être un trésor d’archives, je songe à ce billet ! NON ! Je me triture le cerveau plutôt…. Et ma page reste blanche hélas… N’est-ce pas un comble ? De ne pas réussir à écrire lorsque la consigne donnée et de rédiger un court texte sur son rapport à l’écriture? Face à cela je dois vous avouer un secret : je n’aime pas écrire !

« Une image vaut mieux que mille mots » !

Résignée à écrire ce post, je me permets une petite parenthèse sur un autre outil que les livres et la littérature pour aborder l’histoire : les documentaires. En espérant que l‘inspiration me vienne…

Depuis mon jeune âge, j’aime regarder des films historiques. La faute à mon père qui décida de m’emmener à l’âge de six voir Gladiator au cinéma ! Je me rappelle encore de la puissance des mots, de la musique, des décors et des personnages. Cet attrait pour les œuvres « historiques » (par ce terme j’entends des œuvres fictives ou réelles plantant le décors dans une autre époque que la notre), se prolongea à l’adolescence. Je dévorais les livres de Jane Austen, des sœurs Brontë, Sherlock Holmes (et bien d’autres!). Je regardais frénétiquement toutes les séries de costumes que je pouvais trouver, et même les plus nœud-nœud.

Moi après avoir lu mon agenda !

Et puis vient le moment où, un sombre soir d’hiver, en ouvrant mon agenda, je découvris avec stupeur un partiel pour le lendemain, sur la grande dépression ! (surement un coup du destin!) et bien entendu je n’avais pas commencé à réviser… le peu de temps qu’il me restait ne me suffisait pas à lire et apprendre mon cours… En cherchant désespérément sur internet une méthode pour emmagasiner rapidement et efficacement mon cours, je suis tombée sur un documentaire de la chaîne Arte sur le « jeudi noir » et les événements qui suivirent le célèbre crack boursier de 1929. Le choix était simple : regarder le documentaire d’une heure et demi ou lire mon cours de cent pages… Comme vous l’avez surement compris j’ai choisi de regarder ce documentaire ! Et il m’a passionnée, sous fond d’images d’archives la voix off retraçait les points marquants des années 30 et de la grande dépression.

J’ai commencé alors à m’intéresser aux documentaires et aux productions audios en histoire, découvrant ainsi les émissions de la Fabrique de l’histoire sur France Culture, les documentaires du suédois Göran Olsson, ceux du chilien Patricio Guzman sur le coup d’État de 1973 . Ces productions m’ont confortée dans ma passion pour les détails, les anecdotes, les vies de petites gens inconnus des manuels, les histoires d’amours oubliées, les rêves envolés !

Après l’effort, le réconfort !

J’ai toujours (bon pas depuis que je suis née je vous l’accorde!) été une grande lectrice, de romans, de BD, d’ouvrages de vulgarisation sur la physique, les maths, mais dès qu’il s’agit de lire de l’histoire ça coince ! Je ne sais pas par quel hasard à partir du moment où un ouvrage m’est imposé je ne prend aucun plaisir à le lire ! Vous imaginez à quel point cela peut être coton pour une étudiante en histoire !

Annonce de la disparition d’Ettore Majorana.

Néanmoins, je dois avouer que cette année a été pour le moins enrichissante sur ce point. J’ai dû lire beaucoup de témoignages sur la Guerre civile espagnole, et j’ai pris plaisir à parcourir les pages de ces ouvrages. Notamment un qui m’a particulièrement marqué, Les fils de la nuit d’Antoine Gimenez. Un groupe d’historiens non universitaires, Les Giménologues, ont entrepris, après la découverte de son manuscrit, de retracer le parcours de cet italien devenu « par hasard » milicien anarchiste pendant la révolution espagnole. Après plusieurs années d’enquête, ils ont publié ses mémoires associées à un livre de près de 500 pages de notes pouvant éclairer le lecteur.

Cela me rappelle également un livre d’Étienne Klein, philosophe et historien des sciences, sur un célèbre physicien : Ettore Majorana. A la façon d’une enquête policière, il retrace la vie de ce scientifique italien, disparu mystérieusement dans les années 30. Ces œuvres m’ont redonné goût (ou plutôt donné goût!) à la lecture d’ouvrages historiques.

Et l’écriture alors ?

La pratique de l’écriture n’est pas chose aisée pour moi. J’ai beaucoup de mal à mettre mes idées sur papier. Je pèse le poids de chaque mot. J’écris, efface, réécris, ré-efface, jusqu’à sentir le stress qui accompagne l’approche de la deadline.

Je ne fais pas réellement de brouillon, je préfère écrire d’une traite quitte à reprendre après coups. Néanmoins, je suis très lente pour passer à l’écrit, je réfléchis beaucoup. Il m’arrive même parfois de faire des phrases dans ma tête le soir dans mon lit avant de dormir.

Concernant l’écriture de mon mémoire, une chose m’a un peu dérangée. En effet, je devais analyser la manière d’écrire (le style, la syntaxe, la calligraphie) de miliciens sur le front, alors que moi même je ne maîtrise pas entièrement ma langue. J’ai eu l’impression d’être une escroc ! Quelle légitimité ai-je pour les juger? Pour critiquer leur plume ? Cela fut assez difficile pour moi ! Mais forcée de rendre mon mémoire j’ai du me résigner et poursuivre mon travail !

Sur ce : force et honneur camarade !

 


Lisa Albassier

Etudiante en Master 1 d'Histoire à l'université Toulouse II -Jean Jaurès, je travaille sous la direction de Mr François Godicheau dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mes recherches portent sur la révolution espagnole de 1936 et plus précisément sur la vision qu'en avaient les acteurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search