Une histoire de plaisir !

cc, pixbay

Dans notre société, trouver sa voie est particulièrement complexe. Pour autant, il existe un moyen assez simple de savoir si vous avez identifié la vôtre. Les tâches les plus “ingrates” de votre domaine d’activité sont-elles frustrantes ?

Vous, jeune “historien”, après d’amples séances face aux archives, après d’amples heures de lecture d’ouvrages historiques, êtes un jour confronté à la fameuse “page blanche”. Comment allez-vous donc (essayer) d’écrire l’histoire ? Surtout, qu’est-ce que ce rapport à l’écriture de l’histoire vous indique quant à votre avenir?

Des débuts difficiles

cc, pixbay.com

Plus votre première année de master HCP avance, plus vous cumulez des données, des statistiques, des éléments identifiés dans les archives qu’il convient de mettre en perspective. Il faut bien dire qu’au début vous êtes perdu. D’abord en histoire économique, la difficulté est souvent de déployer un regard tant qualitatif que quantitatif. Cela demande un lourd effort de réflexion pour identifier les statistiques mobilisables et leurs contextualisations. L’écriture de l’histoire est en fait un travail de synthèse très exigeant, particulièrement en matière économique. Il y a un début a tout et celui-ci se traduit par des tentatives. Ecrire au brouillon quelques pages sur des éléments que vous pensez particulièrement bien maitriser.

(Ré)apprendre à écrire

cc, pixbay.com

Les premiers brouillons que vous avez ainsi rédigés vous semblent bien insuffisants. Pour progresser, vous établissez peu à peu une méthode de travail. Dans mon cas, j’ai choisi d’effectuer des relectures quotidiennes. De cette manière vous pouvez conforter chaque jour le rédaction en apportant, grâce au recul, des améliorations tant formelle que sur le fond. Si d’un côté vous mesurez alors l’ampleur de la tâche, de l’autre vous prenez du plaisir. Pourquoi ? Parce que vous constatez des progrès, des avancés. Vous êtes en mesure de mobiliser tout votre travail préalable et cela est un véritable motif de satisfaction. Est-ce à dire que tout est idyllique ? Surement pas, puisqu’en réalité vous réapprenez à écrire autour de la méthode scientifique historique. Vous livrez ainsi une petite bataille contre les notes de bas de page pour en maitriser toute les subtilités.

Être ou ne pas être ?

Le fait est qu’une fois dépassé la difficulté de la méthode, écrire l’histoire peut-être un véritable épanouissement. Longtemps vous n’avez été qu’un recepteur passif ou au mieux critique. Vous avez pris plaisir à écouter les débats de la Fabrique de l’histoire, ou des documentaires historiques proposer par Arte. Aujourd’hui vous êtes acteur (à votre modeste échelle) de la recherche historique. De la sorte, vous avez fait de votre passion votre domaine d’activité (malheureusement provisoire). De surcroit, l’étape de la rédaction est l’aboutissement d’une année d’effort. Une année que vous pouvez mobiliser avec une liberté propre à l’écriture. Pour résumer la chose, nous dirons qu’écrire l’histoire c’est aussi se sentir exister et cela est très épanouissant.

Être modeste et progresser

Veermer, Girl whith red hat, cc wikipedia

Dans cette phase d’apprentissage, vous pouvez surtout mieux apprécier les travaux de certains historiens. L’audace du Chapeau de Vermeer vous marque particulièrement, tant innover est un art dont vous êtes encore bien loin. Surtout, des ouvrages plus proches de votre sujet de recherche vous offrent de nouvelles perspectives quant à votre travail. Me concernant ce fut un ouvrage de Claude Malon intitulé Occupation, épuration, reconstruction. Le monde de l’entreprise au Havre (1940-1950). Cette manière de percevoir la période de l’Occupation à travers une vision structurelle de l’activité locale m’a fourni un outil de perfectionnement de mon étude. En somme, la part de plaisir peut-être grande dans l’écriture de l’histoire, mais le défi non moins important. Il faut chaque jour se remettre en question et tenter de parfaire votre travail. Pour autant, n’est-ce pas avant tout un privilège que de pouvoir chaque jour tenter de progresser ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.