Réveiller l’histoire endormie…et puis l’écrire.

  Réveiller l’histoire endormie

Comme la chaste Lune Diane accompagnée de Cupidon, une torche d’amour à la main, réveille le berger Endymion endormi, redonner vie ou apporter un nouveau regard sur un personnage ou un objet oublié, abandonné voire négligé ou rejeté,      après une enquête quelque fois brûlante, relève de la passion. Vient alors l’envie d’en partager les résultats. Quel moyen de communication choisir : la littérature ? Une forme artistique? Web 2.0 ? L’écriture scientifique présente l’avantage d’objectiver le sujet et de le mettre en débat.

Car si la passion est indispensable pour l’investigation, elle n’est pas la meilleure compagne pour l’interprétation. Découvrir des documents qui mettent en lumière des évènements passés oubliés puis, démêler les fils qui les relient jusqu’à nous et leur donner une valeur de témoignage, comportent une part importante de risques : risque d’erreur, risque de remise en cause de certitudes établies, risque de déconsidération etc…

Car pour savoir élucider, expliquer et communiquer en toute objectivité une « vérité » qui donne valeur de témoignage à un objet, il y a des compétences à acquérir : celles des techniques d’analyse de l’objet pour en extraire les caractéristiques, celles des sciences historiques pour en reconstituer le contexte et celles de la communication pour en diffuser l’intérêt à ses contemporains. Ces ensembles de compétences se sont constitués en fondements de la profession d’historien depuis le XIXe siècle « quand les savoir-faire professionnels sont devenus normes et que les historiens se sont reconnus autour d’un cursus, d’un métier et d’une manière de travailler » comme l’indique l’historien Nicolas Offenstadt dans L’historiographie.

L’écriture de la matière historique s’est constituée progressivement en écriture scientifique autonome tout au long des XIXe et XXe siècles dans d’âpres discussions non seulement entre historiens mais avec les professionnels des autres sciences humaines et sociales.  En m’inscrivant en Master 2 d’Histoire, j’ai choisi de me former à cette « discipline » en produisant un mémoire.  C’est pourquoi, mon rapport à l’écriture de l’histoire se situe au cœur d’une démarche d’objectivation de mon sujet d’étude.

A noter cependant que la forme d’écriture de ce présent blog qui demande à exposer une part de sa subjectivité  se différencie voire s’oppose à celle du mémoire, mais elle fait aussi partie de la formation de l’historien, comme outil de communication actuel. Les historiens ont créé depuis quelques années une boite à outils pour former à la prise en mains des nouveaux médias. Mais nous ne savons pas très bien si ces nouvelles formes d’écriture pour communiquer vont avoir une influence sur l’écriture scientifique des mémoires.

L’écriture scientifique, un plaisir ?

Si l’écriture scientifique est surtout une formation, elle est aussi une éthique dans le sens où elle favorise la prise de distance avec l’objet et par là, apporte les arguments au débat contradictoire, source de liberté et de démocratie. La méthodologie de l’écriture scientifique en histoire s’est façonnée et autonomisée au contact de la philosophie, la littérature, les sciences, la sociologie… Nicolas Offenstadt en résume ainsi la conclusion : « Pour les historiens […], la question de l’écriture, de la mise en scène, tient d’abord à celle de la pratique d’un métier ». Autrement dit, il n’y a pas qu’une seule façon d’écrire l’histoire, c’est l’historien qui, en la pratiquant, crée son style et ce faisant, développe et ouvre les dimensions de l’histoire.

Produire un mémoire de M2 en « Histoire, civilisations, patrimoine », constitue principalement une formation à l’écriture scientifique. L’histoire est une « science des problèmes à poser » selon la formule efficace de Lucien Febvre. Il faut un sujet de recherche, des sources et une problématique. Ces trois éléments réunis, on nous apprend que la méthode pour répondre à la problématique est celle de la critique scientifique.

L’écriture scientifique, un plaisir ?

Pour commencer, il faut examiner les sources sous l’angle de leur cohérence avec l’objet de la recherche par le procédé de la critique externe puis de la critique interne. Ensuite, construire un cadre de référence conceptuel dans lequel va s’inscrire le déroulement de l’étude, puis mettre en contexte l’objet de la recherche, poser une problématique qui réponde aux questions que soulèvent les sources, former des hypothèses, annoncer la méthode pour les valider ou non, produire un plan qui articule les idées, traiter le sujet dans son entier, conclure et terminer en ajoutant bibliographie et annexes.

Ça, c’est le squelette du futur mémoire. Il faut l’entourer de chair autrement dit d’une écriture qui rende les idées vivantes par un style, un ton, un rythme, des mots, des images qui faciliteront l’accès au raisonnement mais surtout qui soit garante de la distance de l’historien avec l’objet de sa recherche. C’est là qu’intervient son art : il doit composer entre un récit organisé et une « dramaturgie du réel ». Dans le fond, l’écriture reflète la professionnalisation de l’historien et j’imagine que celle-ci progresse dans le temps par la pratique…et la critique.  Comment je m’y prépare ?

Du braconnage de documents, le jour…

Mes intérêts me portent naturellement sur l’histoire, l’histoire et les arts du livre, l’histoire de Toulouse, la politique, la citoyenneté et depuis peu l’historiographie et la médiation culturelle. Concrètement, je braconne chaque jour sur internet des sites ou des blogs spécialisés autour de ces thèmes comme les sites des grandes institutions culturelles et patrimoniales et des revues spécialisées. Je vais en citer trois qui méritent à mon avis de l’être pour leur originalité et qualité : le blog érudit mais en même temps accessible d’histoire du livre du professeur Frédéric Barbier, celui pas moins érudit et en même temps divertissant de Peccadille et l’irremplaçable base de données bibliographique collaborative sur Toulouse, Zôtoulouse.

J’ai aussi organisé des alertes sur Google qui m’envoie quotidiennement des articles de presse à partir des mots culture, BnF, musées, éditions, librairie, Toulouse etc… Je vais souvent à des conférences, expositions et me régale d’explorer les étals des bouquinistes de Toulouse ou d’ailleurs. Je parcours les salons de livres, anciens ou neufs et consulte ainsi des centaines de livres par an, pour le plaisir. J’engrange ainsi beaucoup d’informations sous des formes les plus diverses et les classe dans des dossiers papier ou numériques.

…A l’écriture dans le silence, la nuit.

C’est dans le calme, souvent la nuit, avec du temps devant moi que j’écris. Pour chaque sujet, je recherche des sources, des éléments de fonds sur lesquels je pourrais appuyer le traitement de l’étude et je les compile dans des notes. Puis vient le temps de l’écriture où je les structure en raisonnement. Je jette mes idées sur des brouillons jusqu’à ce que je sois satisfaite des paragraphes, des enchaînements, des parties. Puis je corrige l’ensemble en reprenant chaque phrase, chaque formulation. C’est à la fin que j’éprouve du plaisir lorsque ce que j’ai écrit correspond à ce que je voulais exprimer.

En ce qui concerne l’écriture concrète, je profite avec plaisir du confort qu’apportent les logiciels de traitement de texte par rapport à l’époque où il n’y avait que stylo et papier, où les corrections et les reprises noircissaient les pages et prenaient un temps considérable. Aujourd’hui, les mots glissent sur la feuille blanche de l’écran et l’écriture avance à la vitesse de la pensée. De plus, on peut accompagner l’écriture d’effets artistiques comme les choix d’une mise en forme, d’une typographie, d’illustrations, de publication, compléments de plaisir à celui de l’écriture…Mais, attention, avant de tenir pour fini un document en histoire, il est de rigueur de passer par l’étape « critique » par des pairs ou des proches avant de publier !

Dans le silence de la nuit

Crédit photo en avant : Diane rendant visite à Endymion endormi, 1680 de Gérard de Lairesse, tableau du Rijksmuseum, Europeana.


Isabelle Privat

Après avoir suivi les séminaires de Jean Yves Mollier en Histoire de l’Édition à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines entre 2011 et 2014, puis validé le niveau licence d’Histoire à Toulouse Jean Jaurès, Isabelle Privat a entrepris en 2016-2017 un Master 1 en Sauvegarde et Valorisation du Patrimoine écrit au Centre Universitaire de Troyes, Université de Reims, Champagne Ardenne et poursuit en 2017-2018, un Master 2 à Jean Jaurès en Histoire, civilisations, patrimoine, avec M. Jacques Cantier. Son sujet de recherche est la vie et l’œuvre de « Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865), éditeur et journaliste à Toulouse et Paris, éveilleur de conscience ».

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/12/2017

    […] exposé notre vécu d’historien en herbe sur les six thèmes suivants : « Parcours », « L’écriture », « Les archives », « Notre sujet en 15 tweets », « Le quotidien » et le dernier, ce […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search