Relier les changements

Plan du site du Saut-du-Tarn. Source : Le site métallurgique du Saut-du-Tarn à Saint-Juéry. Itinéraires du patrimoine, n° 107.

Les documents des Archives complètent les éléments que je possède : sur la métallurgie locale, sur la sidérurgie française et sur l’industrie mondiale. Je relie les éléments épars pour constituer une trame, émaillée de chiffres, ponctuée d’interrogations et éclairée des interviews. La première partie du mémoire plante le décor à partir des éléments généraux. Les témoignages viennent dans un second temps illustrer et donner des exemples.

Parfois, je ne trouve pas de liens entre la théorie et les faits. Je recherche tout de même une cohérence à ces éléments et je m’aperçois que l’Histoire lue dans les livres s’avère parfois très éloignée de la réalité que vivent ses acteurs. Les historiens peuvent raconter l’Histoire coupée de la réalité industrielle et économique.

En octobre 2016, au Musée du SDT une soirée de conférences et de films, intitulée « Jaurèssic Park », me replace dans la réalité ouvrière d’aujourd’hui. Une réalité illustrée par la désindustrialisation, dès le début des années 1970 en France. L’histoire du SDT en fait partie : une première faillite en 1968 et une deuxième en 1983.

 

Où sont passés les ouvriers ?

Je me lance dans le compte-rendu de la soirée. Pourquoi ne pas m’en servir en lieu et place d’un séminaire universitaire, comme demandé dans le cursus de Master. Au fil des interventions, cela m’apporte des éléments de compréhension de mon sujet. Ce qui m’amène à faire le parallèle avec l’histoire du SDT. Dans les années 1970, la troisième révolution industrielle voit le remplacement des gens par les machines. L’Histoire pourrait se répéter : de 2017 à 2047, la moitié des emplois pourraient être remplacés par des robots sous l’effet de la 4e révolution industrielle amorcée en 2010, avec l’Internet des objets, le « Big Data », la robotisation, l’Intelligence Artificielle (l’IA), etc.

La révolution s’annonce démographique, écologique et socio-économique, tout comme il y a cinquante ans : le vieillissement de la population, les flux migratoires, le changement climatique et l’épuisement des ressources naturelles, la flexibilisation du travail, la précarisation des emplois, la croissance faible, la financiarisation de l’économie, etc. Il semble inéluctable que le non-emploi augmente, que le salariat disparaisse et que les inégalités et la précarité s’aggravent. Les mutations à l’œuvre annoncent-elles la libération de l’homme à l’égard du travail ? Devons-nous distribuer différemment le travail, le revenu et la formation dans une société qui repense les liens de solidarité ?

Le travail se modifie. Le SDT s’est modifié. Les questions posées au fur et à mesure des interventions et des projections, se posaient déjà, en partie, pour le SDT il y a cinquante ans : quel est l’avenir du travail, comment va évoluer le salariat, quelle sont les évolutions qui affectent les formes du travail ? Que sont devenus les ouvriers ?  Comment va se distribuer le travail ? Les insiders et les outsiders, ceux qui sont dans le travail et ceux qui sont sans travail ? Entre ceux qui sont en âge de travailler, ceux qui ont pris la retraite et ceux qui ne peuvent pas s’insérer dans le monde du travail ? Une mise en perspective qui m’appartient, à moi, historien contemporain.

Le travail reste au cœur de toutes les transitions démographiques avec le vieillissement de la population, l’arrivée de main d’œuvre immigrée, de toutes les transitions énergétiques avec les perspectives d’emploi qu’elles recèlent et de toute transition écologique pour que nos sociétés aient un devenir. Les intervenants évoquent l’évolution des formes de travail, l’évolution de la cohésion sociale, le financement de la protection sociale, la question de la justice, de l’égalité et la question des liens entre le revenu et le travail. Pour certains, des  réponses se trouvent dans la loi travail : La loi El Khomri (ou Loi Travail) publiée au Journal Officiel du 9 août 2016.

 

Début de la fin des ouvriers

Affiche du film.

Une soirée, un film aussi, sorti en 2012 : celui de Gilles PERRET, « De mémoire d’ouvriers », une histoire locale qui atteste de la grande Histoire sociale française. Il affiche un panorama couvrant des transformations allant de la naissance de l’électrométallurgie jusqu’au déploiement de l’industrie touristique, en passant par les grands travaux des Alpes et la mutation de l’industrie. Le réalisateur est allé à la rencontre des hommes. Des hommes acteurs de l’Histoire ouvrière. Dignes et lucides, ils se souviennent de ce qu’ils furent et témoignent de ce que la mondialisation a fait de leur entreprise.

Tout commence par l’histoire de la fusillade de Cluses en 1904 – les patrons font tirer sur les grévistes -, et s’achève avec le rachat spéculatif de l’usine de la Bâthie par une multinationale australienne. Le film fait revivre une mémoire ouvrière dans la montagne de Savoie, avec ses solidarités, les dividendes des actionnaires et la vitalité du prolétariat montagnard. Il est loin d’être un dépliant touristique sur la région et sur ses stations de ski. Confrontation de témoignages et d’images d’archives, il montre l’évolution du regard sur la condition ouvrière.

Gilles PERRET, né en 1968, vit dans un petit village haut-savoyard. Il a réalisé 11 documentaires longs-métrages, ancrés pour la plupart dans la réalité de ce pays qui est le sien : les Alpes. Il s’attarde chez ses voisins de vallée pour mieux aborder la réalité politique et économique du monde.

Une soirée, une problématique : Où sont passés les ouvriers ? En choisissant d’organiser un débat entre les intervenants et la salle, les organisateurs la veulent participative. Cette soirée fait écho au travail de l’historien : confronter ses recherches avec la société qui l’entoure. Certaines questions se posent depuis des décennies et le SDT n’est que l’illustration des changements dans l’industrie et dans l’économie.


Philippe Gausserand

Professeur des Ecoles pendant 30 ans. Professeur documentaliste en collège depuis 3 ans. Recherches en Histoire Economique Contemporaine sur l'entreprise métallurgique du Saut-du-Tarn de 1955 à 1983, date de sa fermeture.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.