Rembobinez SVP, j’ai dû louper le début…

Giphy

Un peu d’égo-histoire ne peut pas faire de mal, surtout en fin de master recherche. Mais alors comment en suis-je arrivé là, moi qui pensais naïvement quitter la fac bien avant…

Si vous vous attendiez à un cursus original, sortant des sentiers battus, c’est quelque peu raté, encore que ! Suite à un baccalauréat classique (en économie et social, avec quelques options pour la gloire) la question s’est alors posée : que faire après ?

De fil en aiguille, direction la recherche

Outre ma passion pour l’histoire, je souhaitais ardemment sortir de l’univers « lycée ». Je fais donc très rapidement une croix sur la prépa et les petites facultés pour me tourner vers… *roulements de tambour*… notre cher Mirail !

Après une première année un peu chaotique (il faut toujours un temps d’adaptation selon ma mère), les choses sérieuses commencent en licence 2. Ici, sans le savoir, je me prépare déjà à me lancer sur le chemin sinueux de la recherche. En effet, je découvre l’Histoire immédiate, ce fabuleux courant qui permet de faire de l’histoire tout en se tenant éloigné des grimoires et archives poussiéreuses et en gardant un pied fermement ancré dans l’actualité. En troisième année c’est alors la révélation ! Suite à un cours en particulier, portant sur la façon dont la guerre influe sur nos sociétés, et surtout grâce à la lecture de l’ouvrage de Christopher Browning Des hommes ordinaires, je prends conscience qu’il est possible d’étudier la guerre d’une autre façon que par un récit chronologique des grandes batailles (oui la prise de conscience peut paraître tardive).

Le master, de la joie au doute

Après quelques discussions avec mon directeur de recherche, mon sujet de mémoire a rapidement été arrêté. Nous avons réussi à ménager ma volonté d’étudier les conflits au Moyen-Orient avec un angle original d’étude de la guerre : l’arme aérienne. Et pourtant le challenge semblait au départ compliqué sachant que je ne parle pas du tout arabe ! Mais alléluia, mon sujet était fixé. J’ai deux années pour étudier « l’efficacité et les limites de l’utilisation de l’arme aérienne dans les conflits en Irak (1990-2004) ».

CC, Wikimedia commons, US Air Force

Mais alors, que dire de ce premier pas dans le monde de la recherche ? Si mes années de licence correspondaient à un grand bond en avant, il s’agirait plus tôt ici d’un grand saut dans le vide… amorti par la soutenance. A l’issu de celle-ci, je peux donc dire que le projet originel ne devrait pas bouger beaucoup. Les bornes chronologiques, 1990-2004, ne devraient pas évoluer. A l’exception de quelques modifications, bénignes, le sujet reste lui aussi exactement le même. J’ai traité au cours de ma première année la place de l’arme aérienne durant la guerre du Golfe (1990 – 1991), je vais maintenant étendre cette étude à l’ensemble de mon sujet, soit jusqu’en 2004. L’objectif pour le M2 est donc posé !

Le M2, une course contre la montre, mais pour quelle médaille ?

Et oui l’année vient à peine de commencer (l’été indien, vous savez…) que déjà la mise en œuvre d’un planning soutenu s’impose. En plus des travaux à rendre pour nos différents cours – dont ce billet fait d’ailleurs parti – il faut impérativement poursuivre nos lectures, notre dépouillement d’archives, la réflexion d’un plan cohérent, etc., bref la recherche ! Concernant les lectures, celles-ci devraient s’étaler jusqu’à janvier. La question des sources est plus difficile. Il me faut en effet trouver mes derniers documents, dont l’accès est beaucoup plus coriace que prévu… Ceci devrait néanmoins se finir à la fin du mois pour pouvoir effectuer un dépouillement intensif de novembre à janvier. Il sera alors temps de fixer un plan et de se mettre à rédiger, je l’espère dès la fin janvier début février.

Mais alors tout ce mal pour quoi, me direz-vous ? C’est du moins ce que me répète inlassablement ma famille. Et bien, je ne sais pas. En première année mon avenir me semblait loin, maintenant il toque à ma porte et je n’en sais toujours pas plus. Durant ce master j’ai pu étudier, avec une liberté assez inédite, un sujet que j’affectionne particulièrement. L’objectif serait donc de poursuivre ce travail, mais en évitant la thèse, qui ne me semble pas une option raisonnable… Affaire à suivre…

 

Image à la une : CC, Wikimedia commons, Back to the Future


Matthieu Gayrin

Etudiant en Master 2 recherche, je travaille, sous la direction de Monsieur Jean-Marc Olivier sur "l'efficacité et les limites de l'utilisation de l'arme aérienne dans les conflits en Irak (1990-2004)".

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/12/2017

    […] le tout premier billet, j’ai expliqué que je devais me mettre à rédiger fin janvier début février. Les lectures […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search