Une recherche en 15 tweets : autorité et genre à l’école depuis 1970

1) L’autorité à l’école ? Elle fout le camp ma bonne dame. La faute à qui ?

2) À la féminisation de l’enseignement ? Y a-t-il trop de femmes dans l’enseignement ? et donc « Plus de femmes, plus de violences ? » interroge l’hebdomadaire l’Express en 2011…

3) Les enseignantes manquent d’autorité? Parce que « les femmes ne sont pas des cheffes ? ».

4) Faut-il plus d’hommes à l’école pour rétablir l’autorité ? « L’école ne devrait pas être le prolongement des jupes de la mère » affirme, en 2011 sur RTL, Stéphane Clerget pédopsychiatre.

5) Donc plus d’hommes à l’école = plus d’autorité ? Mathieu Quénée, enseignant, témoigne, sur son blog en 2015, de son vécu d’homme à l’école primaire : « Pour beaucoup de parents, le raccourci est vite trouvé, vous êtes le seul homme enseignant de l’école, donc vous êtes l’autorité ». C’est aussi l’avis de David Cameron, premier ministre du Royaume-Uni, qui, en 2011, déclare avec assurance « Pour restaurer l’autorité en classe, il est urgent de renforcer la présence d’hommes capables de montrer à la fois force et sensibilité ».

6) Ainsi poursuit Mathieu Quénée, « bien malgré vous, vous récupérez donc certains des élèves les plus indisciplinés, car fort de votre autorité masculine vous saurez les cadrer … et parce qu’avoir un homme leur fera du bien … C’est un fait, les parents pensent qu’un homme tiendra mieux sa classe (à tort, car j’ai vu des professeurs stagiaires masculins dépassés tout autant, voire plus, que de jeunes enseignantes) ».

7) Dans les années 60, la mixité s’est répandue au sein du système scolaire français pour des raisons essentiellement gestionnaire. Odette-Georges Brunschwig, inspectrice générale, cherche à défendre une véritable coéducation pour permettre l’épanouissement individuel des garçons et des filles en mettant l’accent sur la formation des enseignants et sur les rapports de force entre enseignants et élèves de sexe différents. Elle propose un apprentissage à la mixité qui, finalement, n’aura guère lieu.

8) Des travaux sociologiques interrogent la dimension genrée du système éducatif français. De l’école primaire (Zaidman, 1996), en passant par le collège (Felouzis, 1991), jusqu’au lycée (Mosconi, 1989 ; Dubet, 2001), les sociologies de l’école montrent que les enjeux liés au genre y sont multiples. Mais quelle prise en compte des représentations sociales de l’autorité dans leurs relations avec le genre et la gestion de la classe ?

9) Quant à la représentation des rapports hiérarchiques ?

10) À l’exception des recteur-trice-s, plus on monte dans la hiérarchie, moins la part des femmes est importante. Ainsi chez les enseignants, on compte 83% de femmes chez les professeurs des écoles, 62% chez les certifiés et 52% chez les agrégés. Au delà commence l’univers masculin : deux tiers des professeurs de chaire supérieure sont des hommes. Si 57% des principaux adjoints sont des femmes ce n’est le cas que pour 46% des principaux et seulement 31% des proviseurs de lycée. Les métiers d’inspection sont aussi principalement masculins, 47% de femmes chez les IEN mais 42% pour les IA-IPR (Données mars 2017)

11) Depuis les années 70 et plus récemment au cours des années 2000, le propos sur le concept d’autorité envahit tous les secteurs de la vie sociale. Il produit d’une part des discours politiques et médiatiques présentés comme des relais de l’opinion publique ; d’autre part des discours et des débats contradictoires entre les différentes disciplines des sciences humaines.

12) Selon Bruno Robbes, trois conceptions de l’autorité coexistent l’« autorité autoritariste », l’« autorité évacuée » (dénonciation de la première dans les années 70) et l’« autorité éducative ». Le modèle autoritariste continue de fasciner (le mythique « âge d’or »). L’autorité éducative, prend corps aujourd’hui comme une réponse à la transmission et à la pérennisation des idéaux démocratiques.

13) La teneur conceptuelle de la notion d’autorité a donné lieu à des interprétations variées, en lien avec des notions comme le pouvoir, la domination, la légitimité ou l’obéissance et a été abordée sous l’angle de la psychologie, de la psychanalyse, de l’anthropologie, de la sociologie, des sciences de l’éducation ou de la philosophie. En histoire, Pierre Karila-Cohen déplore « l’absence, à de rares exceptions près, d’un questionnement spécifique sur l’autorité en tant que phénomène historique ».

14) L’ouvrage d’Yves Cohen (2013) « Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940) » intervient à un moment où l’autorité constitue un thème insistant du discours public et médiatique. Réputée « en crise » dans une société individualiste, égalitariste et autocentrée, l’autorité est omniprésente dans le débat public. Il faut « la restaurer », ou une autre variante, plus progressiste, « la réinventer ».

15) Il y a matière à étudier les discours (politiques, médiatiques, scientifiques) en prenant appui sur la démarche d’Yves Cohen. Ma recherche portant sur l’autorité et le genre à l’école depuis 1970 s’articule autour de deux pistes de travail : la question des matérialités de l’autorité et celle des constructions des rôles d’autorité. Ici, le concept de genre (comme système de rapports sociaux de pouvoir fondé sur des différences perçues entre les sexes) sert à poser des questions, à interroger les savoirs établis, à penser la construction des rapports de domination et des hiérarchies.

Dans les salons de réception du ministère de l’éducation nationale, le peintre Geoffroy célèbre l’école de la République : dans cette classe des petits en 1889 règne l’égalité républicaine sous l’autorité bienveillante – mais bien réelle – de l’institutrice Pinterest


Catherine MULERO

En reprise d'études dans le cadre du Master d'histoire moderne et contemporaine. Mon projet de recherche, sous la direction de Sylvie Chaperon, porte sur l'autorité et le genre à l'école depuis 1970.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *