Découvrir sous de vieilles feuilles… ou sur le Web

CC, Pxhere, s.n.

Poussière et vieux papiers : ces quelques mots résument la vision que possède la plupart des gens sur les sources des historiens. Avec un sujet portant sur le siècle dernier, je ne déroge pas à la règle : la majorité de mes documents se trouvent dans des services d’archives. Mais à l’ère du numérique, les historiens peuvent compter sur de nouveaux supports. Livres, journaux, fonds, correspondances… aujourd’hui, de nombreux dossiers sont numérisés.

Une fois mon sujet correctement énoncé : « L’enseignement de l’histoire à la faculté des lettres de Toulouse sous la Troisième République », il faut penser au corpus de source à utiliser. Durant mon premier séminaire avec mes deux directeurs de mémoire, nous avons fait la liste la plus exhaustive possible des types de sources à invoquer. Il ne me restais plus qu’à les trouver.

La chasse au(x) trésor(s)

Réalisant une recherche sur la faculté des lettres de Toulouse, je me suis tournée tout naturellement vers le service d’archives de l’Université Toulouse Jean Jaurès. J’ai envoyé un e-mail à la responsable afin de prendre rendez-vous avec elle. Elle m’a accueillie très gentiment et a répondu à toutes mes questions. Elle m’a prévenu que pour ma période, seuls les dossiers du personnel sont disponibles, car le reste des documents a été versé aux Archives départementales de la Haute-Garonne. Pour que ce soit plus simple pour moi, elle m’a même photocopié les bordereaux de versements : 4 au total. Ma prochaine étape était donc de me rendre à ces archives, chose que j’aborderai plus loin (j’essaye de maintenir le suspens).

Mais je peux d’ores et déjà vous dire que j’ai réalisé une demande de dérogation… et heureusement pour seulement deux dossiers ! Au vu des délais de réponse, je me suis félicitée de ne pas en avoir plus. Petit conseil pour vous : si vous devez faire une telle demande, surtout, ne vous y prenez pas au dernier moment !

Après avoir trouvé des documents très intéressants, je me suis concentrée sur la recherche d’images, de photographies. Je me suis tournée dans un premier temps vers les archives privées toulousaines, par exemple le musée Paul Dupuy. Après avoir reçu des e-mails négatifs, je me suis rendu sur le site des Archives municipales de Toulouse. J’ai pu y trouver des cartes postales, des photographies, mais aussi des plans de la faculté numérisés.

Malgré ces importantes découvertes, je reste toujours en quête de nouvelles choses : des fonds privés, des correspondances, des articles dans les journaux, des livres…

La course d’orientation dans Toulouse

Un sac plutôt léger, Tous droits réservés, Martinez Anaïs

Avant de se rendre pour la toute première fois aux Archives départementales, il faut se préparer. Ma première mission fut de dépouiller les bordereaux de versements, c’est-à-dire souligner tout ce qui pouvait concerner mon sujet. La seconde fut de me renseigner sur les horaires d’ouvertures et sur la manière de se procurer une carte de lecteur.

Choses faites, j’attrape mon ordinateur, les bordereaux de versements, un crayon à papier, des feuilles blanches et surtout mon appareil photo. Mon sac est prêt, en route !

Sortez à la station de métro François Verdier – prenez le bus ligne L7 à destination de Saint-Orens – descendez à l’arrêt Trois Fours – marchez 400 mètres et vous êtes arrivé à destination : les Archives départementales de la Haute-Garonne. (Anaïs M. une étudiante préparée)

Arrivée aux archives, et après avoir rempli tous les papiers et déposé mes affaires dans un casier, j’ai pu accéder la salle de lecture. Je retrouvais ce monde très atypique, mais familier (je m’y suis rendue dès la L3 avec le cours « initiation à la recherche contemporaine ») fait de séries, d’inventaires, de cotes, de levées…

CC, Pixabay, aitoff

Mais, il ne faut pas oublier les autres sites toulousains où j’ai l’occasion de me rendre :

  • l’Université Toulouse Jean Jaurès pour les dossiers de professeurs ;
  • la Bibliothèque Santé pour les Annuaires de l’Université ;
  • la Bibliothèque de l’Arsenal pour le Catalogue des thèses et écrits académiques ;
  • la Bibliothèque d’Études Méridionales ;
  • la Bibliothèque d’Études et du Patrimoine.

Dans l’ensemble de ces endroits, j’ai l’occasion de trouver les publications des étudiants et des professeurs que j’étudie.

Je dois donc courir dans tous ces lieux pour me permettre de collecter l’ensemble de mes sources, toutes plus différentes les unes des autres. Mais, même avec tout cela, il m’en manque encore. Et c’est chez moi, sur mon ordinateur que je peux trouver le reste.

Des archives chez soi ! Est-ce réellement possible ?

Etudier des historiens… Oui ! Mais avec minimum 8 sites et ce, sans compter les livres ! CC, Martinez Anaïs

Oui, c’est possible… et c’est même très pratique ! Je peux prendre deux exemples. Le premier est la base de données Léonore qui regroupe les dossiers de l’ensemble des membres de la Légion d’honneur. Inutile donc de se rendre aux Archives nationales ! Le deuxième est le site Tolosana dans lequel je peux consulter les catalogues de la bibliothèque de la faculté des lettres datant du XIXe siècle, mais aussi le fonds d’Emile Cartailhac. C’est très utile, car les archives de cet archéologue sont réparties dans différentes institutions partout en France !

Sur le thématique des professeurs, de nombreux travaux existent. Et je peux notamment compter sur des bases de données en ligne : celle du laboratoire LARHRA et Corpus Academicum Tolosae – Enseignants. Grâce à elles, je n’ai pas besoin de me déplacer aux Archives nationales afin de consulter les dossiers de professeurs lorsqu’ils sont très lacunaires à Toulouse.

Je peux également utiliser le site Persée pour retrouver l’ensemble des publications scientifiques des historiens que j’étudie. La plupart ont écrit dans les Annales du Midi, revue intégralement disponible en ligne.

En bref, ce n’est pas seulement une course d’orientation dans Toulouse, ça l’est également sur le web !

Trouver c’est bien, mais c’était le plus facile… maintenant, il faut analyser

Que faire avec des dizaines de registres d’inscriptions et de procès-verbaux d’examens ? Que sélectionner comme informations ? Faut-il tout noter ? Beaucoup de questions se posent lorsque l’on se trouve devant ses archives. C’est pourquoi ma première mission fut – et est toujours – de comprendre les documents et non de les dépouiller. Dans un second temps, je prends tout en photo. Et enfin, je dépouille chez moi à l’aide de deux écrans.

Pour ce qui est des étudiants et des professeurs, je réalise un traitement informatique. C’est-à-dire, je crée une base de données… enfin plutôt 2 bases de données. Sachant que cela concerne deux-tiers de mon travail de recherche, je préfère m’attarder sur ce sujet. Mon analyse s’inspire des travaux de Christophe Charle et de Pim den Boer. Tous deux développent une étude prosopographique sur, respectivement, les universitaires parisiens et les historiens français.

Parfois, on nous demande quelles sont nos archives rêvées. Sincèrement, je n’en ai pas… j’ai des sources variées, mais pas très atypiques pour mon sujet. Par exemple, ma directrice Caroline Barrera a utilisé les mêmes pour rédiger son ouvrage en cours d’édition portant sur l’histoire de l’université de Toulouse. Mais, si je réfléchis bien… je souhaiterais qu’une petite fée change l’écriture des étudiants : de l’encre rose à l’encre noire, de l’italique à la patte de mouche, cela est vraiment insupportable, irritant, lassant… En master 1 j’ai étudié 578 étudiants, ce qui équivaut à 578 écritures différentes dans les registres d’inscriptions. Cette année, je vais peut-être doubler, voire tripler ce chiffre. Alors s’il vous plaît, très chers étudiants, pensez aux historiens dans 200 ans qui vont vous relire, écrivez mieux la prochaine fois.

D’ailleurs en ce moment même je suis en train de dépouiller des centaines de photographies. Je vous laisse, j’ai encore du travail, beaucoup de travail…

 

Crédits de l’image à la Une : CC, Pixabay, Gellinger


Anaïs Martinez

Etudiante à l'Université Toulouse Jean Jaurès en master 2 dans le parcours Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, je suis actuellement sous la double direction de M. Jacques Cantier et de Mme Caroline Barrera. Mes recherches portent sur l'enseignement de l'histoire à la faculté des Lettres de Toulouse sous la Troisième République (1870-1940).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search