Les archives ou le moment le plus rock’n roll de tes recherches

Archives municipales de Toulouse, CC wikimedia commons, Caroline Léna Becker

La consultation aux archives est un passage quasi obligé pour chaque étudiant en master d’histoire, civilisation et patrimoine. Il est courant lors des premiers passages dans ce type d’institution de perdre du temps et de s’en mordre les doigts. Ce billet te donnera quelques informations utiles pour éviter ce genre de tracas.

La plupart des étudiants ne sont pas des « grands fans » de cette étape dans leur recherche. Le but du jeu est d’être le plus efficace possible; n’oublie pas que le traitement des sources peut se faire chez soi.

Une préparation obligatoire

Avant de se rendre aux archives, il faut au préalable se préparer afin d’éviter de perdre du temps sur place. Si possible, l’étudiant doit prendre contact avec le conservateur ou un membre de l’établissement. Le conservateur connait ses fonds et peut te donner des informations sur des sources auxquelles tu n’as pas pensé. Sur le site internet des archives, tu peux également trouver les fonds intéressants. Tu peux ainsi noter sur une feuille les cotes que tu juges utiles et les renseigner directement à ton arrivée.

Il est préférable de vérifier si « tes sources » sont numérisées pour éviter de se déplacer pour rien. Arrivé sur place, on te donne une clé de casier pour disposer tes affaires jugées superflues lors de la consultation. Attention, les Archives Municipales de Toulouse sont ouvertes de 9h à 13h. De plus, les levées se font toutes les 30 minutes. Il est impératif de préparer sa consultation pour perdre le moins de temps sur place. Pour le site des archives municipales ça se passe ici. Celui des Archives Départementales de la Haute-Garonne, c’est par . Je préviens, ce dernier site est, à mon avis, moins pratique d’utilisation.

tes meilleurs amis aux archives

L’équipement du soldat

Comme tu peux le voir sur cette photo, il te faut un crayon de bois, une gomme, tes cotes, des brouillons, et bien évidemment ton fidèle ordinateur sauf si tu préfères la prise de note sur papier. Ton portable ou un appareil photo est aussi recommandé si ton temps est compté sur place. Tu peux oublier ta bouteille d’eau ou ton thermos, logique après tout, il ne faut pas désagréger tes précieuses sources. Cela peut te sembler bête mais il est impératif de référencer chaque document que tu juges intéressant à sa cote.

Ma première expérience aux Archives Municipales de Toulouse

Au départ, je recherchais un maximum  de cotes sur le site des archives municipales. J’ai ensuite pris contact avec le conservateur en lui expliquant mon sujet. Il m’a renseigné sur d’autres fonds. Ayant l’avantage d’avoir mes sources à proximité, je n’ai pas besoin de demander des rendez-vous ou demander des fonds en avance.

Point positif, le personnel est au rendez-vous. Les membres du personnel sont à l’écoute, ils peuvent t’aiguiller et sont sympathiques. Chose plutôt agréable lorsque tu dois te familiariser avec la décoration de la salle de consultation, composée de moquette aux couleurs sinistres. Pour l’anecdote, le site se trouve dans des anciens réservoirs d’eau de la ville, plutôt atypique pour conserver des archives au sec.

Yes, you can

Je travaille sur le musée des Augustins de 1848 à 1914. Mes sources se composent globalement de correspondances, de délibérations du conseil municipale ou de la commission du musée, de rapports, mais aussi de factures, d’arrêtés municipaux… Etre contemporanéiste est un avantage dans certain cas, le manque de sources n’est pas vraiment notre problème. Ces sources me permettent de comprendre les politiques budgétaires en faveur du musée. Quelles étaient les priorités de l’époque, qui étaient les différents acteurs et protagonistes qui s’immiscent dans le fonctionnement du musée des Augustins ? Un bilan d’inspection année par année du musée comprenant les budgets, le personnel, les nouvelles œuvres arrivées serait pour moi la source idéale. L’espoir fait vivre.

Lors de recherches à la bibliothèque du musée des Augustins, j’ai eu la chance de trouver un dossier répertoriant certains fonds relatifs au musée se trouvant aux archives municipales, départementales et nationales. Manque de chance, j’avais déjà trouver ce dont j’avais besoin quelques jours auparavant. Avant de te lancer à corps perdu dans ce labeur, vérifie si un éminent chercheur, proche de ton sujet, n’a pas renseigné dans l’un de ses ouvrages ses trouvailles aux archives.

Maintenant, c’est à toi de jouer.


joseph gentet

Étudiant en master 2 Histoire, Civilisation, Patrimoine à l’Université Jean Jaurès de Toulouse, je travaille sur le musée des Augustins de Toulouse. Mes recherches se portent sur la période 1848-1914. Je cherche à comprendre le fonctionnement de ce musée, ses rouages, son quotidien.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.