Retour dans le passé

Voyager dans le temps, CC Google image, rebrn.com.

La journée d’archives s’apparente à un saut dans le passé. A travers la consultation de documents anciens, les apprentis historiens que nous sommes ont, le temps de quelques heures, le loisir de mettre un pied dans une autre dimension, une autre époque.

A défaut de présenter les récits de mon propre voyage, voici quelques conseils qui permettront soit d’encourager, soit de dissuader le non-initié à pratiquer une telle expérience.

Les préparatifs

Le choc psychologique d’un retour dans le passé peut provoquer certains effets secondaires qui surviennent après une expérience trop longue ou bien mal préparée. Sur ma propre personne, ce saut dans le temps a pour impact d’embrouiller ma vision au moins pendant 2h après la consultation. J’étudie les années 1970-80 et les documents que je consulte sont parfois accompagnés de photos reflétant les habillements, les activités de loisirs ou les modes de déplacement de l’époque.  Après un périple de 4h en 1975 comme cela fut le cas il y a quelques jours, les gens que je croise dans la rue en sortant des archives portent tous des pantalons en pattes d’éléphant, ont les cheveux par dessus les oreilles, et roulent en Citroën DS en écoutant de la musique folk.

Le matériel du petit chercheur, CC Martin Hazard

Un tel exercice mental doit donc se préparer. Au cours du voyage il faut tâcher d’avoir l’esprit clair et bien organisé, c’est pourquoi un matériel spécifique s’impose. Tout d’abord, il y a le crayon. Fidèle compagnon de l’historien depuis son invention au XVIIIe siècle, il permet de schématiser quelques subtiles réflexions entre deux lectures de sources. Ensuite, l’appareil photo. Il est certainement l’élément essentiel de la panoplie du petit chercheur dont il remplace véritablement les yeux le temps d’une matinée en archives. Enfin, le presque indispensable ordinateur. Grâce au logiciel Excel, il répertorie toutes les informations récoltées. Il est la mémoire de deux années de master et à ce titre veille précieusement sur la santé émotionnelle de l’apprenti-historien que je suis.

La veille d’une expédition je programme mon réveil à 7h45 afin d’être sur place au moment de l’ouverture des portes du bâtiment, c’est à dire à 9h. Une fois sur les lieux, je me présente à l’accueil. Quoique cela n’est maintenant plus nécessaire, on me reconnait et me donne une clé de casier avant que je n’ai le temps de dire « bonjour ». Puis, je me débarrasse de mes quelques affaires inutiles (veste, sac, housse … etc.) et surtout interdites dans la salle de consultation. Enfin, je rentre.

Les aléas d’un voyage

Mes recherches portent sur les mouvements écologistes à Toulouse (je le répète pour le nouveau lecteur qui n’aurait pas consulté mes premières tribulations) et dans ce cadre-là, j’étudie les actions d’un comité de quartier ayant défendu le site des quais de la Garonne contre un projet autoroutier. Pendant leur activisme, ces militants ont amassé un nombre considérable de documents en tout genre. Cet ensemble a été déposé aux archives de la ville en Juin 2016 et rassemble les principales sources de mon mémoire. Aussi, avant une journée « dans le passé » il me suffit de jeter un coup d’œil à l’inventaire du fond et, une fois sur place, de demander la cote du dossier sélectionné pour la journée… Tout simplement !

Bon d’accord en théorie, ça se passe comme ça. En pratique c’est plus compliqué. Entre boîte non-inventoriée, numéro de dossier manquant, carton-devant-contenir-les-dossiers-20-à-24-et-comprenant-en-réalité-les-numéros-10-18-36-et-49, les choses ne sont pas si faciles. D’autant plus qu’il ne s’agit pas là de mes seules sources. Il m’arrive de consulter des archives associatives chez un particulier mais conservées dans plusieurs endroits différents. Dans ce genre de situation il faut donc prendre rendez-vous avec l’adhérent associatif qui lui-même doit contacter une tierce personne détenant le dossier portant mon intérêt. Et le procédé se répète pour chaque consultation. Cela dit, même si ces étapes nécessitent un peu plus d’organisation personnelle et de patience, seule la conviction militante permet ces précieuses lectures, et j’en suis extrêmement reconnaissant. Ainsi, en attendant de trouver mieux, la recherche d’archives s’accompagne toujours de multiples remises en questions, conséquence parfois du manque de disponibilité des informations.

En quête de l’eldorarchive

Ce-n’est-pas-la-meilleure-image-mais-il-y-a-de-l’idée, CC Pixabay, Pezibear.

L’eldorarchive, cette cité fantastique regroupant l’ensemble des sources de toutes les recherches en histoire au monde dispose d’un système de répertoire fabuleux. N’avez-vous jamais entendu parler de cette invention extraordinaire ? Il vous suffit de penser à une archive en particulier pour que celle-ci apparaisse devant vous en quelques secondes ! Concernant ma propre étude, un article de presse décrivant très subjectivement les écologistes serait une source idéale. Cela me permettrait de comprendre comment ils étaient perçus par leurs adversaires : des enquiquineurs de première, des chevelus en quête d’un rêve imaginaire, d’affreux révolutionnaires gauchistes ayant subis une évolution post-moderne ou bien des individus raisonnés mais non raisonnables, s’affichant comme les partisans d’une autre forme de politique en opposition à celle exercée par le pouvoir public. Servies sur un plateau d’argent, mes archives rêvées pourraient également être une série de journaux intimes retraçant les parcours d’enfance de chacun des individus que je rencontre dans mes recherches. Dans ces archives seraient décrites des impressions de lectures, des discussions et des activités quotidiennes tenues pour évidentes. Mis en parallèle, l’ensemble de ces informations pourraient indirectement témoigner de la transformation sociale du sentiment de nature au cours des années 1960-70.

A l’inverse, lorsque les archives sont manquantes et que l’eldorarchive n’existe qu’en rêve il faut nécessairement innover. Afin de combler les trous laissés par l’absence de sources, je mets en place des entretiens de type sociologique avec des militants écologistes des années 1970-80. Lors des rencontres mes questions sont donc variables et peuvent suffire à amoindrir l’obstacle. Cette tactique fut particulièrement exercée l’année dernière. De plus, les entretiens semi-directifs peuvent compléter des informations émanant de sources écrites et ainsi mettre en lumière des points de vue sous-adjacents.

Pour terminer, je rajoute que les effets secondaires de la consultation d’archives à laquelle je fais référence au début de cette tribulation est à placer dans un cadre plus général lié à la recherche. Semaine après semaine le cerveau de l’apprenti-historien que je suis n’a de cesse de se retourner dans tous les sens afin de trouver une position adéquate à la bonne réflexion. Je n’en dis pas plus, c’est un point qui fera l’objet d’une prochaine tribulation historienne.

 

 

 

 

Crédits image à la une : Citroën DS, une voiture emblématique,  CC Pixabay, Michael Gaida.

 

 

 

 

 

 

 


Martin Hazard

Après une Licence d'Histoire à Toulouse, je continue mon parcours d'étudiant en Master Histoire Moderne et Contemporaine. Le choix de la recherche en science sociale me permet ainsi de travailler la thématique de l'écologie, sa diffusion et sa représentation dans la ville de Toulouse pendant les années 1970-80.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search