Les archives : une véritable course contre le temps !

Giphy CC

La plus grande partie de mes sources sont des sources publiées et sont donc amoncelées dans mon appartement… ce qui a souvent l’avantage de m’éviter le tracas des archives. Mais rassurez-vous, je dois moi aussi y aller par quatre chemins, examiner, sonder et m’y reprendre à plusieurs fois. Tout cela pour espérer mettre la main sur un bout de papier ou une page insignifiante pour la plupart des individus (comprendre les non-historiens) mais ô combien estimable pour mes recherches et moi ! 

Première étape : où sont mes sources ?

Je possède déjà un certain nombre de récits autobiographiques écrits par des nobles, ces ouvrages forment une partie essentielle de mes sources. Il faut dire que la noblesse française est assez prolifique en ce qui concerne ce type de récit ! Ces sources sont particulièrement pertinentes pour analyser les discours de la noblesse sur elle même dans la mesure où elles  représentent souvent une mise en scène de soi et de son groupe social, mais elles ne suffisent pas. Pour approfondir mon analyse j’ai également besoin d’étudier divers journaux et bulletins associatifs qui me permettent d’avoir accès à des types de discours différents et s’exprimant dans des espaces plus ciblés.

Une des premières étapes de ma recherche consiste donc à repérer ses potentielles sources. Pour cela ma bibliographie m’est d’une aide certaine, je regarde par ci par là ce qui pourrait convenir à mon sujet et m’empresse de repérer toute source produite par une personne noble et surtout ne sortant pas de mes bornes chronologiques. Deuxième étape : localiser les sources. A mon grand bonheur une partie se trouve sur Gallica ! Autrement dit, pas besoin de me déplacer, je peux rester chez moi et simplement télécharger les documents dont j’ai besoin en buvant tranquillement un thé bien chaud. Une certaine définition du bonheur pendant une année de recherche. La seule difficulté consiste ici à mettre la main sur les dits documents via le moteur de recherche, mais après avoir appliqué un bon nombres de filtres et de mots clefs me voilà tirée d’affaire !

Les choses se compliquent en ce qui concerne les archives non numérisées ! Une partie des livres pouvant me servir ne sont disponibles qu’à la BNF, tout comme les bulletins de l’ANF d’ailleurs. Une autre partie, celle des archives privées, se trouve à Pierrefitte-sur-Seine, aux archives nationales. Pour trouver ces documents susceptibles de m’intéresser je parcours les fonds en les classant par producteurs d’archive et en repérant les diverses familles ou personnes nobles. Une fois que j’ai enfin consigné chaque probable source les tracas commencent réellement !

Une expédition initiatique

Les méandres administratifs des archives sont loins d’être une mince affaire. Surtout quand on doit se rendre spécialement à Paris. Il ne s’agit pas de préparer une journée aux archives mais bien une semaine complète ! Première étape : faire les demandes de consultation des fonds privés, en effet l’autorisation des familles, détentrices des fonds, est nécéssaire. Au premier abord les demandes semblent se faire en ligne, mais cela serait bien trop simple ! Il faut imprimer chaque demande faite en ligne et l’envoyer par voie postale aux archives nationales qui la transmettent aux familles qui transmettent elles même leurs réponses aux archives pour qu’enfin une petite lettre apparaisse dans ma boîte aux lettres. Ce processus est long, très long, trop long. J’ai reçu des réponses jusqu’à quatre mois après ma demande et surtout quelques semaines ou quelques mois  après être allée à Paris.

Salle de lecture du rez-de-jardin de la BNF, CC wikipédia

Mais ce n’est qu’une fois sur place je prend pleinement conscience de l’épreuve qui m’attend. Je ne peux rester à Paris qu’une semaine et c’est ma seule occasion de consulter ma petite liste de documents. Aux archives nationales on ne peut réserver que cinq ensembles documentaires par jour, il faut donc ruser et en réserver cinq la veille pour pouvoir finalement en consulter dix. Bien sûr, tout cela sans toujours savoir ce que contiennent exactement les documents demandés. A la BNF les choses sont un peu plus simples mais je suis pressée par le temps et enchaine des journées de près de 11h pour parvenir à mes fins, sans parler de ses escalators sans fin qui me donne l’impression d’être en pleine catabase (oui, tel un héros antique je descend aux enfers pour accomplir ma quête). Un pur bonheur. Me voilà donc chaque jour armée des mes petits cahiers, de mes stylos et de mon téléphone (alias mon appareil photo) pour dépouiller, dépouiller et encore dépouiller !

Des résultats mitigés ?

Kit de recherches archivistiques, CC Lola Latcher

Lors de mon M1 mon expédition aux archives a eu le mérite d’être formatrice en terme d’organisation et de méthode de recherche mais il est vrai que j’aurais aimé quelle me soit un peu plus utile. Les mémoires que j’ai consulté à la BNF m’ont beaucoup servi ainsi que les bulletins de l’ANF, j’en ai tiré un certain nombres d’informations clefs, j’ai pu analyser une certaine façon de présenter les choses et de les penser. En ce qui concerne le reste les apports furent bien maigres, trois ou quatre lettres et quelques articles mais pas grand chose de plus. J’aurais rêvé de dénicher une lettre parlant de l’éducation, un cahier d’exercices ou une simple remarque mais la réalité est toute autre.

Ceci dit, avec le recul je me pense que cela n’est pas plus mal, être confronté à un certain manque d’archives idéales c’est aussi devoir développer ses questionnements et ses angles d’approches. Sans cela je n’aurais sûrement pas été tant à l’affût de la moindre information, du moindre petit détail ! Être historien ce n’est pas trouver des sources toutes faites mais faire l’effort de les mettre en perspective et de les interroger de façons pertinentes et sans leurs faire dire ce qu’elles ne disent pas pour autant. Alors oui, il faut aimer ne rien trouver pendant des heures et s’acharner sur des bout de papiers, mais après tout pourquoi pas ?


Lola Latcher

Je suis actuellement étudiante en master 2 d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès après avoir fait deux années de prépa lettres supérieures Ulm (option géographie puis philosophie) au lycée Pierre de Fermat et une L3 d'histoire à la sorbonne (Paris IV). Je m'intéresse particulièrement aux questions liées à la noblesse au XIXe et XXe siècles et travaille sous la direction de Catherine Valenti.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *