Confessions de chercheuse : mon parcours chaotique dans les archives

Les archives, le désespoir et moi.

Pour réaliser mon étude de la vêture des toulousaines et toulousains au XVIIIe siècle, je n’ai pas eu à faire preuve de grande créativité en matière de sources. J’ai en effet pris modèle sur le corpus que l’historien Daniel Roche avait utilisé pour écrire La culture des apparences en 1989, et j’ai aveuglément jeté mon dévolu sur les inventaires de bien après décès…

Mais là tu vas me dire : c’est bien joli ce que tu nous chantes là mais au fond, l’inventaire, qu’est-ce que c’est ?

Inventorier l’inventaire

Extrait d’inventaire. Tous droits réservés Talissa Piboubès, 2017.

Il s’agit d’une source notariée qui révèle les menus détails de la vie quotidienne des femmes et des hommes modernes. Un listing réalisé par un notaire lorsqu’advient la mort d’une personne visant à recenser les effets personnels du défunt en l’absence de testament. Derrière la plume du notaire, c’est un drôle d’itinéraire que l’on suit. On pénètre dans l’intimité des foyers, on pousse les portes, on ouvre les coffres et les malles, les armoires et les buffets, on sort l’argenterie, les outils, le linge et bien sur, les vêtements…

Certes, c’est toujours une satisfaction lorsqu’au terme de nombreux efforts de décryptage paléographique on tombe sur « un complet veste et culotte de rase grise boutons fil d’argent » ou « une robe d’indienne à fleurs chamarrée » mais puisque l’heure est à la confession, je dois t’avouer quelque chose. La quête d’archives et la constitution de mon corpus de sources n’a pas été pour moi ce que l’on pourrait appeler un moment d’épanouissement personnel…

Manque de défi et manque d’envie

J’espère que tu es bien accroché à ton siège parce que je m’apprête, devant toi et devant tout l’Internet ébahi à dévoiler ma tactique, ma stratégie ou devrais-je plutôt dire mon plan d’attaque. Une machination élaborée, des jours durant, à la sueur de mon front, m’ayant coûté des heures de sommeil et m’ayant causé des maux de têtes terribles… J’ai nommé : le grand, le terrible, le fatal….planning de dépouillement aux Archives. (Tu as aimé ce suspens à deux balles ? De rien, c’est pour moi.)

En réalité, et au risque de ruiner toute possibilité de carrière future en tant que scénariste de thriller, la phase « archives » a probablement été la moins excitante de toute mon année de M1. À postériori, lorsque j’ai préparé ma soutenance, j’en suis arrivée à une conclusion qui m’a paru être une évidence. Si, à aucun moment je n’ai été animée par une envie irrémédiable et irrépressible de me rendre aux archives pour dépouiller c’est tout simplement parce que je ne me suis jamais sentie mise « au défi ».

Je m’explique : dès le départ je savais où me rendre, où regarder précisément et quoi chercher. Objectif : Archives Départementales de la Haute Garonne. Inventaires de biens après décès. XVIIIe siècle. Vêtements.

L’étudiant en carton, ou comment je me suis sentie pendant ma consultation des archives.

EASY. Trop easy… D’autant que, « pompon sur la Garonne », aux Archives Départementales de la Haute-Garonne (le retour du jeu de mots vaseux), les inventaires de biens après décès de la période moderne ont été « séparés ». C’est-à-dire qu’ils ont été extraits des minutes notariales et classés par ordre alphabétique dans une petite centaine de cotes. Du pain béni pour les chercheurs, me diras-tu ! Une véritable aubaine : pas la peine de s’arracher les cheveux en se demandant quels documents consulter et quelles cotes demander aux magasiniers. Oui, pour sûr. Sauf que sans challenge, pas de motivation non plus. Au final, j’avais l’impression de faire un travail de consultation lambda, sans jamais tomber sur un document inédit, une petite pépite que tous les historiens de la mode me convoiteraient et que je serais la seule à détenir.

Une expérience frileuse

Ayant mis mon petit égo mal placé d’apprentie historienne en sourdine et une fois l’idée intégrée que je ne ferai pas des ADHG mon El Dorado, je me suis forcée à m’y rendre un court laps de temps, en continu. Il s’agissait de réaliser efficacement les clichés des documents dont j’avais besoin pour expédier le plus rapidement possible ma mission. D’autant qu’il n’y avait absolument rien qui me retenait sur place.

J’ai encore l’image des bords du canal du Midi avec ses arbres dénués de feuille en plein mois de décembre, de la pluie morose et du froid hivernal. C’est un tableau bien glacial n’est-ce pas ? Encore plus si l’on considère que pendant ce temps de fêtes approchant, j’aspirais seulement à me goinfrer de chocolats de Noël prostrée au coin d’un feu de cheminée.

L’hiver morose sur le canal du midi. CC Wikimédia.

En plus d’être frigorifiée, j’étais bien frileuse à l’idée de me rendre dans ce sanctuaire de la paperasse. Je ne sais dire si j’étais plutôt impressionnée par la masse de documents qui m’attendait derrière la porte de la salle de lecture, par le fait de manipuler des papiers de plus de 200 ans ou encore par la marche à suivre. Car si tu es un néophyte, tu te dois de savoir qu’il y a tout un cérémonial qui va de pair avec l’expédition aux archives. Pire qu’une visite protocolaire : « merci de ranger vos affaires au vestiaire, de vous munir de votre carte de lecteur ainsi que de feuillets libres et d’un crayon de bois ». Pas de stylo, pas de carnet, pas de pochette ni de sac…Sait-on jamais que tu sois à la tête d’un gang organisé de trafiquants de vieux papiers et que tu manigances le cass du siècle.

Je sais maintenant que c’était plutôt l’effet « première fois » qui m’intimidait, mais pour autant, je n’ai ni été subjuguée ni incroyablement touchée lorsque j’ai ouvert ma première cote et que j’ai parcouru des yeux mon premier inventaire. Alors, si Louis-Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris écrivait : « un inventaire grossoyé rapporte beaucoup plus qu’un bon livre » peut-être à t-il raison en terme d’informations à recueillir, mais en terme d’émotion littéraire, là, c’est une autre histoire…

Crédits image à la une : CC Pixabay, myrfa.


Talissa Piboubès

Étudiante en M2 recherche en histoire moderne mon parcours fluctue entre théorie et création. Le centre de gravité, lui, reste le même : la mode et les vêtements. Après un baccalauréat STI Arts Appliqués au lycée des Arènes à Toulouse, la petite provinciale monte poser ses valises dans la capitale le temps d'un BTS Design de mode à l'école Duperré. Le stylisme c'est pas si futile, et si pour créer je voulais m'étoffer de connaissances historiques ? La suite du projet est toute tracée. Retour dans le midi, je rentre à l'Université Toulouse II Jean-Jaurès pour étudier l'histoire et plus précisément celle de la mode. Ma thématique de recherche dans le cadre du Master se centre sur les vêtements et la culture des apparences à Toulouse au XVIIIe à travers les inventaires de biens après décès, sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search