Aller aux archives ? Toute une expédition !

Un sac, un ordinateur et un calepin, CC, Ferré Marion

Choisir un sujet d’histoire axé sur Toulouse pour lequel les archives se trouvent dans la « Ville rose » aurait été trop simple ! Du coup, j’ai préféré choisir un sujet pour lequel mes archives se trouvent aux quatre coins de la France mais jamais près d’ici.

Ayant choisi de travailler un sujet d’histoire militaire encore assez récent, je savais que je serais confrontée à quelques difficultés.

Toulouse-Paris, Paris-Vincennes. Oui mais pas seulement…

Qui dit histoire militaire dit quasi automatiquement Service Historique de la Défense dont l’antenne principale est située à Vincennes. S’y rendre pour la première fois aura été une expérience décevante. En effet, alors que je devais assister à un séminaire à l’Ecole Militaire, j’avais prévu de me rendre au SHD mais mes intentions se sont rapidement heurtées au fait qu’il faille, en période de vacances de Noël, réserver les documents plus tôt qu’annoncé sur le site. Je suis donc repartie sur Toulouse enrichie des séminaires que j’avais suivi mais bredouille d’archives. Cela m’aura servi de leçon et grâce à cela, j’ai eu plus de temps pour préparer ma deuxième visite.

A l’origine, je souhaitais mener un projet de recherche de témoignages par moi-même mais je me suis retrouvée confrontée au silence des anciens qui bien que très agréables n’étaient que peu enclin à revenir sur le passé. L’avantage d’un sujet d’histoire contemporaine, presque immédiate, est que l’on ne manque théoriquement pas de sources. J’étais donc consciente qu’il fallait que je pallie à ce silence puisque décidée à intégrer des témoignages dans mon travail. Je voulais m’inspirer du travail de certains auteurs de ma bibliographie comme Michel Goya et éviter un étalage de faits comme avaient pu le faire d’autres d’une manière simplement chronologique. Je voulais des voix pour étayer les faits, des gens pour raconter ce qu’ils avaient vécus eux.  Pour cela, je me suis tournée vers le service d’histoire orale de la Défense, très riche notamment avec le fond de l’Office national des anciens combattants (et victimes de guerre) qui correspond tout à fait à mon sujet. Cette fois-ci, je m’y suis prise à l’avance avant d’y retourner et j’ai rigoureusement sélectionner les hommes dont je souhaitais entendre le témoignage (j’étais loin de me douter que certains étaient bavards au points d’avoir enregistré plus d’une trentaine d’heures de témoignage).

Valise, train, piste, CC, Pixabay

Valise bouclée, hébergement réservé et billet de train en poche, me voilà repartie pour Vincennes. Oui la vie d’historien en herbe demande aussi un budget. D’autant que Vincennes n’est pas le seul pôle auquel j’ai prêté attention. Il existe un pôle à Caen consacré aux victimes de conflits contemporains sur lequel il serait intéressant de se pencher ou un autre à Aix-en-Provence. Pour ce dernier, j’ai fouillé dans les catalogues en ligne et n’ai malheureusement trouvé que quelques documents, trop peu pour prendre la route.

Un casque, deux ordinateurs

La prise de contact s’est faite sur Internet lorsque j’ai réservé les documents audios qui m’étaient nécessaire, le rendez-vous était pris. J’imaginais une grande salle avec plusieurs ordinateurs pour plusieurs étudiants mais non. La salle bien que spacieuse était dotée de trois grands bureaux mais d’un seul ordinateur ce qui sous-entend qu’une seule personne peut être accueillie à la fois. C’était surprenant.  Pendant plusieurs jours, je me suis donc retrouvée devant cet écran, casque sur les oreilles à prendre des notes sur mon propre ordinateur. J’ai du écouter une cinquantaine d’heures d’enregistrements, passant sur certaines pistes, trop éloignées de ma chronologie, mais avec regret tant les enregistrements de ces hommes, souvent des officiers, étaient riches.

Je crois qu’au final, même si j’ai beaucoup appris j’ai retiré peu d’informations vraiment utiles, je me suis plutôt laissé happer par les enregistrements. Cependant, à la fin de mon séjour, le stagiaire présent sur place m’a donné un catalogue d’archives qui allait changer les choses. Celui-ci contenait tous les témoignages récoltés par l’ONAC et le SHD auprès des anciens qui avaient combattus lors de la guerre d’Algérie. Une aubaine pour moi !

Le tour de France continu

Voyage d’une historienne en herbe, CC, Marion Ferré

La plupart des archives que j’étudie sont des témoignages. J’intègre d’ailleurs les plus significatifs dans mon travail. J’ai aussi recherché d’autres sortes de documents pouvant éventuellement appuyer les enregistrements.

L’an dernier j’ai commencé à contacter les régiments sur lesquels je travaillais et ce de manière assez concluantes. En effet, s’ils ne disposaient pas d’archives eux-mêmes, les hommes que j’ai pu rencontrer se sont révélés être d’une aide précieuse. Ils m’ont indiqué posséder quelques archives (photographiques principalement, le reste se trouvant à Vincennes). Ils m’ont surtout aider à entrer en contact avec des anciens. Je ne me suis pas heurté à l’omerta qui peut régner parfois dans la « Grande muette » bien au contraire, j’ai reçu toute l’aide nécessaire.

Simultanément, j’ai aussi contacté les musées des différents corps que je traite. Le musée de l’école des troupes aéroportées de Pau pour le 1er RCP, mais aussi et biensur le musée de la Légion Etrangère d’Aubagne pour le 2e REP. Tous deux disposent d’archives mais pour les consulter, il faut l’aval des chefs de corps ou des conservateurs, j’y travaille encore à ce jour pour Aubagne puisque je dois m’y rendre bientôt. J’ai cependant déjà un accord de principe.  Toulouse, Vincennes, Caen, Pau, Aubagne, Pamiers, Calvi… Autant de villes qui ont une place forte dans mon travail.

Et les autres alors ?

Newspaper, CC, Pixabay

La principale chose qui m’a été reproché l’année dernière dans mon galop d’essai aura été d’avoir cité et inséré dans mon travail trop peu de sources autres que militaires.

Il est peut-être étrange de dire que j’ai moins accès aux sources antimilitaristes qu’à celles de l’armée et pourtant il est moins naturel pour moi de m’y pencher dessus. C’est par la presse que j’ai commencé. D’abord en m’intéressant à la crise de Suez, j’ai consulté les archives de la presse britannique mais aussi les archives du Monde. J’ai continué ma recherche pour voir quels étaient les arguments de ceux qui étaient en faveur et ceux qui étaient contre la guerre d’Algérie afin de pouvoir confronter les deux points de vue.

D’autre part, afin d’exploiter les sources « anti » il est prévu que j’aille aux archives départementales pour voir si je peux trouver des documents comme des tracts ou autres qui pourraient m’aider à avancer dans mes recherches.

Crédits image à la une: CC, Les archives de l’été, Radio Pays d’Hérault.


Marion Ferré

Après avoir validé une licence en histoire, je travaille actuellement, sous la direction de Mr Jean-Marc Olivier, sur les engagements des régiments parachutistes entre 1944 et 1962.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *